Le massage qui a changé ma vie – Babillages – Le blog beauté des beauty addicts

Le massage qui a changé ma vie

Les mauvaises langues pourraient dire que ce titre est affreusement racoleur. Pourtant, il ne l’est pas. Depuis que j’ai expérimenté le massage dont je vais vous parler, ma vie a véritablement changé. Maintenant que j’ai bien tout « digéré » et que j’ai suffisamment de recul nécessaire, il est temps de vous en parler, d’essayer de vous raconter tout ça avec les mots les plus justes qui soient.

C’était l’été dernier, pendant un week-end. En apparence, tout semblait ok : je continuais à sourire quand il le fallait (ici par exemple, parce que « the show must go on« ) et aussi par politesse face à ceux qui ne font pas partie de mon cercle intime. En réalité, je ressentais une terrible déchirure au plus profond de moi mais je continuais de faire comme si de rien n’était. Et puis un jour, mon corps m’a dit « merde ». Réactions en chaîne dont je vous épargnerai les détails. Mais mon corps a parlé. Mon corps a extériorisé le mal-être et la souffrance qui restaient coincés dans ma tête. Je suis passée par plusieurs mois merdiques. Et puis, comme si c’était nécessaire, voire vital, je suis partie un week-end à Carnac. En thalassothérapie. Là-bas, tout a basculé.

J’y ai rencontré Tamara, spécialiste ès ayurveda. J’ai profité d’un massage ayurvédique avec elle. Je crois que c’est l’expérience qui m’a le plus déboussolée au monde. En sortant de là, j’ai pleuré. Comme si tout d’un coup, on me « purgeait ». Comme si j’avais le droit, enfin, de libérer toutes mes émotions. Comme si tout ce que j’avais sur le coeur était resté coincé là bêtement. Pour la première fois de ma vie, j’ai pris conscience de mes émotions. J’ai vécu les négatives comme quelque chose de bon, de nécessaire pour aller de l’avant. Et j’ai su prendre conscience du bonheur et des énergies positives dans lesquels je baignais malgré le mal-être dans lequel j’étais enfermée. Je me souviendrai toute ma vie de cette bouffée d’air marin, à la sortie du massage & de l’espace thalasso. J’étais dehors, en peignoir, fatiguée, usée de cette séance. Mais heureuse. Heureuse de tristesse. Triste de bonheur. Je ne savais plus trop, tout se mélangeait. Mais j’étais apaisée.

Ce qui est assez étonnant dans tout ça, c’est qu’en réalité je ne savais pas vraiment ce qu’était l’ayurvéda avant d’essayer. Je pensais que c’était un massage comme un autre. Un truc qui détend, et basta. Tout ce délire autour des énergies et de l’activité cérébrale, je croyais que c’était du bullshit en barre. La réalité quant à elle, était bien différente.

Quand je suis entrée dans la salle de massage, Tamara m’a demandé comment ça allait. Comme à cette époque je contenais encore mes émotions, je trouvais ça impoli de les balancer à la figure de n’importe qui, j’ai répondu un truc bateau. Du genre : « je suis un peu fatiguée en ce moment ». Un truc à la con, quoi. Et puis je me suis allongée. Et Tamara est entrée en scène.

En réalité, je serais bien incapable de vous raconter précisément tout ce qu’il s’est passé. Je ne maîtrise pas ce type de mouvements. Mais ce massage a été terriblement difficile pour moi. Impossible de me laisser-aller. Impossible de me détendre. J’avais cette sensation que si je lâchais prise, Tamara saurait « lire dans mon esprit » et y voir des trucs inavouables. Je ne sais pas pourquoi mais mon esprit se battait perpétuellement avec celui de Tamara, du moins c’est ce que j’ai ressenti. Comme si je refusais qu’on communique avec moi. Comme si je souhaitais rester renfermée sur moi-même. Je n’ai jamais dormi durant ce massage. Mon esprit surveillait, comme si je risquais quelque chose. Mon corps s’est relativement détendu, mais pas totalement : l’esprit étant encore en totale maîtrise… Ce massage a été une lutte perpétuelle pour mon esprit qui refusait de s’apaiser.

A la fin du massage, je n’avais plus mal au dos sur certaines zones de tensions. Mais, je me sentais chamboulée. Tamara m’a offert un verre d’eau et on a un peu discuté. En une heure à peine, malgré ma tête qui refusait de l’aider, elle a su lire en moi, comprendre des choses, voir qu’en réalité j’étais une putain de « control freak » dont la carapace s’effritait un peu. Le reste de ce qu’on s’est dit ne concerne que moi mais je peux vous assurer qu’en un massage elle a été capable de repérer des étapes clefs de ma vie, des trucs marquants, et de savoir comment j’étais structurée, comment je me positionnais au sein de ma famille, etc etc… C’était assez frappant. Même carrément déboussolant.

La suite, vous la connaissez. Mais ce qui est certain, c’est que cet été, à Carnac, j’ai pris plein de décisions. Mon psychisme s’est enfin libéré du carcan dans lequel il était enfermé. Le cheminement a opéré pendant six bons mois. J’ai ensuite vu une thérapeute pour apprendre à respirer, Tamara m’a dit que les énergies restaient bloquées à cause de ma « respiration inversée ». Je trouvais cette remarque particulièrement bête : respirer de manière inversée, ahahah ! Et puis, j’ai quand même suivi son conseil en me disant que ça ne pourrait pas me faire de mal. Et effectivement, ça m’a fait beaucoup de bien. Petit à petit, les choses se sont mises en marche sans que je m’en rende compte. Sur plein d’aspects qui ne vous concernent pas, je ne tiens pas à vous déballer ma vie ici : j’ai mes limites. Mais par exemple, je suis persuadée que si j’ai réussi à arrêter de fumer en deux temps trois mouvements, c’est parce que j’étais conditionnée, pleine d’énergie positive. Résultat ? Aujourd’hui, ma vie est différente. Mille fois moins stressante. J’ai pris conscience de mon esprit et de mon corps, je respire mieux, je prends le temps de méditer ou de ne rien faire. Je ne m’embarrasse plus avec les énergies négatives. Il y en aura toujours qui graviteront autour de moi, ça fait partie de la vie, mais je ne leur accorde plus autant d’importance qu’avant et je les chasse à coup de pensées positives… ou je les prends à bras le corps quand il est nécessaire de solutionner un problème.

Il aura suffi d’un déclic. Et je crois que je ne remercierai jamais assez Tamara pour ce qu’elle a fait sans le savoir. Après m’être renseignée bien plus tard, je me suis rendue compte que Tamara était une experte internationalement reconnue, que j’étais passée entre les mains d’un maître en la matière. J’imagine que cela doit jouer, forcément. Alors si vous vivez du côté de Carnac. Ou si vous avez envie de vous offrir un beau cadeau, rendez-lui visite au centre de thalassothérapie de Carnac. Peut-être que vous aussi, ça changera votre vie.

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

40 commentaires
  1. Coucou Capucine,
    J’ai lu ton recit d’une traite, waouu passionant!
    On se realise pas a quel point de petits moments qui pourraient paraitre insignifiant peuvent etre revelateurs!

    Le mien a ete lors d’un sejour de quelques jours sur les cotes Tunisiennes avec ma mere et mes soeurs. Il fallait que je m’echappe quelques temps du merdier Parisien dans lequel j’etais, plus rien ne tournais rond…
    Et je me suis retrouve la, sur une plage de Tunisie, dans le noir absolue, avec pour seul bruit la voix de ma maman et le bruit des vagues et j’ai realise que ce monde a tellement de jolies choses a offrir, si on prend la peine de les voir, et surtout de faire abstraction comme tu dis des ondes negatives!

    Ce sejour qui etait pourtant tout simple et banal a completement change ma vision des choses et depuis, je me sent plus heureuse et apaisee.

    Bonne journee Capucine :)))
    xx
    Lexie

    1. Je pense que tu as raison, tout est une histoire d’instant, de moment qui débloque des situations. Je suis heureuse de lire des témoignages comme le tien ! Ca donne le sourire !

  2. J’ai essayé une fois et c’est vrai que c’est tres bouleversant. Toutes nos émotions se mettent a remonter sans trop savoir pourquoi. Mais on se sent tout chose a la sortie. Comme épuisé, vide. Puis comme tu le dit si bien on se sent aussi libéré, bien. Merci pour la bonne info et le partage de cette expérience.
    Bis

    1. Je t’en prie ! J’ai mis du temps à en parler ici, car c’est bien plus qu’un simple « massage » pour moi, ça a été le déclic qui m’a permis de trouver la force de changer ce qui ne me plaisait pas dans ma vie, d’aller de l’avant, de ne brasser que de l’énergie positive. Ca passe par des phases d’ajustement des émotions, où tout sort trop et pas comme il faut… et puis après, une fois qu’on a tout libéré, on sait trouver le juste équilibre. On sait faire sortir les émotions qu’il faut quand il faut. Et on se sent bien :)

      1. Oui c’est vrai. Je comprends que ce n’est pas une expérience anodine. Dans mon cas, la fille qui m’avais fait le massage me posait quelques questions en même temps que le massage, en passant sur certains points douloureux dont je ne soupçonnais même pas l’existence! J’avais l’impression que juste grâce aux « maux de mon corps » elle était capable de définir les « maux psychiques ». C’était vraiment impressionnant et très troublant. Mais c’est vraiment une expérience à vivre.

    1. Je sais que le Spa Cinq Mondes propose différents types de massages : balinais, taoïste, shiatsu et aussi ayurveda. Je ne l’ai pas testé alors je ne saurais pas te donner de feedback !

  3. Coucou Capucine,

    Très beau témoignage… Et un grand merci pour ce partage.

    Sans aucun doute, cette expérience de massage à Carnac t’a aussi permis d’extérioriser ces mots et ainsi te livrer autant.

    Pas évident de s’accorder le droit de le faire : accepter d’être soi avec ses doutes, ses faiblesses, ses émotions.
    Il est parfois bon de fissurer un peu cette carapace, même si au début cela fait sacrément mal de se décharger de cette « peau » (apparat pour affronter la société) devenue trop lourde et tellement hermétique au monde extérieur, mais aussi à ses propres émotions.

    Je sais combien le corps peut envoyer des signaux d’alarme, et je sais combien le cerveau ne les écoute pas !
    Nous nous persuadons tous et toutes que rien n’arrivera, nous sommes jeunes, fortes et c’est la vie des autres qui semble se fissurer, pas la nôtre.

    Jusqu’au jour où notre « tsunami personnel » explose… et là, il faut s’accrocher pour le supporter, tenter de flotter en gardant la tête hors de l’eau, le vaincre, mais aussi changer pour ne pas qu’il se reproduise.

    Bravo pour ton courage et l’acceptation de ton nouveau TOI !

    Bises

  4. Bonjour à tous,
    Article émouvant, très bien écrit. Je me permet juste d’intervenir en voyant les commentaires. Attention les filles, ce n’est pas parce que Capucine a vécu cette expérience que vous allez vivre la même chose. Ici j’ai le sentiment qu’on parle plus d’un déclic, d’une rencontre au bon endroit, au bon moment, avec quelqu’un à l’écoute. Je me trompe peut-être ! Mais je sais que j’ai vécu ce même déclic et ce sentiment que tu décris après une séance avec une psychologue. Une seule séance a guéri 1 an de mal-être. Franchement, la solution se trouve peut-être bien plus près de chez vous.
    Bien sûr, ce n’est que mon avis ! :)
    Contente pour toi Capucine en tout cas, et on peut dire qu’en ce moment tu as de très beaux projets ce qui ne gâche pas la fête ! (YSL … classe !)

  5. Bonjour Capucine,
    Merci beaucoup pour ce post. Je suis à la recherche depuis longtemps de cours de respirations à Paris, si tu peux partager l’adresse ce serait super.
    Merci !

  6. Superbe récit, très émouvant !
    Tellement Happy de voir que tu vas beaucoup mieux et que tu bourrée d’énergie positive, ça se ressent d’ailleurs ! Un vrai plaisir !
    Je connais bien Carnac, j’adore cette ville et je n’ai qu’une envie : m’offrir ce massage l’été prochain !
    Merci pour ce partage d’émotions !
    Gros bisous !! <3

  7. Une fois j’étais allée voir un osthéopathe pour un énième coinçage au même endroit : une douleur chronique qui me rendait dingo. Le gars en 10 minutes m’a raxconté des trucs hallucinants sur mon vécu de petite enfant, mes relations avec mes parents etc. Ca m’avais fait un de ces biens : j’ai plus jamais eu cette douleur par la suite ! Par contre jamais testé ce genre de massage mais ça fait bien longtemps que je veux y passer un moment… du coup je saurai quoi faire de bien ;)

    1. C’est dingue cette histoire d’osthéo ! Encore une preuve que notre vécu personnel, notre cerveau et notre corps sont liés, qu’il y a des choses à soigner dedans pour être bien « dehors » !

      1. Je voulais dire passer un moment à Carnac ^^En effet notre cerveau et notre tête est bien quelque part dans notre corps donc finalement c’est pas si dingue ;)

  8. Merci Capucine pour avoir partagé cette expérience.2013 fut une année difficile pour toi. Que 2014 t’apporte tout ce que tu souhaites , ces derniers mois d’introspection t’ont libéré , une nouvelle Capucine sort de sa chrysalide , plus jolie et positive que jamais !!
    Bonne continuation dans tes nouveaux projets…

  9. Un texte très touchant. Je n’imaginais pas qu’un massage pouvait avoir cet effet là sur le corps et l’esprit. Merci pour ton partage d’expérience, très utile. Je vais me renseigner sur ce massage et les endroits où je peux le tester à côté de chez moi.

  10. Merci pour ce beau témoignage Capucine, et ravie que tu ailles mieux, c’est vrai que ça fait du bien de casser sa carapace,allège.
    J’ai connu un peu ce parcours à la suite du départ de ma maman.Lui ayant promis de continuer à être forte, de me battre, je me suis mise une énorme carapace et occupée du deuil de mon père, mon frère au lieu du mien et j’ai fait comme si tout allait bien (on s’étonnait même que j’avais toujours le sourire),et puis un jour comme toi mon corps a réagi tout d’abord par de grosses crises d’eczéma, puis ensuite par de la spasmophilie.Et un jour à l’occasion d ‘un cadeau d’un soin en Thalasso, j’ai aussi découvert ce massage et un peu le déclic,.Acupuncture m’a aussi aidé, et j’ai aussi consulté Et on m’a fait comprendre que accepter d’avoir mal, d’être triste ne voulait pas dire être forte.Moi qui l’a pleurait jamais, sur les conseils de acupunctrice, après une crise,j’ai acceptée de pleurer, tout lâcher.Et petit à petit plus de crise,de spasmo, elle tend même à disparaitre petit à petit(j’en suis même à 1/3 du traitement 1 -2fois par semaine, car il ne faut pas arrêter d’un coup).
    Bon c’est vrai que le fait d’être bénévole dans mon association m’a aidé, et j’ai rencontré des personnes qui m’ont aidé, et qui pratique aussi le bouddhisme et la méditation (sans forcément adhérer totalement).j’ai pu enfin faire mon deuil, m’accepter, et recommencer à redevenir celle que ma mère aimait (positive, joyeuse, féminine et retrouveé ma passion pour la mode, produits de beauté, c’est pour cela aussi que je réfléchies à retravailler dans ce secteur,)
    Je me dis que dire que pendant des années je n’osais plus me mettre en robe, jupe(quel gâchis lol)et avec toutes ces réflexions, j’ai enfin retrouvé mon poids de forme (comme si je m’étais soulagée d’un poids en faite), remise au sport (après un arrêt cheville lol), et pour toutes celles qui font de la spasmo, le sport aide beaucoup.
    Et même si tout n’est pas réglé, j’ai moins peur, je lis des livres comme celui dont je t’ai parlé.
    Enfin je suis contente de voir que tu as trouvé la façon dont tu as envie de vivre en accord avec toi même
    Et je retiens l’adresse de Carnac, un jour j’irais, merci
    Bon bonne lecture lol car en bonne bavarde, j’ai écrit un pavé lol

  11. C’est incroyable, j’en suis toute bouleversée à te lire.
    Je me reconnais sur certains points (genre « control freak » !!).
    La libération de l’esprit encombré n’est pas facile.
    Et je comprends tout à fait le phénomène de respiration inversée hé hé ;-) et surtout ce que ça fait quand on respire « mieux », c’est assez étonnant d’écouter son corps.
    Ton article me parle et m’intéresse beaucoup, merci vraiment de nous faire partager ton expérience. Tu avais raison, cet article me plait :-)) Je suis en tout cas contente de cette révélation pour toi et je ne peux te souhaiter que le meilleur pour la suite, avec plein plein de bonheur.
    Très belle soirée à toi

  12. identifier le mal être n’est pas le plus difficile même si c’est comme le maquillage, y a plusieurs couches et on en méconnait certaines…..l’accepter plus ou moins et le soigner , c’est toujours plus délicat ….et un jour , le bonheur revient comme le printemps après un long hiver….bises

  13. beau témoignage qui montre que souvent la vie offre des solutions sans passer par la case médocs dont les gens ont de plus en plus recours malheureusement. Et avoir la force et le mental pour changer les choses.
    jaivoulutester.over-blog.com

  14. ouah j’ai été super touchée par tes mots, tu oses parler, te dévoiler et je t’admires pour ca (pas que … bien sur) mais très touchée surtout qu’en ce moment le moral n’est pas au top de sa forme.
    Merci à toi cela m’a fait prendre conscience de certaines choses.

  15. Bonjour Capucine,

    je serai intéressée pour les cours de respiration. Je vis actuellement une période difficile, je n’arrive plus à gérer mes émotions, je perds le contrôle, et je sens que je n’arrive pas à « bien » respirer et que cela pourrait réellement m’apporter un mieux être.

    Si tu pouvais me communiquer les coordonnées de l’endroit où tu as disposais de ses « cours », je t’en serai très reconnaissante.

    Bises,

    Lisa

  16. Je suis tombée par hasard sur cet article (enfin par renvoi depuis ton article sur la méditation de pleine conscience) et ca donne vraiment envie..
    Comme quoi le trop plein de stress / mauvaises ondes / mauvaises pensées ressort à un moment, et pour ton plus grand bien.. Même si l’effet « cocotte minute » peut etre brutal..

    Très bel article en tout cas :)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.