Vie de blogueuse : jongler entre vie online et « vraie vie » – Babillages – Le blog beauté des beauty addicts

Vie de blogueuse : jongler entre vie online et « vraie vie »

Babillages va (bientôt) avoir 8 ans. Pendant toutes ces années, il faut l’avouer, le web et nos rapports à Internet ont beaucoup évolué. Il y a 8 ans, on n’imaginait pas un seul instant qu’on s’éclaterait à sublimer certains instants de vie sur Instagram. Quand j’ai créé Babillages, j’étais à des années lumières d’imaginer qu’ #iwakeuplikethis en faisant du #foodporn et des #helfie : et tout ça, sur Internet.

A l’époque – j’ai vraiment l’impression d’être un dinosaure – la frontière entre vie online et « vraie vie » me paraissait beaucoup plus franche. Aujourd’hui, mon job est devenu mon blog, ou mon blog est devenu mon job… à vrai dire, je ne sais plus trop. Instagram, Twitter et Facebook font partie de mon quotidien, que ça soit pour un usage professionnel ou personnel. Oui mais : où est comment faire la différence ? Comment bien définir les frontières ? Car si c’est clair pour moi, ça ne l’est peut-être pas pour les autres, après tout.

Programmer ses posts de blog & les relais sur les réseaux sociaux : être là sans être là !

Oui, la programmation, c’est la vie ! En réalité, je n’écris quasiment jamais en live mes articles juste avant de les poster. Depuis que Babillages est mon job, j’ai un calendrier éditorial – comme dans une rédaction – qui me permet de savoir ce que je dois poster à quel moment. Les news, quant à elles, sont écrites à la dernière minute. Mais cette programmation, c’est ce qui me permet de partir tranquillement en vacances ou, pour les moments moins glam’, d’organiser mes journées de rendez-vous sans être nécessairement scotchée à l’ordinateur au bureau.

Idem pour les relais sur les réseaux sociaux. Je programme la plupart de mes tweets via Tweetdeck, et mes posts Facebook via les fonctions natives de Facebook. Bon, du coup, je peux perdre en réactivité côté réponse aux commentaires pour peu que le message soit posté quand je suis en rendez-vous à l’extérieur. Mais ça améliore vachement ma vie. Tout ça pour dire que quand un article est posté sur Babillages ou les réseaux sociaux… je peux…


… être en train de bosser sur d’autres trucs…


… être sur un shooting / à un défilé / dans n’importe quel lieu glam’ lié à mon boulot…


… ou même, en vacances ! Tout en donnant l’impression que je suis toujours là à Paris. Ce qui m’amène au point numéro deux….

Poster pendant ses vacances / jours off : bonne ou mauvaise idée ?

Je fais partie des lectrices de blog toujours un peu frustrées quand ma blogueuse préférée n’a pas posté sur son blog. Je refresh frénétiquement la page, dans l’espoir d’y dévorer un nouvel article. Alors moi, quand je pars en vacances ou que je prends tout simplement une journée de congé… j’essaie de tout planifier à l’avance pour que mes lectrices aient quelque chose à se mettre sous la dent. C’est une solution que j’aime mettre en place depuis de nombreuses années, mais au fil du temps, j’ai constaté qu’il y avait un revers de la médaille. Comme :

  • les contacts pro qui voient une activité normale sur votre site / réseaux sociaux liés à votre blog… Et qui du coup, continuent à vous envoyer plein de mails et à vous appeler. Ou qui, du moins, sont habitués à penser que vous travaillez toute l’année, non stop. En 2014, je me suis absentée un mois en décembre à l’étranger – pour du travail puis j’ai enchainé sur des vacances. J’ai voulu anticiper en prévenant mes contacts professionnels en amont, plusieurs mois au préalable via un e-mail dédié et un message en gras en rouge en signature d’e-mail. Puis, une fois partie, il y avait un message e-mail d’absence… et bien évidemment, des photos d’Asie sur mon compte Instagram personnel. Je dois avouer qu’en ayant adopté cette technique, j’ai été moins dérangée pendant mes congés que les fois précédentes où je ne prenais pas la peine de prévenir de mon départ : je pense que le message est assez bien passé.
  • les lectrices qui, elles, ne sont pas forcément en vacances… et qui attendent de vous la même rigueur en matière de réponse aux commentaires et sur les réseaux sociaux. Ca, c’est la partie qui m’attriste le plus, me dire que je vais laisser des messages sur le blog sans réponse… Mais je dois confesser qu’en décembre, j’ai préféré jouer les égoïstes. J’avais vraiment besoin de déconnecter du blog !

Tout ça, ça me fait penser à mon ancienne vie, dans mon ancien travail. J’étais salariée. Il m’est déjà arrivé d’être en arrêt maladie. Et pour tout vous dire, j’ai fait un gros burn-out pendant lequel j’ai été déclarée inapte temporaire par la médecine du travail. Pendant cette période, j’ai été présente sur les réseaux sociaux. Parce que ça me faisait du bien, ça me permettait de m’évader un peu au lieu de rester là chez moi, bloquée entre quatre murs, ou chez ma psy. Figurez-vous que des mois plus tard, les Prud’hommes m’ont reprochée cette présence. Car visiblement, quelqu’un en burn-out serait davantage préoccupé par l’idée de se suicider ou de se faire du mal, que d’essayer de trouver une échappatoire (sic…!). A vrai dire, j’aurais mieux fait de me prendre une carte UGC et de m’enfermer dans les salles obscures, personne s’en serait soucié et je n’aurais pas été blamée d’avoir osé me distraire (notez qu’à l’époque, Babillages n’était pas du tout mon métier).

Raconter sa vie sur Internet ?

J’en reviens à mon histoire de Prud’hommes visiblement mal informés sur ce que peut être un blog ou les usages que l’on peut avoir des réseaux sociaux. Ca paraît anodin comme ça, mais pas tant que ça. Parce que dans la tête de ces gens : raconter quelque chose sur Internet = la vraie vie. Je m’en souviendrai toujours, dans le dossier, il y avait un énorme trait d’humour. J’avais écrit sur mon blog ou dans une interview sur le web que j’étais community manager le jour et blogueuse la nuit. Tout le monde comprend bien évidemment que c’est une formulation, une façon de dire que j’ai un métier et qu’à côté, j’ai un loisir. J’aurais très bien pu dire « je suis infirmière et j’adore faire de l’escalade », pour moi, c’était aussi anodin que ça. Eh bien figurez-vous que ces gens-là ont pris ce sens de la formulation pour quelque chose de LITTERAL. Comme si je ne dormais JAMAIS. Avouez que c’est bien ridicule, hein…

Et pourtant, je crois que si des gens soit-disant aptes à juger autrui dans le cadre de la Justice avec un J majuscule peuvent faire des erreurs aussi grossières… n’importe qui peut se méprendre. N’importe qui peut croire que tout ce qui est dit sur Internet est à prendre pour argent comptant, dans le sens littéral du terme. Pourtant. Si vous saviez. Je vous mens. Presque tous les jours.

  • Sur mon compte Instagram personnel, 99% de mes photos ne sont jamais postées en live.
  • Parfois, mon « make up of the day », c’est mon make up of… yesterday. Mais aujourd’hui, je n’avais pas eu le temps de le prendre en photo.
  • Il m’arrive de temps en temps de retoucher une photo quand j’ai un bouton.

Tout ça pour dire que mon blog, mes réseaux sociaux… j’y mets tout mon coeur. Beaucoup de mon âme aussi. Mais qu’il y a malgré tout une différence entre ce que je montre et ce que je suis / vis. Certaines d’entre vous m’ont déjà reproché de ne pas publier de vlog (vidéos racontant ma vie) ou d’articles extrêmement personnel sur mon désir de maternité, mon mariage ou autre. Je n’envisage pas de le faire car ce n’est pas moi et ça ne correspond pas aux limites qui sont les miennes. Pour moi, raconter que j’aime tel mascara et tel rouge à lèvres, ça n’est pas très engageant. Pour moi, vous balancer telle ou telle info ici ou là, ça ne me dérange pas. Cet article-ci, je crois que c’est l’un des posts les plus personnels que j’ai pu publier ici en (presque) 8 ans, c’est dire…

Je trouvais ce sujet de discussion intéressant. Je pose ça là, comme ça, sans véritable chute. Dans l’espoir que vous ayez réussi à me lire jusqu’au bout. Mais surtout, en me disant que ça serait sympa que vous commentiez sous cet article, pour me faire part de votre ressenti, de votre manière de vivre ça si vous êtes blogueuse / youtubeuse / très active sur les réseaux… ou si vous êtes tout simplement lectrice. Merci.

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

152 commentaires
  1. Il y a peu je me suis lancé dans la création de mon blog, cela faisait plusieurs années que j’avais une chaîne sur YouTube mais celle-ci ne me correspondait plus. Et c’est vrai que la planification des choses m’échappent j’ai encore beaucoup de mal mais je pense pourtant que ça me permettrait parfois d’arriver à jongler. Mais j’ai l’impression d’être beaucoup moins honnêtes envers mes lectrices. Du coup c’est un petit peu compliqué mais en réalité je sais que ton attitude est sûrement la plus juste et la plus équitable pour arriver à jongler entre la vraie vie et la vie Internet

    1. Pour moi, programmer la publication d’un article ou son relai sur les réseaux sociaux n’est pas un acte de malhonnêteté. C’est juste de l’organisation, pour faciliter la vie de tout le monde :)

  2. Bonjour Capucine, et merci pour ce retour très intéressant !
    Egalement blogueuse, je te rejoins sur le fait que planifier ses articles et ses posts sur les réseaux sociaux, c’est juste la condition pour tenir un planning de publication régulier, et pouvoir donner la bonne information au bon moment alors que nous sommes sur d’autres choses.
    Quant à raconter sa vie, je crois que juste relier la thématique de l’article avec une anecdote sur soi s’il y a lieu, est bien suffisant. Il est vrai que c’est toujours sympa d’avoir quelques infos sur l’auteur, cela rend la chose plus humaine ;-).
    Bref, tout ça pour dire que je te rejoins dans ce que tu dis :-). Bonne continuation !

    1. Merci Virginie pour ton feedback au sujet de ton expérience ! Je suis comme toi, j’aime beaucoup relier un article ou un test à une anecdote personnelle quand je peux le faire car mon blog est avant tout une aventure humaine. Juste qu’il y a des limites, on se comprend ^^ Je te souhaite également une belle continuation ainsi qu’une excellente soirée.

  3. Très bon article et tellement vrai. Il y a 3 ans, expat’ en Allemagne je tenais un blog de mode/lifestyle et j’ai fini par étouffer et littéralement supprimer mon blog. Le rythme était trop difficile à te tenir et je me coupais de la VRAIE vie. Maintenant ça va et même si j’ai refait un blog avec déjà pas mal d’articles il ne reste accessible qu’à mes amis et ça me va. Pour en revenir aux vlogs, je comprends ta décision et je trouve ça super sage ;) Pas mal de blogeuses beauté britanniques que je suis sont passées de blogeuses à youtubeuse et de youtubeuse à vlogeuse. Et même si la plupart ont la bonne idée de faire deux chaînes (une vlog / une beauté) j’évite certaines vidéos car je n’ai pas envie de forcément en savoir trop ou alors ça me met mal à l’aise de savoir certaines choses. D’ailleurs les #TMI (too much information) vlogs font un carton et je trouve ça limite malsain.
    Mais je trouve que tu arrives à bien garder l’équilibre. Et les vacances loin de son smartphone ou ordinateur c’est vraiment bénéfique, continue à rêver au Québec et aux grands espaces ;)

    1. Hey Steffi ! Merci pour ton commentaire ! C’est cool de lire tes impressions à ce sujet. Je suis comme toi, je suis mal à l’aise face à ce type de vlogs, que j’ai regardé une fois par curiosité afin de ne pas mourir bête… mais que je ne suis plus du tout parce que ça ne fait pas partie de mes centres d’intérêt. Ca ne veut pas dire que je trouve que les filles qui font ça sont nulles, elles font ce qui leur plait et c’est l’essentiel. Mais ma conception des choses en matière de territoire d’expression sur le web est différente… et il en faut pour tous les goûts ;)
      En tout cas, mon petit kiff du soir c’est de savoir qu’un article est relayé automatiquement sur ma fanpage alors que je dîne tranquillement en amoureux, avec des amis ou que je regarde une série. L’un n’empêche pas l’autre : je fais mon boulot, je publie… mais j’aménage ;)

      Et pour le Québec, j’ai pris mes billets d’avion figure-toi !

  4. J’ai trouvé ton article très intéressant. La frontière entre vie perso des blogueuses/youtubes et leur vie « pro » (ce n’est pas toujours leur métier) est très flou.
    Je comprends tout à fait ta position, tes limites. Moi même je suis assez active sur Twitter et Instagram, et il y a quelque temps j’ai fait une pause, sans le décider, juste je n’avais plus l’envie de partager, d’être sur Internet sans cesse ; et ça m’a fait un bien fou !!
    Cependant, je suis une des premières à aimer les vlogs, les articles plus personnels, les morceaux de vie que nous partagent les blogueuses/youtubeuses.
    Je pense que c’est à chaque personne de fixer ses limites et à chaque lectrice(lecteur) de respecter vos choix.

    1. Exactement, je pense que tout est une histoire de curseurs personnels… à définir avec sa communauté. Moi, par exemple, j’adore prendre des photos, ça me détend. Alors quand je suis en vacances, je poste des photos de paysages ou d’architecture sur Internet. Ca me prend 10 secondes, ça m’amuse et en plus, bonus, ça fait plaisir à ma communauté Instagram ! Mais je ne réponds pas aux e-mails ni aux coups de téléphone ;)

  5. Alors je donne mon simple avis de lectrice :)
    Je reconnais qu’internet, les blogs tout ça, c’est très vicieux. Y a pas d’horaire fixé, à priori on travaille chez soi sur son ordinateur. Du coup, on a du mal à se rendre compte que c’est un vrai travail (pas de bureau, pas d’horaire). Je veux dire, on se rend pas forcément compte que c’est pas juste un loisir, que ça prend vraiment du temps, qu’il y a des contraintes (pourtant quand on voit la quantité d’articles postés tous les jours, pour faire tout ça il a fallut travailler). Donc on comprend pas pourquoi il a personne qui est là h24 pour répondre à nos commentaires (bah oui normal hein) :p Et donc bah… Pourquoi notre bloggeuse irait en vacances ? Alors qu’elle est en vacances permanente.(Ironie inside. Même si certains doivent le penser) Et que nous on est h24 comme des stalkers en puissance à réactualiser la page jusqu’à ce que l’on voit un nouvel article apparaître.
    Ensuite concernant la vie privée…. Bah c’est privée, comme son nom l’indique. Donc je ne suis pas choquée. En plus, ce blog ce n’est pas un blog raconte-ta-life.com. Même si je reconnais que la vie privée des gens m’interessent toujours (commère d’un jour, commère toujours !). Ceci dit ça me paraît tout à fait normal (et très raisonnable) de ne pas parler de vie privée -même des choses qui paraissent anodines- sur un blog que n’importe qui peut lire.
    Donc moi je trouve ton blog comme il est fait très bien. Et pour moi, je trouve que tu fais beaucoup d’efforts. J’espère que tu vas continuer comme ça. J’apprécie énormément ce que tu fais.

    1. Bonsoir Panda ! Merci pour cet avis de lectrice. C’est super agréable de lire ce genre d’avis, de voir que tout est mesuré et surtout, que le message est super bien compris. Concernant Babillages, oui, tu as entièrement raison, ce n’est absolument pas un support sur lequel je raconte ma vie (il y a les journaux intimes pour ça, ah ah ah ah !) car ça n’est pas l’objet. Ici on parle de découvertes cosmétiques ou de tendances beauté, on discute, on débat avec passion… Et c’est bien là l’essentiel :)
      En tout cas, je tenais à te remercier du fond du coeur pour ton message, ça fait du bien de savoir que la démarche est bien comprise… et approuvée ! Je te souhaite une belle soirée !

  6. Ah, qu’est-ce que j’aime ce type d’articles, qui nous montre un peu l’envers du décor de la vie de blogueuse influente ( vie sur laquelle nous – enfin, moi la première – avons tendance à fantasmer, idéaliser ou…envier…)

    Franchement, Capucine, bravo pour ton site, qui est brillant de bout en bout. J’arrive pas à croire que je suis passée à côté de ce bijou qu’est « Babillages » pendant toutes ces années. Moi qui lis pourtant pas mal de blogueuses influentes mode et beauté ( et même cuisine) depuis quoi, 5, 6 ans…

    Il m’aura fallu une alerte google sur Inna Modja, en septembre 2014, pour atterrir sur la page facebook de « Babillages », avant de tomber ici, par curiosité. Et depuis, complètement séduite, je ne suis jamais repartie. C’est dire la qualité du site.

    Encore bravo ! Tu peux être fière de ce que tu accomplis et j’espère que tu continueras à te surpasser comme tu le fais visiblement depuis bientôt 8 ans.

    1. Hello ! Tu me fais penser que je dois publier cette fameuse interview d’Inna Modja ! Je souhaitais qu’elle soit publiée sur le nouveau Babillages, et puis le temps a passé, il y a eu les attentats, etc… Il faut vraiment que je m’en occupe ;)

      En tout cas, sois la bienvenue ici, je ne sais pas si j’ai déjà eu l’occasion de te le dire. Et au-delà de ça, merci beaucoup. Tout simplement ! Je te souhaite une excellente soirée !

  7. Salut Capucine. Cet article est très intéressant, ça permet de bien cadrer les choses. Parce que j’imagine que la frontière entre ta vie perso et ta vie pro doit être difficile à trouver pour toi, mais aussi à faire comprendre aux autres. En tout cas c’est essentiel de poser des limites, et tant pis si certains ne comprennent pas certaines choses, que tu mettes par exemple un peu de temps à répondre aux commentaires, etc. C’est ton boulot et les gens n’ont pas à être exigeants (enfin les lectrices surtout, avec tes contacts pros ça doit être un peu différent), même si la frontière est floue pour nous qui avons l’impression que tu fais partie de notre quotidien. En tout cas je suis choquée par ce qui t’est arrivé avec ton ancien employeur, c’est fou que des imbéciles pareils puissent représenter la justice…

    1. Hello Margot ! Merci pour ton commentaire. Pour ce qui est de mon aventure aux Prud’hommes, ne t’inquiète pas, ça ne m’a pas atteint à titre perso, j’ai su me relever et avancer. J’ai même trouvé pitoyable qu’on adopte ce type de défense (argumentaire niveau 0) et encore plus pitoyable que des gens sensés juger le monde du travail soient incapables de statuer justement et en faisant preuve de bon sens sur des histoires relatives au monde du numérique. Ca prouve une véritable méconnaissance du monde dans lequel nous vivons… Mais pour revenir à des choses moins extrêmes, de manière générale, je constate que dès que je poste un truc sur un réseau social ou sur mon blog, le téléphone a tendance à sonner immédiatement après. Peut-être parce que les contacts pros font le raccourci « elle poste = elle est disponible = je vais essayer de la joindre là maintenant tout de suite ».

  8. Bonjour Capucine,

    Je te suis depuis un moment même si je poste pas souvent de commentaire. Dans la mesure où tu es transparente (surtout quand tu pars en vacances et que tu nous dis qu’on aura des petits articles qui apparaîtront pendant cette période) ça ne me pose pas de problème en tant que lectrice, au contraire, je trouve adorable cette attention. Par contre, j’avoue que je viens de moins en moins souvent. J’ai l’impression d’avoir perdu l’esprit d’un blog depuis ta nouvelle mise en page et après avoir vu des annonces de recherche de stagiaires. On est plus du tout dans un loisir, dans le partage d’une passion mais quelque chose de trop professionnel pour moi qui du coup me fait me poser des questions par rapport aux avis que tu postes (le pire c’est que je pense mes réserves idiotes car je sais que si tu n’aimes pas tu le dis mais c’est impression qui persiste car je ne sais même pas si c’est vraiment toi derrière l’article ou le fameux stagiaire…) Donc j’avoue que même si l’idée d’un webzine est super, tout est très beau eh bien j’accroche pas. Le ton n’est plus le même qu’avant, et je ne parle pas en années là mais en mois. Donc voilà, ça j’accroche pas trop.
    Après, étant dans les RH, tu t’es faite piégée par la grande question du moment et la loi évolue beaucoup sur les notions de vie privée. Les réseaux sociaux, dans la mesure où c’est publié publiquement, sont des moyens de preuve. Donc pas étonnant qu’ils l’aient utilisé contre toi parce que oui, un burn out, tu mets deux ans minimum à t’en remettre et tu es dans un état psychique qui selon la définition te laisse dans un état où tu n’as plus la force de rien. C’est pire qu’une dépression. Mais ça tu le sais déjà. Or, si on te voit poster des choses en public, forcément, l’employeur va penser que tu n’es pas honnête. C’est un peu comme quelqu’un qui prétend avoir la grippe et qu’on voit poster une photo à la plage sur FB… Donc oui, c’est injuste puisque pour toi c’était un moyen de t’en sortir que de te trouver un objectif, un cercle… Mais le doute pour l’employeur est tout aussi raisonnable. A toi après de leur apporter la preuve de ta bonne foi et je suis sûre que je ne te l’apprends pas. J’espère en tout cas sincèrement que tu y parviendras car la souffrance au travail est pour moi inadmissible. J’ai toujours milité pour que mes collègues par exemple ne se branchent pas pendant leurs vacances ou week end. Au début, ils le font mais ensuite ils essaient et reviennent finalement bien plus frais et motivés… Donc… C’est important. Comme il est important quand quelqu’un me dit qu’il est mal dans son job de l’écouter et de voir quelles solutions je peux mettre en place pour l’aider (recruter quelqu’un en plus, formation, changement d’équipe…). Parce que oui les RH c’est pas le monde de oui oui et dans certaines boîtes ce sont vraiment des abrutis autant dans d’autres on est très attentifs à ces questions. Bref, ton métier de community manager se déroulant sur les réseaux et toi étant présente dessus alors que tu n’es pas censée y être pas étonnant qu’on te cherche. Même si c’est regrettable encore une fois.
    Sinon, je ne demande pas à une blogueuse de me déballer toute sa vie privée mais comme beaucoup qu’elle parle un peu d’elle en fonction de ses articles de manière générale. Chacun à sa vie privée, même si on en publie quelques bouts ;)

    1. Bonsoir Clem, merci pour ton long commentaire que je viens de lire. Je suis triste de lire que tu n’aimes plus Babillages, mais en faisant le choix de me lancer dans cette aventure de façon professionnelle, je savais que je perdrais des gens en route… ça fait partie du jeu et je l’accepte. Cependant, je tiens à rectifier une petite (grosse !) chose car cela me tient particulièrement à coeur. Ce que je poste est signé de mon nom et de mon prénom en-dessous de chaque article et ça ne me viendrait jamais à l’esprit de demander à quelconque collaborateur d’usurper mon identité pour faire croire que c’est moi qui écris les articles alors que ce n’est pas le cas. Aujourd’hui, à l’heure où je te parle, je suis la seule et unique personne à publier sur Babillages et ce depuis presque 8 ans. Si quelqu’un est un jour amené à publier ici, ça sera sous son propre nom, cela sera clairement stipulé et cela devra correspondre à la charte Babillages, si je puis dire. Au-delà de ça, ce n’est pas parce que c’est mon activité professionnelle que les choses changent fans le fond. Les articles de tests et les tutoriels sont les mêmes.
      Enfin, pour la partie RH… je t’avoue que oui, c’est très regrettable. Et même bête, en soi, je trouve. Je pense sincèrement que mon dossier a été jugé par des gens qui n’y connaissaient rien en Internet, et argumenté de l’autre-côté par des gens qui jouaient avec cette méconnaissance évidente. Par exemple, ils ont plaidé que je publiais des articles sur mon temps de travail… alors qu’ils étaient programmés et que je les écrivais le week-end (qui… hormis les gens mal informés ou très mal orientés dans l’argumentaire… irait croire que sur mon temps de travail, j’étais en train de tourner et monter un tuto make-up vidéo….?!). Bref, je suis passée à autre chose, mais cela m’a permis de voir les choses sous un autre angle : à savoir que ce qui est logique et coule de source pour moi ne l’est pas pour autrui. Ah et aussi… que la justice n’est pas si juste que ça. Mais pour ça, je m’en fous, je crois en Dieu et au jugement dernier ;)

  9. Salut Capucine! Alors moi je suis simple lectrice, mais que tu programmes tes post ou tes messages sur les réseaux sociaux ou que les « make up of the day » datent d’il y a 2 jours ou 3 semaines ça m’est complètement égal! C’est le partage qui est chouette, que ça soit instantané ou non ne change pas grand chose :) et quand tu pars en vacances, nous sommes suffisamment averties pour ne pas être surprise de pas avoir de réponse immédiate de ta part! (ou les photos de paysage paradisiaque sur insta aident à comprendre)
    Evidemment, comme je suis une grosse curieuse et que je te suis depuis un bon moment, des éléments de ta vie privée m’intéresseraient tout autant que tes avis pro mais je comprends que tu veuilles que ça reste privée, c’est normal! Et ça rend les petites anecdotes glissées par ci par là encore plus croustillantes! :P
    Belle soirée Capucine! :)

    1. Hello Lélou ! Comme toi, je pense que ce qui est le plus important dans la démarche, qu’elle soit professionnelle ou juste un loisir, c’est le partage. Après, le moment auquel est vraiment écrit l’article ou l’instant où la photo est vraiment prise… je pense que dans le fond, ça ne change pas grand chose. Dans mon cas, c’est mon métier, et c’est la seule solution que j’ai pu trouver pour m’organiser au mieux afin de pouvoir poster sur le blog / les réseaux sociaux plusieurs fois par jour tout en menant de front des rendez-vous avec des clients ou des prospects, les rendez-vous comptables, à la banque, des journées à l’extérieur ou voyages professionnels. Je ne dis pas que c’est LA solution et je pense même que je vais briser le mythe chez certaines, ou que d’autres vont mal interpréter tout ça en pensant et déduisant un peu trop simplement que tout n’est que purs mensonges, calculs et manipulation. En tout cas je trouvais intéressant de partager ma vision de la chose, les coulisses de ces deux vies réunies en une seule, et d’échanger via les commentaires sur la perception de tout un chacun à ce sujet. Merci en tout cas d’avoir pris le temps d’écrire ici :) Je te souhaite une excellente soirée à toi aussi !

  10. Je n’écris pas souvent, mais je suis très attachée à toi (ton toi virtuel si on veut vraiment entrer dans le détail), et cet article me touche.

    Bon, déjà, pour être honnête, je travaille dans les Ressources Humaines et dans une grosse société, qui pourtant ne se permettrait pas des convocations voire des bureaux de conciliation aussi futiles. Le droit du travail est encerclé par des voyous, de vrais gangsters de l’entreprise, alors coupons le vrai saucisson. Elle est là, la justice.

    Ensuite, j’approuve totalement ta discrétion et ta pudeur sur Internet. C’est à double tranchant. Il existe des milliers d’individus dans le monde qui utiliseraient n’importe quelle information, même des plus anodines, contre toi. C’est comme ça, ça l’est depuis longtemps et ça le sera d’autant plus avec le temps. Les professionnels, mais aussi les anonymes, les critiques, et même le gouvernement. Alors, soyons prudents, c’est important.

    Merci à toi pour ce partage.
    Et si un jour, les Prud’hommes te reconvoquent… appelle-moi ! Haha.

    1. Hello Elsa ! Merci <3 (un petit coeur pour la peine !)
      Si j'écris notamment au sujet de cette aventure aux Prud'hommes, c'est que c'est vraiment très très loin derrière moi et qu'aujourd'hui ça ne m'affecte plus et que je pense n'avoir aucun risque à en parler ici. En tout cas, je pense que ces histoires de pudeur et de discrétion, c'est selon les curseurs de chacun. Il y en a qui adorent regarder les vlogs sur youtube et qui estiment que la youtubeuse n'en montre pas assez. Il y en a d'autres qui vont trouver qu'au contraire, une blogueuse comme moi ou une autre, en raconte trop. Encore une fois, je pense qu'il n'y a pas de formule magique à ce sujet et que chacun est libre de faire comme il l'entend et de lire/regarder le contenu qu'il souhaite. Comme ça, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les envies. Dans mon cas, j'ai commencé le blogging très jeune - à 19 ans. Je n'étais clairement pas armée pour tout ça et j'ai fait un paquet de conneries sur le web. Des que je regrette mais je dois vivre avec et continuer d'avancer. D'autres que j'assume totalement. Et la plupart dont je me fous carrément. En tout cas, je pense que si aujourd'hui les curseurs sont placés comme ça chez moi, c'est parce que justement, avant, j'ai vécu n'importe quoi n'importe comment sur le web. Et que j'ai été trop exposée à l'avis de tout le monde, comme ça, gratuitement. Je l'ai mal vécu, à l'époque. Alors depuis, je me protège. Et ce qui est publié de ma part ici ou sur les réseaux sociaux est maîtrisé et je sais que je suis prête à en assumer les conséquences. Voilà, tu sais tout :)
      Promis, si un jour j'ai affaire aux Prud'hommes, je t'appelle. Mais ça ne devrait pas arriver de sitôt, je suis à mon propre compte... et j'ai beaucoup appris des erreurs des autres en n'appliquant surtout pas les mauvaises choses/conseils que j'ai pu voir auparavant et qui m'ont fait souffrir en entreprise ;)

  11. Ps : « Ah et aussi… que la justice n’est pas si juste que ça. Mais pour ça, je m’en fous, je crois en Dieu et au jugement dernier ;) »

    Je plussoie :)

  12. Coucou, je ne vais pas te faire une long discours (car quand je commence… je peux pondre 6 pages ;-) ). Je suis contente d’en lire plus sur toi en tant que femme « être vivant » et non « être virtuel ». Mais je pense qu’effectivement certaines personnes doivent se sentir + proche de toi grâce à tes billets et photos que toi d’elles (dans le sens où tu es plus visible au quotidien et à volonté qu’elles le sont pour toi). Du coup, ce n’est pas toujours facile de gérer cette demande d’attention omniprésente de tes lectrices. Mais je trouve que ton billet pourra tout en douceur expliquer le pourquoi du comment. Et qu’écrire, ce n’est pas que ça. Et que même si tu vies de ta passion (chanceuse!) Ta passion n’est pas toute ta vie. Tu as à coté la vie tactile avec ta famille, amie et tes activités? Je pense qu’il est important que tu protèges ta vie, ton quotidien, ton jardin. Pour être honnête, je lis beaucoup articles, presse, blog… je regarde pas mal de video YT mais je zappe tous les vlogs and co. Pas que je dénigre le quotidien de la personne ou que je respecte pas le temps qu’elle a passé pour faire sa vidéo ou son article. Mais juste car je ne la suis pas comme si je lisais un journal intime. J’ai un peu du mal à rentrer dans leur vie, c’est trop « profond ». Seul l’intimité de mes vrais amis m’intéressent. Tout connaitre sur une personne que je ne connais pas ne m’intéresse pas. Ses avis, ses idées, ses conseils bien :) Je ne dois pas être assez people :)

    Conclusion (oui j’y arrive… ;-) )Personnellement, je ne m’offusque absolument pas que mes commentaires ne soient ni likés ni répondus (même si je ne suis pas insensible au fait qu’on me réponde de temps en temps, faut rester honnête). Si je commente ou si je like, c’est avant tout pour te montrer que j’ai vu, lu et apprécié. Et surtout que je suis reconnaissante du labeur fourni. J’espère que tu ne t’es pas endormie ;-)
    Bonne soirée :)

    1. Oh que non, Cindy, je ne me suis absolument pas endormie à la lecture de ton commentaire ! Je te remercie d’ailleurs pour ce message très clair, super explicatif. Je comprends bien ta démarche, c’est chouette. Tu as parfaitement résumé ce que je pense : beaucoup de gens ne comprennent pas le fait que je me montre pour mon blog et le fait que je mette des « barrières » en même temps. Bien sûr que ça m’amuse énormément de tester des produits tout en montrant le résultat sur mon visage/mescheveux et j’y prends de plus en plus de plaisir – sinon, je n’aurais pas choisi de faire de ma passion mon métier ! Mais pour moi, je considère que mon visage et mes cheveux sont mon «  » »outil de travail » » », d’une certaine manière, et que ce n’est pas parce que je me montre que cela veut dire qu’on me connaît.
      Bref, tout ça pour dire qu’il est 21h39, et que j’ai beau faire de grands discours sur vie online / vie privée… il serait grand temps que j’arrête de bosser que j’aille enfin dîner et me reposer ^^ Je te souhaite une belle soirée.

  13. Tu as entièrement raison dans tes propos. Entre vie pro et vie perso, il n’y a qu’un pas. Tu as raison de ne pas parler de mariage / grossesse ou autre sur ton blog car cela fait vraiment parti de ta vie privée, mais outre le fait que cela ne regarde que toi, il y aura également des personnes qui seront la pour te juger, et ce quoi que tu fasses. Et être jugée sur quelque chose d’aussi personnel, ce n’est pas toujours agréable… Il faut savoir garder un petit bout de vie privée bien à nous secret, après tout, ton blog n’est pas destiné à partager ta vie privée à la base, et je l’aime tel qu’il est personnellement. Bonne continuation pour ton blog, je comprends tout à fait que les articles soient programmés, je le faisais moi même quand je tenais mon blog à jour, et c’est un gain de temps fou ! Bonne soirée, bisou :)

    1. Je partage ta vision des choses. Je n’aimerais pas être jugée sur mon mariage, mes enfants, la manière dont je les éduque, ma relation avec ma famille, la manière dont je dépense mon argent ou que sais-je encore. Car tout ça ne regarde que moi et pas des « inconnues » avec tout le respect que je dois à mes lectrices. En tout cas, je te remercie d’avoir pris le temps de poster un commentaire ici, ça fait vraiment plaisir de te lire. Je te souhaite une excellente soirée.

  14. Hello Capucine, je trouve ton article vraiment intéressant ! En tant que lectrice et blogueuse (comme loisir) j’adhère totalement à ton article. Planifier est à mes yeux indispensable pour garder une vie sociale. Quand je pars en vacances, je sais que mon blog « tourne » et c’est important pour moi, j’ai ainsi l’esprit tranquille. Je trouve normal de se mettre des limites, c’est propre à chacun et ça doit se respecter. Il faut trouver son rythme personnel et accepter que la blogueuse puisse parfois mettre plusieurs jours à nous répondre. Tant qu’elle répond, personnellement, ça me convient parfaitement ;) Des bisous et une bonne soirée :)

    1. Exactement ! Je suis entièrement d’accord avec toi Serena, c’est comme ça que j’envisage les choses. Et en fait, ça l’était déjà plus ou moins quand ça n’était qu’un loisir. A l’époque, je devais jongler entre mon boulot qui n’était pas ce blog et ce blog qui était un loisir. Donc, pour qu’un article soit posté à 9h le matin, ça impliquait de le programmer ^^ Je te souhaite une belle soirée / nuit aussi !

  15. Bonjour Capucine,

    Ecoute, ça te paraîtra peut-être drôle, mais j’ai suivi ton blog (ancien blog ?) à ses tous débuts, il y a sans doute 7 ou 8 ans justement… Je ne sais pas comment j’étais tombée dessus à cette époque, mais ce que je peux te dire c’est que – sauf grosse hallu de ma part – il me semble que nous partageons une implantation géographique d’origine commune (je ne sais plus comment j’étais arrivée à cette conclusion), et je crois même t’avoir croisée un jour de ce côté en prenant le tram (sans que tu reconnaisses évidemment l’une de tes lectrices) !

    Bref, tout ça est assez anecdotique mais en tout cas, en tant que blogueuse à mon tour (à croire qu’on y arrive fatalement un jour !), je suis bien d’accord avec toi, on livre beaucoup de soi sur son blog, c’et une partie de sa vie, ça offre beaucoup de contacts et même certains amis, mais heureusement on ne balance jamais tout, ou du moins on n’étale pas l’essentiel devant le monde entier ! Par pudeur et par respect pour soi et son entourage. C’est lorsque le blog finit par imposer son propre rythme à sa vie qu’on doit commencer à s’inquiéter à mon avis !

    Tout ça pour dire que programmer / faire une pause me paraît juste une approche très saine !

    Et pour ce qui est des Prud’hommes, malheureusement, tout le monde ne connaît pas le fonctionnement d’un blog… Tu as juste dû faire face aux limites humaines et, dans un pareil contexte, c’est vrai que c’est tout sauf agréable (l’injustice venant de la Justice, c’est doublement difficile à avaler) !

    Voilà, cela m’amuse de t’écrire aussi longtemps après avoir commencé à te suivre mais en tout cas, bravo pour cette longévité, j’imagine le travail et la force de caractère que cela doit représenter !

    1. Hello Ginger ! Ah oui, je crois comprendre qu’on est plus ou moins du même coin ;) N’hésite pas à dire bonjour la prochaine fois, ça fait toujours super plaisir ! Pour les Prud’hommes, pas d’inquiétude, j’ai trouvé ça profondément injuste mais en même temps, je pense que ces histoires de blogs, d’Internet, tout ça, c’est assez récent et peu de monde dans ma situation a dû essuyer les plâtres en la matière.

      Enfin bon, ce qui est important de toute façon c’est que ça ne m’a pas atteint dans le fond. J’ai pris la décision de quitter ce mode de vie là (et visiblement ça n’a pas trop plu vu tout ce qui est arrivé après ! Je ne pensais pas que ça serait si ubuesque et qu’un jour mon blog entrerait en ligne de compte dans une histoire professionnelle), j’ai pris mon temps pour me reconstruire et monter ma boîte. Et voilà : aujourd’hui, je suis fière de tout ce que j’ai accompli. Raconter cette histoire (sans entrer dans les détails, car ils ne regardent que moi… et j’ai pas envie d’être attaquée pour quoi que ce soit par qui que ce soit ;)), pour moi, c’est important parce que je pense que quand on tweete un truc anodin et sans rapport avec le boulot à l’arrache pendant une pause clope (à l’époque je fumais ^^), eh bien x années après, on peut vous ennuyer à ce sujet.
      Ce qui est important dans ce genre d’histoire, c’est le résultat : sortir plus forte, grandie, apprendre des choses, avancer. Pas tout ce qu’il y a autour, ni même les jugements à l’emporte pièce que j’ai pu lire sur le web de la part de gens un peu trop curieux qui cherchent à gratter davantage, à tirer des conclusions hâtives ou qui semblent se délecter de la moindre «  » »faille » » » que vous pouvez laisser entre-apercevoir. Ces attitudes-là, ce sont des attitudes de « mange-merde »… et quand on a réussi à acquérir une certaine force de caractère, on s’en détache complètement. La preuve, j’ai des détracteurs (et certainement au quotidien) qui accordent trop d’importance à mes moindres avis et gestes. Je les laisse raconter leurs bêtises, penser à ma place et même troller ici s’ils le veulent : je m’en contre-fous :) A la limite, je peux trouver ça drôle. Drôle qu’on accorde vraiment tant d’importance à mon blog, mon travail voire même ma personne (qui, soyons d’accord, passe pour moi bien après mon travail produit ici). Ah la la, les joies d’Internet :)

  16. Moi je suis une vraie skyzophrène, mais je me le « permets » car mon blog n’est pas mon gagne-pain. J’ai tout en double : ma vie perso / mon blog ; mon compte FB / ma page blog ; mes comptes perso Twitter et Instagram ; ceux de mon blog.
    J’avoue que pour les réseaux sociaux, ma vie « blog » est forcément plus active. Disons que j’utilise plus Instagram pour mes clichés Anna UrbanGirl que mon compte perso…
    Au début (il y a 7 ans pour ma part), j’avais un peu « honte » d’avoir un blog et du coup, je l’ai caché assez longtemps à mon entourage, faisant alors bien attention de tout différencier de ma vie perso et de ma vie 2.0 liée au blog. Et puis les choses se sont emballées, mon blog m’a pris du temps, il fallait justifier d’aller à des opés le soir, expliquer à ma mère pourquoi elle m’avait vu dans une pub sur Youtube par hasard. Et puis Facebook, et puis Twitter, et puis Instragram, et puis tout le reste.
    Bref, j’ai « assumé » mon blog et ma vie virtuelle. J’ai fait moins attention aussi. Mais en prenant toujours soin de différencier les deux. Car tout ce que je vis au quotidien, je n’ai pas forcément envie que ça devienne mon quotidien sur mon blog. Des fois je parle de choses personnelles bien sûr, je me confie, je me livre. Mais ce que j’aime avec le blog, c’est justement de choisir ce que j’y raconte mais surtout ce que je n’y raconte pas. Malgré tout, j’ai remarqué, notamment sur Instagram, que certaines de mes lectrices et donc followers, « fouillaient » pour en savoir plus sur ma vie sans doute. Ou peut-être pour d’autres raisons en fait, je ne sais pas très bien, je ne comprends pas la démarche à vrai dire. Par exemple, je n’ai jamais tagué mon mec sur Insta, parce que je veux lui épargner ça, mais surtout parce que c’est mon choix. Alors certes ce n’est pas bien compliqué de faire le rapport vu qu’il laisse parfois des commentaires sur mes photos, mais bref, les gens remontent, fouinent, suivent le compte de mon mec, ceux de mes BFF, remontent jusqu’à mon profil perso… C’est pas grave, mais j’hallucine de ce comportement. Et en même temps, je me dis que c’est ça les réseaux, que c’est comme ça que ça se passe aujourd’hui et que si je ne l’accepte pas, alors il faudrait que je me désinscrive de partout…
    Je ne sais pas vraiment pourquoi je te raconte tout ça. Peut-être pour te dire que je comprends ce que tu veux dire, car même dans mon cas, petit blog, et en ayant pris soin de séparer mes deux vies, et bah ça ne fonctionne pas des masses…
    Je crois que comme dirait l’autre, « c’est le jeu ma pauvre Lucette »…

    1. C’est le jeu, exactement ! Pendant longtemps, je me suis indignée de ces gens « bizarres » qui avaient tendance à fouiller, voire un peu trop à mon goût. Et puis, j’ai compris que je n’y pouvais rien. Que c’était comme ça, qu’il y avait des gens plus curieux que d’autres. Ou du moins que chez certains, le curseur n’était pas placé au même endroit que moi concernant le respect de l’intimité d’autrui. Mais après tout, on parle d’Internet, on parle du domaine « public » si je puis dire. Alors si j’y suis présente, je dois en accepter les conséquences. Je dois accepter que des gens cherchent à déformer des propos, que des gens lisent en diagonale, que d’autres fouillent et s’évertuent à déceler la moindre parcelle de vie privée. Alors maintenant que j’ai compris tout ça, j’ai inversé la donne : je ne donne que ce que je veux donner. Je ne lâche dans le domaine du public que ce qui peut entrer dans ce domaine-là, être déformé et tordu dans tellement de sens que je m’en fous. (Et puis de toute façon,j’ai ma conscience pour moi ^^). Pour le reste, soit énormément de tranches de vie et la plupart de mes relations amicales et familiales, il n’y a ni blog ni réseaux sociaux. Ainsi, les choses les plus précieuses sont très bien gardées. A l’abri des regards indiscrets.

  17. Bonsoir Capucine, je trouve ton article vraiment pertinent. Je te lis depuis maintenant plusieurs années et en tant que lectrice, je me suis souvent fais cette remarque. La limite entre la vie personnelle et celle de blogueuse est effectivement fine. Elle est aussi certainement variable selon les blogueuses et ce qu’elles veulent transmettre comme message. L’essentiel est comme tu le fais de savoir se fixer des limites en fonction de son éthique et ainsi de pouvoir préserver son intimité, son jardin secret.
    Concernant les reproches qui t’ont été fais dans le passé pendant ton arrêt, je crois qu’il y aura toujours des personnes pour faire de tels raccourcis malheureusement… même si c’est assez déplorable de leur part.
    En tout cas merci de ton engagement responsable dans Babillages qui me donne envie de lire tes articles encore et encore.
    Kenavo.
    Marie

    1. Oui, il y a toujours des gens qui de toute façon, en veulent « plus », ont ce besoin de savoir ce qui se passe, etc… Mais libre à moi de ne jamais donner le fin mot de l’histoire… ;) En tout cas, je te remercie pour ton message ici et pour ta fidélité à Babillages depuis de nombreuses années. Même si on ne se connaît pas « en vrai », je suis plus que ravie de voir qu’on peut prendre plaisir à échanger avec des gens sur Internet. Je te souhaite une belle soirée !

  18. Bonjour Capucine ! C’est la première fois que je poste un commentaire sur ton blog alors même que je le lis quasi quotidiennement mais je voulais te féliciter et te dire merci parce que j’apprécie beaucoup la franchise avec laquelle tu nous parles de ton jonglage quotidien ;-) Etant une grande fan du magazine Glamour, et fréquentant beaucoup leur site, j’apprécie énormément la nouvelle version de Babillages parce que c’est vraiment sympa de se dire qu’on va ouvrir notre petit journal virtuel sur la beauté ! Et c’est bien parce que j’aime le côté journal/magazine que je n’ai pas envie de connaître ta vie privée, on ne le demande pas aux journalistes qui écrivent dans nos magazines préférés pour moi, les blogueuses c’est un peu pareil ! Puis pour les vlogs, le seul sur lequel je sois tombée, était sur la chaîne youtube de Zoella, elle était dans son lit avec son mec pour annoncer son déménagement, je me suis revue ado à regarder Loft Story (j’étais ado et on a tous regardé !) et clairement je suis vite revenue à mes blogs beauté que j’aime parce qu’ils me parlent de beauté et que c’est, cet(te) intérêt/passion qui nous rassemble !
    Je souhaite très longue vie à Babillages et que tu gardes toujours cette vérité vis-à-vis de nous, parce que (moi en tout cas) ça me plait :-)

    1. Oh la la, merci pour ce tout premier commentaire Chloé ! Ca fait chaud au coeur ! Et encore plus sachant que c’est un post un peu différent de d’habitude ! Ton commentaire me touche beaucoup parce que c’est comme ça que je vois ce Babillages 2015, cette nouvelle version : comme un webzine, avec une juste dose de blog car je suis très très très attachée à ce côté spontané et humain. En tout cas : merci ! Et maintenant que tu t’es lancée, n’hésite pas à revenir commenter, eheheh ! Bonne nuit !

  19. Hello,
    C’est marrant que tu parles de ce blurring des frontières car je trouve que tu es la bloggeuse que je lis qui a le plus de difficulté à bien faire le distinguo entre les deux, ce n’est pas une critique mais vraiment un ressenti, c’est peut être parce que ton blog s’est professionnalisé et que de ton côté tu as gardé une part de sincérité, ça donne parfois un patchwork, celui de la nana qui est capable de se livrer sincèrement dans un article comme celui là et de l’autre des posts ou des articles où tu es tellement détachée dans un mode publi rédactionnel à peine caché que ç´en est déstabilisant… Tu es assez lucide qd tu dis que c’est peu engageant parce que ça se ressent que tu n’est pas engagé quand tu fais ça, une obligation pro où tu te mets en pilote automatique, je pense aux posts Guerlain, Sephora ou Eucerin, on y croit moins que qd tu écris ce que tu as écrit ce soir (ou hier, qu’importe)

    1. Sophie, je pense qu’il y a quiproquo ou mauvais niveau de lecture. Quand je dis que parler de tel produit ou tel coup de coeur beauté est moins engageant, je compare ça à des discours sur ma vision de la maternité, etc… des choses extrêmement intimes, des choses qui pour moi ne se partagent qu’avec les gens proches. Et ça me paraît logique. Quand je dis ça, ça ne veut pas dire que je suis en « pilote automatique », comme tu le dis, quand je parle de produits de beauté. Ca ne veut pas dire que j’y mets moins de coeur (au contraire, ça me prend tellement de temps !). Ca veut juste dire que c’est mon job que j’aime et qui pour moi n’implique pas autant de jugements sur ma personne que lorsque je peux être amenée à me livrer de façon plus personnelle. Et encore une fois, se livrer de façon plus personnelle comme je le fais ici, ça ne veut pas dire dévoiler mon intimité. Là encore, il y a nuance. C’est comme si je mettais les choses dans des cercles. Le cercle A = les proches, l’intime = jamais vous n’en entendez parler. Le cercle B = ce qui peut être dévoilé de personnel, ça n’aura aucune incidence sur ma vie. Le cercle C = mes avis personnels sur des produits, etc, ce qui est du domaine de la passion cosmétique mais ce qui est « futile » et donc anodin en soi. Donc oui, le distinguo est parfaitement bien fait, ne t’en fais pas sur ce point-là… ;) J’espère que les choses te semblent plus claires à présent.

        1. Ca, c’est toi qui te fais cette idée-là. Car une fois que je dis quelque chose qui est clair pour moi, ce que je dis leur appartient et les gens l’interprètent et le « digèrent » comme ils l’entendent. Ca fait partie du jeu. Et je n’ai pas besoin de me justifier là-dessus.

      1. Non moi je veux connaitre le sujet de ta dernière dispute de couple, le prénom de ta maman et tes influences politiques (LOL)

        Non plus sérieusement ce sujet m’a rappelé qu’une fois je suis tombée sur un commentaire (je ne sais plus sur quel blog) dans lequel des « lectrices » racontaient des choses intimes ou du moins privées sur certaines blogueuses. Je me souviens qu’elles disaient que tu étais la maquilleuse de François Hollande (impossible de remettre la main dessus pour te transmettre le lien par contre…)
        Ce qui m’a choqué, c’est la haine de toutes ces filles, qui disaient avoir croisé telles ou telles blogueuses, et se permettaient d’énoncer des vérités à partir de leurs seules interprétations. J’ai alors pensé aux nombreux suicides causés par le harcèlement scolaire, la médiatisation, et personnellement, si je tenais un blog je pense que je te rejoindrais concernant la politique de confidentialité.

        1. Oui… Malheureusement, il y aura toujours des gens qui feront preuve d’un profond manque de discernement et qui interprèteront tout à tort et à travers. Ca fait partie de la vie… ;)

  20. Tu touche un point important, une connaissance a un blog de maman et est actuellement en congé maternité.. sauf qu’elle ne peux pas accepter de cadeau pour le bébé car sinon ça s’apparente à du travail et comme elle est en congé maternité ça lui ferait retirer ces indemnités de congé maternité… sauf que franchement tester la dernière poussette sans avoir à se ruiner pour l’acheter et venir donner son avis sur son propre blog ce n’est en rien du travail au sens de la loi… bref, il y a un monde entre le travail salarié et le travail ‘virtuel’ (enfin virtuel car il est sur du virtuel mais c’est du vrai travail), bref, je m’embrouille moi même ^^

    1. Eh oui, point TRES important dont on ne se rend pas forcément compte quand tout va bien / quand on est embauché / ou qu’on n’a tout simplement pas de question à se poser. Mais oui, le blog (quand il est lu par l’employeur, quand on peut nous retrouver, etc) peut vite devenir un sacré handicap dans la vie professionnelle malgré tous les distinguos et bonnes volontés dont on peut faire preuve. Au bout d’un moment, j’ai tourné le problème dans tous les sens et je me suis même demandé si je devais fermer Babillages pour être « tranquille » dans ma vie pro et ne plus avoir cet espèce de couperet qui risquait de s’abattre sur moi si un jour mon employeur et moi on n’était plus trop d’accord. J’ai fait le choix de faire de ma passion mon métier, notamment pour cette raison. On se comprend ^^

  21. Bonsoir Capucine,
    Merci pour ce billet, je me retrouve bien dans la lectrice assidue qui rafraîchi frénétiquement la page d’un blog en espérant trouver un nouvel article. Mais depuis que j’ai lancé mon blog (« obligée » par mon école de commerce, pour un workshop. Mis au final ça me plait bien) je me rends compte du boulot qu’il y a derrière un seul article. J’admire totalement les filles qui arrivent à publier un article quotidiennement et qui ont un boulot à coté. Soit je suis encore novice et lente soit je n’ai juste pas assez de temps à consacrer à l’écriture. Tout ça pour dire que oui c’est normal d’utiliser la planification d’article, surtout quand on part en vacances ou qu’on a envie d’un break.
    Ca serait dommage de faire un deuxième burn-out surtout à cause du métier que tu t’es créé (Bravo d’en être arrivée là d’ailleurs, quelle force de transformer une passion en boulot). Prends soin de toi et continue de planifier ;)
    J’attend tes prochains articles/instagrams avec impatience ;)

    1. C’est marrant d’avoir été « contrainte » de créer un blog et finalement de s’être prise au jeu. C’est cool, ça veut dire que tu adores ça et qu’en plus tu te sens à l’aise dans la communauté blog, ça fait toujours super plaisir à lire ! Mais oui, tu as raison de le dire car je pense que si on n’a jamais tenu de blog on ne peut pas trop s’en rendre compte : ça demande vachement d’investissement. Alors bien sûr, personne ne nous a forcé à commencer ou à continuer l’aventure, hein. Mais quand même, ça nécessite parfois certains ajustements ou un peu d’organisation ! C’est dans ce sens-là que j’ai écrit mon article :) Merci beaucoup pour ta fidélité et ton gentil message. J’espère que les prochains articles et instagram seront à la hauteur alors ! #pression ;)

  22. Coucou Capucine,
    Cela fait un moment que je te suis maintenant et je dois dire que tu fais des articles d’une qualité irréprochable. Moi je suis un peu dans les deux camps car en tant que Bloggeuse je comprend totalement Ya position et ne pas raconter ta vie ou même faire des vlogs doit rester une décision très personnelle. Tu excelle dans un domaine et un style d’article bien précis alors pourquoi changer. Dans le fait que tu prennes des vacances belle fait de programmer tes articles te permet de souffler un peu je fais moi même pareil car sinon je passerai ma vie devant mon Pc. En tant que lectrice c’est vrai que quand on a une Bloggeuse favorite on a toujours envie d’en savoir plus et de la découvrir la est la frontière mais bon tes petites anecdotes me vont très bien et l’avantage c’est qu’à chaque fois on en sait un peu plus sur toi et ce n’est pas déplaisant.
    Surtout ne chaque rien chaque Bloggeuse vit cette « aventure » à sa façon et planifie sa vie selon ses envies n’oublie jamais ça.

    1. Merci beaucoup ! De toute façon, ça tombe bien puisque en matière de frontière vie privée / vie publique, j’ai choisi de ne strictement rien changer. Car j’ai enfin trouvé un équilibre depuis presque deux ans et je m’y retrouve très bien, je me sens vraiment très heureuse et à l’aise avec cet équilibre-là. J’aime raconter des anecdotes personnelles qui me lient à un produit de beauté. J’aime raconter ce que je pense de tel ou tel truc, ça m’amuse terriblement. Et je pense qu’à ce sujet, en fait, on s’entent toutes super bien :) Alors continuons comme ça ! Je te remercie pour ton message, pour ta fidélité à Babillages et pour ta gentillesse. Je te souhaite une belle journée.

  23. Coucou Capucine,

    Merci pour cet article franc et comme à ton habitude très nature et qui te ressemble vraiment…
    Tu me donnes le courage nécessaire pour prendre la décision de changer de vie.
    En effet, je rêve d’autres projets dans ma vie pro et perso..
    Je n’osais pas me lancer et tu m’as donné l’envie!!

    Pour en revenir à ton article, merci de cette sincérité et tu as raison préserve toi.
    Babillages c’est un peu ton « bébé », un magnifique projet et surtout très réussi mais pense à TOI aussi avant toute chose.
    Nous, tes lectrices, ne pouvons te reprocher de vivre et parfois de ne pas poster d’articles ou autres.
    Nous te retrouvons toujours avec plaisir et c’est ça l’essentiel.

    Bonne continuation et au plaisir de te lire
    Bises
    Marion

    1. Oh la la Marion, tu n’imagines pas comme ça me touche et comme je rougis quand je lis certaines lectrices comme toi me dire que mon parcours les inspire ou que cette manière décomplexée et pudique à la fois de raconter mon cheminement personnel pour m’épanouir sur le plan professionnel les a libéré ou leur a donné envie de se lancer ! Merci de la confiance que tu m’accordes. Merci de suivre Babillages. Merci pour tous ces compliments. C’est grâce à des filles comme toi que j’ai envie d’aller encore plus loin pour Babillages ! Je te souhaite plein de belles choses.

  24. Merci pour l’info sur Tweetdeck, je regarderai ça un de ces quatre… sinon, je suis « scotchée » par l’info sur les prud’hommes, le lien avec les réseaux sociaux, etc… je ne pensais pas ça possible :( même si je peux le comprendre :(
    j’avais fait un article une fois sur la mise en scène des vies de blogueuses, YT, que ce que l’on voyait sur les réseaux sociaux ne reflétaient pas toujours la vraie vie (au lendemain d’un passage à la TV où l’on m’avait vu en vrai, avec un bouton de fièvre, ça c’était la vraie vie LOL)
    Bonne journée

    1. Je t’en prie pour Tweetdeck ;) Aaaah oui je me souviens de cet épisode du passage télé, c’était rigolo au final ^^ Car oui, il y a une différence entre la mise en scène et le sublimé sur Internet (mais qui n’est pas mensonge pour autant) et ce qu’on est au quotidien :) Belle journée à toi !

  25. Coucou,

    J’ai lu avec attention ce que tu dis et c’est très vrai. Je te suis depuis tes débuts mais je ne commentais pas pour diverses raisons. Puis finalement, je me suis dis que c’était plutôt pas mal de commenter, de réagir à ce qu’on lit etc. e qui est drôle c’est que je suis surtout des blogs « beauté » ou « lifestyle ». J’aime autant celles qui se livrent ou celles qui décident de garder leur jardin secret. J’adore suivre tes voyages moi qui suis une férue de voyages aussi. Ce qui prime c’est surtout de voir les paysages par exemple que des photos trop persos. Quand je publie sur Insta ou FB, je fais moi même attention que cela ne soit pas trop perso car j’ai aussi une vie pro et je n’aime pas mêler les deux pour les mêmes raisons que toi.
    Tout cela pour te dire que j’aime ta sincérité et que c’est bien de clarifier les choses comme tu le fais mais il ne faut pas trop prêter attention aux gens qui te demandent de te justifier. Bonne journée.

    1. Hello Amal ! Bah oui, c’est fun d’échanger entre nous, de lire les commentaires des uns et des autres et de rebondir dessus :) Je pense que de toute façon, on ne devrait jamais se justifier sur qui on est / sur nos valeurs. Ca ne regarde que nous :)

  26. Personnellement je suis blogueuse depuis quelques mois, mais c’est un blog personnel, j’y parle de ma vie donc de tout : beauté, santé, loisirs etc. Mais avec des limites bien évidemment. Il y a aussi des sujets que je n’aborde pas mais que je traiterai peut être plus tard. Mon blog n’est pas connu et pour le moment je n’ai pas de retours méchants ou de commentaires désobligeants. Et j’espère que ça n’arrivera pas.
    Mais je suis surtout une grosse lectrice et personnellement quand je ne veux pas lire un article ou que quelque chose ne me plait pas, je passe mon chemin, c’est tout.

    1. Merci Magalie pour ton retour à ce sujet ! Je suis comme toi, quand quelque chose ne me plaît pas je passe mon chemin. Il y a des blogs que j’ai cessés de lire pendant une période car je ne m’y retrouvais plus et je n’ai pas fait un procès à la blogueuse pour autant ^^

  27. Merci pour cet article très intéressant. C’est vrai qu’un des choses les plus difficiles quand on essaie de bloguer un peu plus sérieusement c’est de créer des limites. Il faut du temps pour les trouver et intégrer que ce n’est pas la fin du monde si tu ne réponds pas tout de suite à tes commentaires (surtout qu’au départ, tu en as bavé pour les avoir les premiers coms ^^). Ton idée de prévenir à l’avance quand tu pars et de préparer une réponse automatique est géniale. Je la garde dans un coin de ma tête car elle peut être déclinée dans pas mal de situations.

    1. Exactement ! En revanche, je ne donne plus mes dates de congés sur Internet via un message du style « je pars de telle date à telle date ». C’est peut-être de la paranoïa mais on ne sait pas qui nous lit… et ça m’embêterait de retrouver mon chez-moi cambriolé à mon retour. C’est aussi pour ce genre de raison que mes photos ne sont pas vraiment postées en live sur mon compte Instagram, comme ça on ne sait pas tellement où je suis (pas pour pas qu’on me croise ^^mais plutôt pour ne pas envoyer de signaux trop évidents à des gens mal intentionnés) ni s’il y a des gens chez moi, etc ;) Mais en off, pour les contacts pros, oui, je préviens.

      1. Ca c’est clair, il vaut mieux être un peu parano. J’ai été traumatisée il y a quelques années par cet américain qui avait défrayé la chronique. Il faisait du montage je crois et il mettait des videos et photos de tout son matos. Evidemment, quand il a publié ses dates de vacances sur Facebook… je te laisse deviner la suite ;-)

  28. Hello Capucine,
    Je lis quotidiennement ton blog et j’ai tout simplement envie de te dire: ne change rien! Tu as tout à fait raison de mettre des limites vis a vis de ta vie privée. C’est très important d’avoir son jardin secret surtout sur le web. Je trouve également que tu gères tes périodes de congés/break de manière très pro vis a vis de tes lectrices. Tu nous laisses rarement sans nouvelle de toi pendant très longtemps ;) Merci encore pour tes articles de qualité et plein de fraîcheur!
    Belle journée à toi!
    Celine

    1. Merci Celine pour ce message super gentil. Ca me rassure de lire que des lectrices sont en phase avec ma manière de faire pendant les congés et qu’elles comprennent que ça soit un peu plus difficile de répondre aux commentaires pendant cette période. Ouf ! :)

  29. Bonjour Capucine,
    Tout d’abord, j’adore ce genre d’article de ta part car tu te livres sans trop en dire ! Je comprends tout à fait le côté « les gens qui t’appellent après une publication », je ne suis pas blogueuse mais je suis photographe et vidéaste en indépendante. Et en temps que free-lance, les gens pensent que tu peux travailler de nuit, les week-ends etc puisque ton travail c’est ta passion !
    Cela fait 5 ans que je travaille, et j’arrive à peine à définir la frontière vie privée/vie publique.

    Pour ce qui est des vlogs, chacun son style et sa personnalité. Il y en a que je déteste et qui en disent trop, d’autres qui savent nous inclure dans des moments heureux mais une fois qu’il en ont bien profité en privé. Je ne vais pas te mentir, j’adorerais savoir ce que tu penses de la maternité, du mariage, etc… Pas de manière malsaine, mais parce que que tu le veuilles ou non tu es un exemple, une inspiration, une motivation. On se dit « wahou regardes tout ce qu’elle a traversé et parcouru « et quand on te voit vraiment épanouie et heureuse maintenant, on y croit pour nous aussi. Et je trouve que ses articles plus « intimes » permettent ça, permettent de se dire « gardes ta motivation et ton courage bats-toi pour ton bonheur, pour d’autres ça a marché. » Ce n’est pas ta faute, je me reconnais en toi, et même tu as une vie virtuelle, on est bien plus proche de toi que les gens sur papier glacé. J’ai le même âge que toi, je vis de ma passion et j’ai aussi une entreprise à gérer.

    Mais, je comprends ta démarche et à mon sens, chacun doit respecter les choix de l’autre mais je voulais juste rétablir un peu la vérité sur les lectrices de messages plus intimes etc…

    En tout cas, félicitations pour le nouveau Babillages, pour le travail abattu et le courage dont tu as fait preuve dans tout ce que tu as traversé. Bonne continuation et tout ce que tu as réussi, tu le mérites et ne le dois qu’à toi !

    1. Hello Pauline ! Merci pour ce long message. Je comprends mieux alors pour certaines demandes concernant ma vision de telle ou telle chose. C’est vachement flatteur, merci beaucoup ! Après, ça ne veut pas dire que je cloisonne tout au point de ne rien dire. Par exemple, le jour où j’aurai un enfant, je pense que je le dirai (et puis de toute façon sur les photos il faudra bien que je l’assume à un moment ah ah ah ^^), mais je ne pense pas envisager d’aller plus loin en mettant mon enfant en scène ou en parlant trop de lui. Pour moi, c’est ça la frontière entre le personnel qui peut un peu tomber dans le domaine public et l’intime qui ne regarde que ma famille et mes amis les plus proches. En tout cas merci d’avoir rétabli cette vérité, ça me permet de mieux comprendre :)
      Et merci également pour ces messages terriblement encourageants qui donnent beaucoup de force ! Merci du fond du coeur et à bientôt ici :) Je te souhaite une excellente journée.

  30. Coucou Capucine !

    Ton blog je l’adore. Alors oui, c’est plus pro (heureusement étant donné que c’est ton métier ahah)qu’avant mais c’est un choix et je le respecte complètement d’autant plus que le résultat est super. Bon je suis encore un peu perdue avec le nouveau Babillage mais je l’aime bien (bun oui il est rose, ROSE ;))
    De plus que tu programmes tes posts c’est NORMAL enfin je veux dire que l’on peut ne pas le faire mais je ne comprends pas qu’il puisse y avoir un problème la dessus. Tu as une « vraie » vie (c’est dingue, t’es sûre de ne pas être un robot ??), une famille et tout donc c’est comme d’aller au bureau finalement tu programmes et c’est tout. Je vais pas m’étaler dessus mais moi je comprends tout à fait que tu sois moins présente par moment (tu veux aller faire du cheval ou de la boxe, où est le pb?). Tu es bien assez présente quand on a des questions sur les réseaux, et c’est génial.
    Sinon je suis une fervente fan de ton (désormais tes)instagram.
    Bisous

    1. Hello Marie ! Merci pour ton message. Je suis sûre qu’au fil du temps tu vas t’habituer, c’est normal, il faut le temps de digérer le changement. Mais pour le rose, je suis bien d’accord, c’est PRI-MOR-DIAL :)
      Je te confirme également que je ne suis pas un robot, ni même un extraterrestre (ET Téléphone Maison !) et que tout va bien :) Merci pour tous ces encouragements et pour ton humour ! Je te souhaite une très belle journée. A bientôt :)

  31. Merci Capucine pour ton article car effectivement, c’est quelque chose de plus personnel que tu nous livres. Au travail, j’avais dit à une personne que j’avais un blog et puis cela s’est propagé comme une trainée de poudre. Sauf que le matin, quand j’ai mal dormi pour une raison ou pour une autre, ma chef ne manque pas de me signaler que c’est ça d’avoir 2 jobs et que si je ne tiens pas le rythme je vais devoir « fermer le blog ». On m’a demandé de clore mon blog parce qu’il y avait un conflit d’intérêt (je rappelle que je travaille dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche…) pas franchement un milieu concurrentiel avec la beauté non ?! En tout cas merci pour ton histoire qui me fait me sentir moins seule, incomprise dans l’entreprise pour laquelle je bosse et me dévoue corps et âme mais pour quoi en retour ?! Bref, merci de m’avoir permis de vider mon sac. Je t’embrasse :)

    1. Je comprends ce point. Les RH de deux grands groupes cosmétos m’ont chassée pendant une période. J’ai passé des entretiens, par curosité, et parce que j’admire vraiment ces deux beaux groupes et que j’avais déjà travaillé pour eux en tant que prestataire et que ça c’était toujours super bien passé. On m’a demandé de fermer Babillages. Ca m’a beaucoup fait réfléchir. Et je me suis rendue compte que quelle que soit la voie professionnelle « traditionnelle » (dans le monde du salariat, j’entends) que je pouvais choisir, cette passion me rattraperait toujours, qu’on pourrait peut-être un jour s’en servir contre moi si ça tournait au vinaigre malgré toute l’honnêteté dont je pouvais faire preuve en scindant bien les deux. Et c’est d’ailleurs ce qui s’est passé dans mon ancien job au moment où j’ai souhaité partir. C’est entre autre pour ça que j’ai fait un choix : monter ma propre boîte et continuer à vivre mon rêve, quitte à en abandonner d’autres.

  32. Je t’ai lu jusqu’au bout et bravo pour cet article qui remet les points sur les i.
    Ton histoire devant le tribunal est vraiment hyper intéressante pour la juriste que je suis. (j’espère que ton cas ne fera pas jurisprudence toutefois). il y a vraiment tout un contentieux du droit du travail qui se développe de ce côté relativement aux réseaux sociaux. Je trouve ça assez fascinant!!

    En tous cas, très bon article!

    1. Moi aussi je trouve ça fascinant, justement ! Et c’est parce que je m’en suis totalement remise et que ça n’a plus aucune incidence sur ma vie que j’en parle. Car ça prête à réfléchir, justement. Et si ça peut rendre service à certaines, tant mieux :) Je te souhaite une excellente journée.

  33. Bonjour jolie Capucine,
    fidèle lectrice de Babillages depuis plusieurs années, je n’ai jamais osé commenter… Je profite de cet article très intéressant pour te dire de ne pas changer! J’apprécie justement le fait que tu ne dévoile pas ta vie privée, d’autant plus que je pense qu’il est tentant d’étaler sa vie quand on a un blog. Et ce que j’aime par dessus tout ici c’est ta franchise, ta sincérité. Pour moi tu n’es pas une blogueuse comme les autres, tu sors du lot. Merci pour ta simplicité et félicitations pour cette transition réussie de Babillages! Un dernier mot : tu es sublime!

    1. Hello ! En fait, c’est exactement ma conception des choses : j’ai un blog beauté. Je parle de beauté. Et je parle de moi à travers ce prisme cosmétique. Et de temps en temps quelques trucs personnels, mais jamais intimes. Je pense que parfois, les gens ont du mal à faire la part des choses entre tout ça. Alors que pour moi, faire preuve de discernement à ce sujet est essentiel pour avoir un bon niveau de lecture :) Merci pour tous ces compliments qui me font vraiment chaud au coeur (comme ça pas besoin de chauffage dans le bureau ahahahh !) Bises !

  34. Coucou Capucine,
    je suis une simple lectrice et j’ai beaucoup aimé cet article très franc et qui change des articles beautés. C’est tout à fait compréhensible de garder son « jardin secret ».
    En tout cas, ne change rien à ton blog, je le trouve génial et suis toujours impatiente de trouver de nouveaux articles sur ton blog en rentrant chez moi le soir.
    Clémence

  35. Super article. Je ne suis pas blogueuse pro comme toi, mais je blogue depuis plus de 8 ans aussi sur différents sites. Et je trouve que c’est bien aussi de montrer l’envers du décor, montrer qu’animer un blog, c’est un travail à plein temps qui peut paraître fun d’un point de vue extérieur, mais qui est très prenant et empiète beaucoup sur la vie perso.

    Tu as raison de mettre les pendules à l’heure et c’est normal de différencier vie online et vraie vie.

    Bonne continuation !

    1. Oui, ou à défaut d’être un métier à temps plein, c’est un loisir dans lequel on peut s’investir à fond ! Merci pour ton message et plein de belles choses pour toi Jessica !

  36. Bonjour Capucine,
    Je me suis toujours demandée comment as-tu les idées d’articles? Car au bout de 8 ans, n’as-tu pas moins d’idées?
    En tout cas je trouve ce post très intéressant.

    1. Hello Emilie ! Je t’avoue qu’il y a des moments où oui, on fatigue un peu, en se demandant surtout si ça ne va pas faire trop redondant ou si tel ou tel sujet peut vous intéresser ! Mais globalement, 90% du temps, je trouve l’inspiration assez facilement ! Et à vrai dire, c’est beaucoup plus stimulant pour moi depuis que Babillages a changé de tête. Je pense qu’il est important de se remettre en question, d’écouter ses lectrices… ça aide à trouver l’inspiration encore et encore :)

  37. Bonjour,

    Si je me rappelle bien, j’ai atterri par hasard sur ton « ancien » blog, il y a 3 ou 4 ans, alors que j’avais la flemme de bosser au boulot (pas bien). Et comme je suis du genre curieuse, j’ai fait toutes (oui, toutes !) les pages de ton blog. J’ai survolé certains articles, j’en ai lu d’autres… Je n’avais jamais commenté auparavant, mais je t’ai quelque fois apostrophé sur Twitter, souvent parce que je n’étais pas d’accord avec toi. Je suis une lectrice de l’ombre (tadaaam !).

    Bref, j’ai toujours une comparaison qui me vient en tête entre ton blog et celui de Magali Bertin. Je lis les deux, plus ou moins assidûment. Et c’est drôle, parce que j’ai l’impression que tu dis souvent « ma vie privée ne regarde que moi » (à raison) et que pourtant, en disant ça, tu en dévoiles énormément. Tandis que ta collègue ne dit absolument rien et finalement ne dévoile rien non plus. Ce n’est pas une critique ou un jugement, c’est juste une constatation sur une différence de perception.
    En te suivant sur Twitter ou en lisant ton blog (sans fouiner plus que ça hein), je sais comment s’appelle ton chéri, je sais où tu habites, d’où tu viens, je sais ce qui te touche plus ou moins, je connais certains moments de fragilité. Alors peut-être que ça te rend plus humaine, je ne sais pas. Disons, que si jamais je voulais te blesser, j’ai l’impression que j’aurais plus d’armes contre toi que contre Magali Bertin, qui ne laisse rien paraître.

    Tout ce long commentaire pour finalement pas grand chose. Je ne sais pas si d’autres lectrices penseront comme moi, mais ça peut te donner un aperçu de la perception d’une de tes lectrices. Si je fais cette comparaison entre vos deux blogs, c’est parce que j’ai commencé à vous suivre au même moment et que vous êtes dans des univers similaires.

    Bonne journée :)

    1. Hello Sonia, je t’arrête tout de suite car je pense qu’on s’est plutôt mal comprises ! Dans cet article, je ne dis pas que je ne veux pas parler de ma vie privée. Ma conception des choses, ce n’est pas que c’est tout blanc ou tout noir. Car de toute façon, mon blog est le prolongement de moi-même à bien des égards et que ça serait terriblement malhonnête vis-à-vis de mes lectrices de ne rien donner de moi, sachant que je parle de cosmétiques à travers mon propre prisme (ma peau, mes cheveux, mon ressenti, mes émotions).
      Pour moi, il y a une différence énorme entre des infos personnelles (aka, relatives à ma personne) et intimes (aka relatives à mon moi-profond et qui ne vous regardent pas). Je n’ai aucun souci à ce que vous connaissiez certaines informations personnelles comme où je vis ou ce que je peux penser de tel ou tel truc à partir du moment où ça ne touche pas à mon intime à moi. Cette histoire de Prud’hommes, par exemple : elle était dans le cercle intime il y a 2 ans et je n’en parlais qu’à ma famille et mes proches parce que ça me touchait profondément. Aujourd’hui, c’est dans le registre du personnel : c’est une donnée qui fait partie de moi et que je n’ai aucun souci à dévoiler (par très très très petites bribes, le reste ne vous regardant absolument pas) puisqu’elle n’a plus aucune incidence sur mon intimité, que c’est une « affaire classée » dans tous les sens du terme. Ce n’est pas parce que je vous livre des infos que je veux bien vous livrer que cela permet à quiconque d’avoir une prise sur moi. Car je maîtrise ce que je veux donner. Car si je le donne, c’est que j’ai envie de le partager, en acceptant les conséquences que cela peut avoir et tout en sachant qu’il n’y aura aucune incidence sur mon moi « intime » qui, lui, est bien protégé.
      Etre sincère avec ses lectrices en se livrant sur certaines choses que l’on souhaite partager n’est pas forcément synonyme pour moi de grand déballage d’intimité. Il faut savoir faire preuve de discernement, évidemment. Et ma façon à moi de bloguer n’est peut-être pas la meilleure mais je la vis en toute harmonie et en accord avec moi-même et mes valeurs : et je crois que c’est bien là tout ce qui compte, après tout. Pour moi, bloguer c’est partager des points de vue et des émotions avec les autres. Je me sentirais vraiment mal de poser une revue de produit là comme ça, de façon somme toute assez froide, et de partir sans même vraiment vous répondre et sans vous laisser un peu entre-apercevoir qui je suis. Les blogs ont rapport fort avec l’égo, encore plus quand on fait le choix de montrer son visage et de se mettre en scène. A partir de ce moment-là, si on choisit de jouer le jeu, à chacun de placer ses propres curseurs et de définir jusqu’où peut aller l’egotrip. C’est ma vision à moi, et je respecte toutes les autres façons de bloguer.
      J’espère que tu as un peu mieux compris ma démarche. Je te souhaite une belle journée.

    2. Tiens encore moi je trouve ton commentaire interessant et je partage ta vision, c’est sans doute pr cela que je viens lire Babillages regulierement et non Magali (que je respecte mais je n’ai pas accroche) tout simplement parce que je trouve qu’il y a un supplement d’ame sur le blog de Capucine (encore une fois pas une critique pr Magali, juste un constat de lectrice perso)

      1. ;) Bien sûr, moi aussi je respecte chacun, chacun fait ce qui lui plait. Et la richesse des opinions et des manières de faire, c’est ça qui rend ce grand tout super intéressant ^^

  38. Hello,
    Oh c’est « amusant », j’ai parlé de mon burnout également hier sur mon blog. J’ai mis le temps…
    Et tu sais quoi ? Ca, je n’en parle pas sur mon blog, mais j’au eu peut de porter plainte contre mon ancien employeur à cause de mon activité de blogueuse et de mes réseaux sociaux. C’était mon échappatoire et j’y dégageais une image très positive. J’ai eu peur qu’on me le reproche. J’ai eu peur que mon état qui était grave (plusieurs séances chez le psychiatre chaque semaine, chez le cardiologue…) soit remis en question, que l’on me fasse passer pour une menteuse. Je me rends compte maintenant que c’était ce que mon employeur de l’époque voulait. J’ai même eu droit à des reproches de mes collègues et amies « tu es en arrêt depuis un mois mais ça ne t’empêche pas de parler de rouge à lèvre sur ton blog, ça va ta dépression ». Ca a été très dur. Alors j’imagine ce que tu as traversé toi aussi et j’en suis très triste. Mais je me dis que cela t’a permis de faire évoluer ta vie telle qu’elle est aujourd’hui, et ça, c’est que du bonheur, n’est-ce pas ?
    Merci pour ton témoignage en tout cas. Je te lis toujours mais ne commente que très peu. Aujourd’hui j’avais envie de réagir.
    Je te souhaite une très jolie journée :-)

    1. Oui, je n’en parle de toute façon que de manière superficielle. Un burn-out, c’est quelque chose de très lourd à porter, et tu le sais aussi bien que moi. J’ai l’impression qu’on a plus ou moins vécu la même chose… <3 Je pense à toi.

  39. Je partage entièrement l’idée qu’un blog n’est pas le reflet rigoureusement exact de « la vraie vie » mais seulement une fenêtre qu’on ouvre sur un pan de soi-même. Ayant été confrontée au harcèlement sur Internet, je suis d’autant plus prudente sur ce que je dévoile de ma vie privée. Je suis, comme toi, frappée par les évolutions de cette frontière public/privé au fil des années (je me souviens d’ailleurs du tout début d’Internet où je trouvais ça « bizarre » qu’un site me demande ma date de naissance).

    Chacun fait ce qu’il veut, bien sûr, mais j’ai tendance à penser qu’à l’adolescence par exemple, on ne mesure pas toutes les implications que ça peut avoir de se dévoiler autant sur Internet et la difficulté qu’il peut y avoir ensuite à faire disparaître les informations. J’ai dû faire ce travail de « nettoyage de e-réputation » pour quelqu’un qui n’avait justement pas mesuré les conséquences d’une telle exposition à l’adolescence et c’est long, difficile et pas toujours efficace à 100%.

    1. Oh la, ma pauvre. J’imagine que tout s’est arrangé maintenant que tu en parles dans les commentaires. Mais quand même. Même si on semble s’être relevé et être passé à autre chose il reste des traces à tout jamais. Une pensée pour toi.

      1. No worries, c’est de l’histoire ancienne, ce n’est pas arrivé sur mon blog actuel mais via un ancien site web. Mais merci de ton petit mot ! Ça laisse des traces, oui, mais au moins on sait mieux poser les limites par la suite dans les relations qu’on peut avoir avec ses lecteurs.

        Tu as sûrement le cas aussi sur ton blog, de tous ces gens qui « vont trop loin », qui en demandent trop, qui oublient que tu ne peux pas faire du conseil individuel jour et nuit parce que tu as une vie privée. Ils ne le font pas forcément méchamment, parfois ils ne se rendent juste pas compte du tout du nombre de sollicitations et du temps que ça prend de répondre à chacun correctement. Et c’est là que, selon moi, il faut savoir poser les bonnes limites, pour ne pas se faire « envahir ». Je ne savais pas le faire à une époque et c’est dans cette brèche que s’est engouffrée une personne malsaine… Après, on retient la leçon ;)

  40. Merci pour cet article c’est toujours intéressant d’avoir le ressenti des blogueuses sur ce sujet précis.

    Pour ma part j’ai commencé à bloguer il y a plus de 10 ans et à l’époque c’était vraiment différent, il n’y avait pas de thématique spécifique on parlait un peu de tout de rien. Et un jour en me relisant je me suis apperçue que le « tout et rien » c’était surtout beaucoup de ma vie et je ne voulais plus l’exposer sur le net à des personnes que je ne connaissais pas, j’ai donc tout supprimé et je suis partie sur des blogs privés. Mais au final je me suis vite essoufflée de pas pouvoir échanger avec des personnes extérieures qui peut être se serait retrouvé sur un sujet évoqué.

    Il y a 2-3 ans, j’ai tenté de refaire surface sur blogger mais j’ai pris peur. Parce que je tiens à rester une blogueuse anonyme et que dans mes écrits j’avais l’impression qu’on pouvait me reconnaitre. Mais moi les blogs à thématique c’est pas mon truc, j’ai essayé mais à chaque fois c’est le trou noir, et je revenais avec des sujets plus personnels.
    Mais comme je me méfie de tout, je ne voulais pas qu’on puisse s’en servir un jour et j’ai préféré arrêté.

    Je suis toujours un peu frustrée parce que j’adore échanger et sur certain sujet je sais que cela pourrait m’aider (notamment une reconversion pro) mais j’y arrive pas, je trouve toujours mon style trop « personnel ».

  41. Merci pour ta réponse détaillée :)
    Je ne parlais pas uniquement de cet article, je parle du ressenti général que je peux avoir en te lisant sur divers supports : la contradiction « je ne veux pas parler de ma vie privée »/ »j’en parle finalement pas mal à travers quelques bribes distillées par-ci par-là ». C’est évidemment caricatural et tout n’est pas forcément tout noir ou tout blanc. Mais c’est un ressenti de ma part, donc forcément hyper subjectif et pas forcément réaliste.

    Je comprends ce que tu veux dire, je pense simplement qu’on ne met pas le curseur au même endroit, et c’est normal. Il y a beaucoup de choses que tu dévoiles, qui pour moi relèveraient de l’intime. Mais pas pour toi, et c’est le plus important après tout.
    Après, je pense qu’on n’est jamais maître des informations que l’on révèle sur les Internets.
    En tout cas, le plus important est que tu restes fidèle à toi même, alors bravo pour ça !

    1. A partir du moment où je suis la seule source d’information concernant ma propre personne… si, je pense que je suis quand même un minimum maître de ce que je fais ;) Merci en tout cas !

  42. Bonjour Capucine,

    Arrive à l’instant le moment où je risque de passer pour une groupie: tampis, après tout c’est flatteur non ?

    Non sans rire, je lis Babillages depuis 3 ans à peu près, mais je ne me suis jamais manifesté: aujourd’hui, je passe le cap ! Depuis le début j’admire clairement un bon nombre de choses chez toi, chez Babillages. Cette plume, cette franchise, et cette ampleur que prend le blog, chaque jour un peu plus. Cet article me fait clairement comprendre l’impact du blog dans ta vie et je suis vraiment stupéfaite. Ce truc est devenu ton job. En plus de ça tu sembles gérer à merveille l’équilibre entre ce job et ta vraie vie! Un parcours comme le tien est juste… -ouf-. (J’essaie de bien parler parce que je m’adresse à toi mais desfois celui-là je suis vraiment obligé de le placer!)
    Je suis étudiante en Communication, en BAC+3. Ahhhhh la comm’: cette filière grandissante qui nous mène tous, je crois vers… PÔPÔLE.Contrairement à toi je suis plutôt du genre à voir le verre d’eau à moitié vide, j’avoue! Aussi, je suis passionnée de cosmétiques: le makeup, les gommages et les masques, c’est ce qui mine mon compte en banque depuis que ma mère m’autorise à porter autre chose que du khôl noir dans la muqueuse. Depuis le lycée, en fait. Du coup, une fille comme toi, t’imagine bien que je suis vraiment en extase. Et je voulais que tu le saches. Que tu saches à quel point ce que tu as fais de ce blog est grand. Parce que des étudiantes en comm passionnées de cosmétiques ça court les rues, partout. Et puis ça rêve, dans un coin de sa tête, sans vraiment y croire. Toi tu as réussis, brillament en plus et c’est une très belle revanche que tu as prise.

    Contrairement à certains commentaires que j’ai pû lire plus haut, je trouve que le fait de rendre ce blog plus professionnel lui donne encore plus de cachet, et me fait baver encore un peu plus !

    Continue de faire ce que tu fais et savoure cette réussite.

    Malorie

    1. Hello Malorie ! Merci de sauter le pas et de commenter :) Merci pour tous ces encouragements ! Et ne t’inquiète pas, moi aussi je parle le djeuns et je dis tout le temps « C’EST OUF » ! Mais je ne l’écris pas, comme quoi ! Drôle de tic de langage ;)
      (Et je t’avoue que tu as réussi à me faire verser une larmichette, ton commentaire m’a beaucoup émue. Merci. Vraiment. Du fond du coeur).

  43. Merci pour cet article ! Il m’éclaire bcp et confirme (malheureusement) ce que je pouvais penser. Je suis dans la situation où mon chef vient de découvrir mon blog (il fouille un peu partout, le genre de mec qui cherche photo ou autre présence FB quand tu es en vacances pour « se tenir au courant »). JE commence a avoir des allusions… on me demande si chaque truc que je porte est un cadeau, il croit que le monde de la blogo c’est ça… et rien que ça…
    Je trouve ca lourd et je pense qu’il faut vraiment différencier le boulot (vri job) de la blogo…. je n’ai jamais voulu parler de mon blog dans ce cadre la mais c’est trop tard désormais…

    JE ne pensais pas que cela pouvait aller si loin (non mais dingue ce trait d’humour aux prudhomme !)… ca fait peur car même si on ne raconte pas de choses trop privées… on raconte et ça dérange !

    Merci pour cet article !

    PS: Quoi tu nous mens en oubliant ton make up de la veille… arf ^^

  44. Je valide totalement ! Tu as le droit de placer la ligne entre vie privée et vie publique où tu le souhaites, tu distilles quelques petites infos qui nous font te connaître un peu plus mais sans nous raconter ta vie dans les moindres détails et ça j’ apprécie ! J’ ai découvert Babillages en 2011 ou 2012 alors que je m’ ennuyais au boulot (hum^^), ton blog fait partie de mes préférés, tant pour le contenu que pour la personne (tu sembles franche, nature, qui a les pieds sur terre, qui aime les animaux…) et pour moi c’ est important !
    Je consulte certains blogs beauté également pour certains contenus, mais je trouve la personne par exemple antipathique…
    Ton histoire de Prud’ hommes me révolte, la justice française est à 2 vitesses et je ne le sais que trop bien…
    Bref longue vie à Babillages et plein de belles choses pr toi Capucine !

    1. <3 Merci beaucoup Elisa ! (Eh eh, le commentaire était juste dans la file d'attente ;) Et comme la file d'attente place les plus récents en premiers, parfois les plus anciens attendent plus que de raison !)

  45. Merci pour cet article très touchant et qui te ressemble vraiment, tu es toi sans « chchi » ni artifice. Pas facile de se livrer et toujours très sincère, c’est ce que j’apprécie chez toi à tous les niveaux.

    C’est vrai que lorsque l’on fait un blog, on s’expose forcément, on prend le risque de plaire, de ne pas plaire, mais le plus important c’est que tu fais les choses avec ton ressenti, ton cœur, ton sérieux avec l’organisation et la prévision de tes posts. Et c’est souvent lorsque l’on se met à son compte et que l’on travaille chez soi que les gens pensent qu’on a le temps de répondre à leurs exigences (c’est une question que je me pose, car je pose la question de me mettre à mon compte vu que la recherche n’avance guère).
    Et il est important aussi de penser à toi, de prendre du temps pour toi, pour tes proches,.Même si beaucoup sont curieuse de connaître ton quotidien, ton entourage, ta façon de vivre, parce qu’elle t’apprécient (la rançon de la gloire héhé), il est aussi important de mettre des barrières entre vie publique et vie privée qui doit rester privée,.Le plus important est de savoir que tu es heureuse, même si je suis amoureuse de Doubs (comme beaucoup je pense) hihi.
    Et de toute façon quoique tu fasse, il y aura toujours des personnes pour te critiquer, alors continue à faire ce que te dicte ton coeur, (et je crois qu’un des accord Toltèque dit : fais toujours de ton mieux et avec ton coeur, mais cela me fait penser qu’il va falloir que je le relise vite).
    Et comme je n’ai pas encore le temps de faire un blog (due à ma recherche d’emploi qui prend du temps),je m’amuse avec Instagram, et parfois je commence à avoir des « remarques », car étant en recherche, j’utilise des produits de marques,mais je passe au dessus, .Et maintenant de plus en plus, j’ai envie de créer ma page Facebook beauté et look, et un peu healthy sur les conseils de plusieurs, mais bon reste plus qu’à choisir un nom .Cela m’aidera surement en plus dans ma rechercher et me tâte à faire une formation pour être coach beauté, image, .Et je sais que dès que je vais la faire, je vais subir des critiques parce que j’utilise de bons produits alors que je suis en recherche.Mais j’ai envie de suivre mes envie
    Bref tout ça pour te dire qu’il est important que tu suive tes envies, sans tenir compte des critiques (sauf peut être celles constructives de ton entourage,…).Et tu peux être fière du chemin que tu as parcouru, même s’il a été parchemé d’embûches.Et comme on dit « ce qui ne tue pas rend plus fort ».Continue à rester toi même, à faire de ce blog une « pépite »,de nous faire partager tes passions, coup de coeur,

    1. Gaelle, je te le dis souvent mais merci. Tu es là depuis tant d’années, chaque jour ou presque. J’ai l’impression que tu fais partie du quotidien chez Babillages, que tu fais vivre ce site. Merci pour tout. Continue aussi tout ce qui te fait plaisir :-)

      1. merci beaucoup, là c’est toi qui me fait rougir, .Mais comme je suis une passionnée et essaie de pouvoir travailler dedans, je reste informée et ton blog fait partie de mes plaisir;Encore une fois, reste telle que tu es la belle

  46. Bon je t’avoue que je n’ai pas lu les commentaires mais j’ai lu jusqu’à la fin ton article. Travaillant avec Internet et pour Internet tous les jours, je sais que chaque mot que l’on met, Google et ses copains le gardent en mémoire ad vitam eternam (et ça, beaucoup de personnes l’oublient ^^). Du coup, ça me donne pas l’envie de m’épancher sur mes états d’âmes, sauf si c’est en anonyme (et encore, j’aurais trop peur qu’on me découvre ^^). Les vlogs et autres joies de la vie privée, je n’aime pas ça, c’est comme si c’était de la téléréalité pour moi, un côté voyeur, pervers. J’ai l’impression que c’est le nouveau journal intime, sauf que le mot intime au final n’est pas vraiment là. Le privé doit rester le privé. En tant que blogueuse, ce que je mets sur mon blog et les réseaux sociaux qui s’y rattachent, ce sont des choses dont je ne me cache pas, qui ne sont pas tabous et qui, j’estime, n’affectent pas ma vie personnelle, ni celle de mon entourage. Après, chacun voit midi à sa porte :)

  47. Merci pour ton blog et ton post!!
    En te lisant j’avais l’impression de discuter avec une copine, car voici ce que tu es pour moi. Même si je ne poste pas régulièrement je te lis assiduement… J’ai des coups de gueule et coup de Coeur contre certains articles.
    Il est normal que tu fasses la part des choses entre vie privée et vie professionnelle. Même si je ne suis pas blogeuse, j’avoue avoir du mal a faire la part de choses.
    Ne change rien!!

  48. Juste pour dire tres bon article, merci du partage. Je pense que tu n’as pas a te justifier. Tu donnes ce que tu veux donner, aux gens de s’adapter. Les blogueurs/ses, youtubeur/ses ne sont pas au service des gens.
    Comme tu dis a chacun de se fixer ses limites, l’essentiel est de se sentir bien et en accord avec soi !

  49. PS: Tres interessant aussi ton info sur les prudhommes, cela nous rappelle la prudence et vigilance qu’il faut conserver sur le net !

  50. J’ai lu tout l’article mais pas tous les commentaires…
    J’ai un drôle de rapport avec Babillages que je suis depuis 7 ans maintenant. Je l’ai lu avec intérêt au début, ensuite un peu plus pour suivre son évolution, puis j’y suis retournée en douceur pour me tenir au courant des actualités beautés puisque qu’avec MBDF, vous êtes un peu celles qui découvrent avant les autres ;-)
    Ma passion pour le monde de la beauté s’est un peu tassée, je suis passée à autre chose, je continue à lire des blogs beautés parce que j’aime « l’esprit blog » que je ne retrouve plus ici. Attention, ce n’est pas une critique! Je trouve ton cheminement depuis toutes ces années hallucinant, et tu mérites absolument toutes les belles choses qui en découlent… Juste que j’aimerais voir naitre un terme pour les blogueuses qui se professionnalisent… Babillages est devenu une sorte de webzine et moi, j’aime l’aspect amateur du blogging que je ne retrouve plus ici. Je continue à te lire de temps en temps et je clique sur les sujets qui m’interpellent, mais je n’arrive plus à te définir comme une blogueuse.
    En tant qu’ancienne blogueuse, je peux comprendre aisément la programmation des articles mais pour les réseaux sociaux, je t’avoue que ça m’agace. Twitter et Instagram sont pour moi des endroits où justement la spontanéité est le charme premier du bordel, du coup la programmation n’y a, selon moi, pas sa place. Ca ne m’empêche pas de te suivre sur chacun de ses réseaux (parce que tes clichés sur Paris y sont magnifique) (et sur Twitter, parce que t’y lire un brin râleuse me détend) mais je trouve que ça perd un peu en saveur…
    Bref! Comme tu l’as dit, pour toi, c’est différent de ce que la majorité des blogueuses font, c’est ton métier et ça mérite nécessairement une organisation et un planning quasi parfait ;-)

    1. Oh, hello you :) Merci pour ton message super sincère. Tu sais quoi ? Avec ce nouveau Babillages, il y a une part de moi qui pense que je ne suis plus tout à fait blogueuse. Et une part de moi qui dit aussi que je ne tiens pas non plus tout à fait un vrai magazine en ligne dans le sens hyper sérieux du terme bien que ma professionnalisation est clairement affichée et assumée. J’ai l’impression d’avoir placé le curseur entre les deux, et il n’y a pas vraiment de mot qui existe pour ça. Mais on se comprend ^^ Et on est parfaitement sur la même longueur d’ondes sur ce point ! Mais s’il y a bien un truc cool à la professionnalisation, c’est qu’aujourd’hui je m’emploie à répondre à tous les commentaires, domaine dans lequel je n’excellais absolument pas quand c’était juste mon loisir. Et rien que pour ça, je suis contente ! :p

  51. Coucou Capucine,
    Je fais du community management pour un événement récurrent et il est clair que dans ce cadre comme dans le tien (d’autant plus que Babillages est devenu une marque qui existe à part entière), tenir un calendrier éditorial, un rythme de publication et programmer ses messages à l’avance : c’est juste indispensable.
    A titre perso, cela fait maintenant un bon moment que je songe à ouvrir un blog beauté mais que j’hésite à me lancer, notamment car je n’ai pas encore tranché sur ce que je souhaite y dire / ne pas dire. Partager oui, mais jusqu’à quel point ? Mon ego et moi-même sommes encore en débat intérieur ^^

  52. Bonjour Capucine,

    Une envie de commenter ce billet, car je te suis depuis de très nombreuses années, à vrai dire je t’avais découverte sur skyblog, alors les choses ont eu le temps d’évoluer depuis! Pour être franche, autant j’ai toujours aimé ton style d’écriture, autant ton attitude ou tes propos m’ont parfois énervée, tu étais jeune, je l’étais aussi, il m’est arrivé de te trouver hautaine, prétentieuse, contradictoire, « faites ce que je dis mais pas ce que je fais »… et malgré tout, je finissais toujours par revenir te lire une fois de temps en temps. Tout ça pour dire qu’au fil du temps, j’ai vraiment eu l’impression de te voir grandir, changer, et dans le bon sens du terme. Le travail que tu as fait avec Babillages est franchement exceptionnel, je suis très admirative de ce qui est devenu une véritable entreprise. On sent chez toi une grande franchise (que tu as toujours eue, et c’est à mes yeux ce qui t’a vraiment différenciée l’air de rien des autres blogs), un sens profond de la déontologie, une volonté de travail de qualité, un acharnement à faire du bon boulot, et ce dans le respect des lecteurs.
    Alors oui, les petites touches persos d’il y a longtemps manquent, le site a peut-être moins de charme qu’avant, il est devenu pro quoi… mais ce n’est pas une critique, ce que tu en as fait est extraordinaire, et je ne vois pas comment tu aurais pu faire autrement, Babillages étant devenu un vrai webzine, ton boulot à temps plein, il me semble normal de devoir le séparer de ta vie privée.
    L’histoire de la programmation généralisée partout me gênait un peu quand je m’en rendais compte, on aime à penser que c’est de l’instantané qu’on voit, mais là encore, comment aurais-tu pu faire autrement, à moins de ne plus avoir de vie? C’est super que tu aies fait un article sur tout ça, j’y vois comme une volonté supplémentaire de transparence, et personnellement ça me gênera moins du coup.
    J’ai toujours eu le sentiment que tu irais très loin depuis tes débuts, le résultat est là, tant pis s’il n’y a plus cette touche d’intimité qui faisait aussi le sel de ton écriture avant, tu es passé à autre chose d’un tout autre niveau, tant qu’on sent encore ta personnalité transparaître, c’est ça le plus important. Un grand bravo pour tout le travail accompli et, à mon sens, les bons choix que tu as fait concernant ce site. A nous de mettre notre curiosité de côté :)

    1. Anna, merci mille fois, du fond du coeur pour ce très très long message que j’ai pris plaisir à lire en entier. :) Merci pour tant de clairvoyance. Je te souhaite une belle soirée.

  53. Moi, je fais partie des lectrices assidues de ton blog, de celles qui « refresh », le matin, le midi, au goûter et avant d’aller dodo ! Je l’adore, tu as réussi à me faire apprécier cet univers féminin pour lequel je n’avais aucune prédisposition ! Et pourtant, maintenant dès qu’un produit me fait les yeux doux, je file sur Babillages, lire ton avis sur la question ! Et c’est ce que j’aime sur ton blog, cette authenticité et ce côté « girl next door », tu n’es pas effrayée de montrer qui tu es et c’est rare ! Pour autant, même maintenant que je connais les secrets de fabrique de ton blog (????), je l’aime toujours !
    Je suis admirative de ce que tu fais et j’aimerais à mon tour me lancer dans l’aventure du blog sur un tout autre sujet que le tien mais c’est cette frontière qui me gène, où placer les limites et comment gérer cette nouvelle exposition et le regard des autres sur son travail ! Professionnaliser comme tu le fais, je pense que ça aide à garder une certaine distance sur tout ça. En tout cas encore bravo pour ce joli blog !

    1. Pauline, merci pour ce commentaire si gentil, qui me fait tant de bien. J’ai eu une longue journée de boulot (toujours pas finie, mais c’est pas grave !) pleine de tensions (positives !). Et ça fait du bien de se délasser avant de fermer l’ordinateur pour de bon en lisant des mots aussi doux. C’est bon de savoir que le message est passé, que les gens apprécient tout ça, car même si c’est virtuel c’est bien réel ! Je te souhaite une belle soirée.

  54. Bonjour,

    encore une lectrice qui ne commente pas beaucoup voir pas du tout tes articles mais qui apprécie beaucoup ton travail.
    J’ai l’habitude de prendre un thé le matin à ma pause et de parcourir tes revues, ce qui me distrait beaucoup, en revanche, ce genre d’article me laisse perplexe… je peux comprendre que certaines lectrices se posent des questions sur la façon dont tu peux gérer les choses, ce taff qui doit effectivement te prendre énormément de temps (comme tout les boulot tu me diras!!)… mais je ne comprends pas (pardon du terme) « l’intérêt » de consacrer un article là dessus!! d’expliquer et d’analyser le pourquoi c’est compliqué, pourquoi pas d’article tel jour, pas si pas çà!!! laisse couler!tu fais bien ton job, basta ! pas besoin d’entrer dans les détails et de vouloir absolument être clair! çà n’empêchera pas chacun de critiquer ou au contraire d’adorer!! à trop analyser… çà en devient beaucoup moins plaisant!!!et c’est dommage!!

    1. Je comprends ton point. Désolée que cela ait pu te déranger. Merci en tout cas d’avoir donné ton avis, et je pense que dans le fond, tu as raison. Belle soirée, et bon thé demain matin ;)

  55. Coucou, je trouve cela agreable un petit peu plus de toi ;)
    Les blogs s amoncellent, et avec instagram une nouvelle porte s ouvre sur le « regardez comment je suis trop bien habillee pour 10 mille dollars…. C est effarant, et du coup je suis certaine que beaucoup abandonne la lecture des blogs a cause de ses nouvelles blogueuses ( peut on dire ca?) … J ai passe un petit moment a regarder des looks, tous les memes, les meme vitrines vivantes de createurs en mal de pognon dans une societe ou c est juste decalle de se pavaner avec son sac chanel et sa veste margaux machin ou son ystl pour faire des courses….. Y a une limite.
    Et heureusement qu ici et d autres blog encore un peu, mais peu, on ressent la vraie raison de blogguer et c est agreable.
    La seule chose que je trouve enervante, c est les billet sponso, tous au meme moment, la on bouffe du galienic en veux tu en voila, et parfois certaine ne signale meme pas le partenariat…..
    Bref, ici je viens regulierement ;)
    Bisous

    1. Merci Caroline ! Quel sacré cri du coeur ! Je te comprends, je trouve qu’avec les réseaux sociaux, on se rend compte que la société s’uniformise à une vitesse folle. J’ai aussi du mal avec tout ça, je dois être de la vieille école, peut-être parce que je suis sur Internet depuis 8 ans à produire du contenu. Je ne dis pas que je fais bien les choses, hein ! Et pour les billets / vidéos sponsorisés dissimulés, je suis d’accord avec toi aussi : je trouve ça gerbant. C’est un vrai manque de respect du consommateur, on le dupe, on lui vend des « faux » avis… C’est pas classe. Et c’est puni par la loi. Bref…. ^^ Merci pour ta fidélité en tout cas ! Belle soirée :)

    1. Bonsoir Elisa, aucun message ne passe à la trappe (à moins que ça soit des insultes, mais j’en doute fortement !). Seulement, les messages sont validés après avoir été vérifiés, ce qui me permet de répondre directement. Et comme tu as bien lu mon article, tu n’es pas sans savoir qu’il y a des jours où j’ai l’air d’être présente online, mais je travaille plutôt offline en rendez-vous, etc… ;) Et aujourd’hui, c’était le cas, d’où le fait que tous les commentaires ne soient pas encore validés avec une réponse personnalisée. Merci pour ta patience.

  56. Coucou, tu as été courageuse de nous dévoiler tout cela mais tu as bien fait car évidemment on ne peut pas tout deviner, que ce soit concernant ton ancien travail, l’importance de la programmation de tes articles pour les lectrices etc, et c’est une bonne chose de remettre les pendules à l’heure, certaines personnes ne voyant que ce qu’elles veulent voir. J’en profite pour te remercier pour toutes tes magnifiques photos sur insta, surtout celles concernant Paris qui m’enchantent et ça m’est bien égal qu’elles aient été prises plusieurs jours avant… Merci aussi pour ta gentillesse sur les réseaux. :)

  57. Ici on est sur un blog, on n’est pas dans la vraie vie et surtout on n’a pas à savoir ce qu’il se passe dans TA vie puisque c’est la tienne et que c’est un blog beauté que tu tiens.
    Ton blog me plaisait avant et me plait toujours autant maintenant.
    Ne changes rien à ce que toi tu es, c’est ça le plus important.
    Merci d’avoir toujours continué à faire vivre ce site, c’est une petite bulle d’évasion que de venir ici chaque jour <3

    Une lectrice assidue depuis déjà 8 ans ;)

      1. Babillages est le seul blog beauté que je suis alors comment pourrais je, après tout ce temps, m’en passer ? ;)
        Ayant 25 ans, sans grande sœur et avec une maman qui ne se maquille absolument jamais, tes conseils ont toujours été très appréciables !

  58. Bonjour Capucine, avant toute chose, bravo pour ce superbe article. Je ne suis pas une grande fan des très longs articles mais celui ci je l’ai lu jusqu’au bout et avec beaucoup d’attention.
    Un autre bravo : celui pour te féliciter pour les choix que tu as fait pour orienter ton blog différemment, c’était une grosse prise de risque et je pense que tu as bien fait et que tu l’as bien fait.
    Pour commenter un peu le contenu, je trouve que tu évoques des sujets hyper importants, sur lesquels tout le monde ne sait pas bien réagir.
    Je suis une adepte des outils qui te permettent de programmer les contenus et je trouve ça bizarre que les gens réagissent mal face à ça, c’est juste pour faciliter la vie, quoiqu’il en soit, tu prends le temps de penser à tes lecteurs et c’est très louable, que ce soit en direct ou en différé (d’ailleurs, si tu ne connais pas déjà, je te conseille Latergram, une petite perle pour gagner du temps).
    En ce qui concerne le fait de poster en vacances et parler de sa vie, pour moi ça va un peu de paire : chacun fait comme il veut. J’imagine que certaines blogueuses se sentent obliger de poster sans arrêt et sur tous les sujets sinon elles ont peur de perdre leur communauté ou alors d’avoir des reproches. Seulement, on est TOUS des êtres humains et on a TOUS besoin de décrocher de temps en temps (et c’est une accro de l’iPhone qui te le dit).
    Je fais partie des gens qui ne veulent pas trop montrer ma tête, je ne raconte pas mes voyages sur mon blog etc… car ça fait partie des choses personnelles, que je n’ai pas envie de partager (pour moi et mon chéri, qui n’a pas envie de voir notre vie déversée sur la toile), mais je comprends que certaines le fassent.
    Pour conclure, je dirai que chacun est libre de publier ce qu’il veut, quand il veut, par le moyen qu’il veut. Quoiqu’on dise, ce n’est pas en checkant un compte Instagram et en lisant un blog qu’on sait tout d’une personne. Il y a encore des milliards de choses à découvrir, et dans la vraie vie c’est encore mieux ;)
    A très vite

    (désolée pour le commentaire fouillis, je m’y suis reprise à plusieurs fois sans réussir à tout bien organiser…) <3

  59. J’ai tout lu! et je suis assez d’accord avec toi; je pense même que ce post est un très bon exemple de quelqu’un qui a compris la différence être la vie réelle (TA vie) et la vie virtuelle… Personnellement je ne trouve pas si mal que ça soit dissocié.
    Même si j’aime toutefois beaucoup voir tes photos de voyages etc… tanpis si elles sont décalées (et je continuerais à commenter en donnant des « tips » par rapport au lieu si j’en ai, même si c’est peut être trop tard).
    Malheureusement de nos jours pas assez de personnes ne se rendent compte de la portée d’internet et des réseaux sociaux (l’exemple de qqun qui se fait porter malade un jour au travail, et le soir même tu vois les photos de son week-end en amoureux en Italie…); je pense qu’au dela de faire passer un message ton post a presque une dimension « éducative ».
    Bref, je me disperse, mais joli post (et je ne savais pas qu’il existait autant d’outils pour poster en décalé…)

    (flute, je me rends compte que je lis ton blog depuis 7 ans en fait… surprise moi même)

  60. coucou!

    Alors là excellent ton article je viens de le lire seulement, et naïve ou pas (naïve sur ce coup là) et bien je savais pas que les choses se passaient comme ça figure toi! Toute cette organisation, cette plannification bref toute cette machine de guerre! Je ne fais pas partie des frénétique qui attendent chaque article mais je parcours et je lis! Franchement je te tire mon chapeau sur cet article! J’aime beaucoup cette franchise et puis voilà : moi aussi j’ai un métier sans trop d’heure, et bien quand je veux plus : j’éteins le téléphone, je ferme ma boite mail et bonne nuit les petits :)

    Bref aussi surprenant que ça puisse paraitre j’ai trouvé ça excellent de découvrir l’envers du décor, envers qui n’enlève rien à l’envie de lire les articles!

  61. Je suis également blogueuse et j’ai un métier qui n’a strictement rien à voir avec le web ou la com. Ton article me fait vraiment écho. Je suis complétement d’accord avec toi et j’essaye au maximum de faire la part des choses entre « mon boulot » (qui me prend 40H/semaine) et « le blog », ce qui n’est pas toujours évident puisque mon blog me prend de plus en plus de temps mais je vois plus ça comme une passion.

    Néanmoins cette passion est limitée. Au début, je faisais que des articles « bla-bla mode ou beauté », sans montrer mon visage de peur d’être « blâmée » au travail. J’ai dépassé ça aujourd’hui mais c’est toujours avec un certain recul (et une certaine appréhension) que je poste mes articles car « tout le monde peut les lire », que ce soit mes collègues ou mon patron. Au boulot, ils n’ont pas hésité à nous faire circuler un papier pour nous informer sur les « réseaux sociaux » en insistant sur le fait que c’est un outil public et non privé comme beaucoup le pensent et que parler en mal du service est passible d’une amende de 12 000€. Au moins, c’est dit.
    J’ai donc décidé (et ce depuis toujours, même avant ce « petit » papier) de ne pas m’exprimer au sujet de mon travail sur le blog ni sur les réseaux sociaux et vice versa de ne pas parler de blog au boulot. Ainsi, je pense que la frontière est un peu plus claire, en tout cas pour moi.

    Cela me freine tout de même puisque je m’interdis encore certaines choses, comme m’ouvrir une chaine Youtube. Mais je pense que c’est important de ne pas « aller trop loin » selon notre profession.

  62. Bonjour Capucine,

    En tant que lectrice et community manager, je comprends tout à fait que tu programmes à la fois article et publications sur les réseaux sociaux. On ne peut pas être en permanence derrière son écran ! Et même si, tu es passionnée par ce que tu fais, il est normal d’avoir besoin de « décrocher » de temps à autre, notamment pour prendre des vacances.
    Ce qui compte finalement, c’est de nous apporter régulièrement, comme tu le fais, des articles à nous mettre sous la dent :-)
    Pour ce qui est des articles plus personnels, je comprends également parfaitement que tu n’ai pas forcément envie de t’épandre complètement et de raconter ta vie. Ce n’est d’ailleurs pas l’objectif de ton blog.

    Bref ce commentaire juste pour te dire bravo et merci pour tes articles que je suis avec assiduité et tes superbes photos postées sur instagram !

  63. Je découvre ton blog aujourd’hui (grâce à l’article fait sur les bloggeuses beauté du site Glamour.com) et je dois dire que je suis charmée. En général je vais sur les blogs pour regarder les photos, lire en diagonal les articles beauté/tendance. Mais je viens de lire ton article en entier et jusqu’au bout sans m’être arrêtée une seconde.
    Je suis charmée par ton honnêteté, car même si on « sait » que la majorité des photos postées sur les réseaux sociaux ne sont jamais postées en direct, je ne crois pas avoir lu quelque part quelqu’un l’avouer aussi clairement.
    Je crois que même si tu ne veux pas que le côté « personnel » empiète sur ton blog (ce que je comprend absolument parfaitement), cet article est l’un des meilleurs que j’ai lu jusque là sur ton blog (à mon humble avis)
    Bonne continuation ;)

  64. Je découvre ton univers aujourd’hui à travers ton compte instagram et ton blog ! Très intéressant tout ce que tu écris ! J’ai pas vraiment un blog, mais plutôt un site internet où je poste quelques photos et j’ai commencé récemment à rédiger des articles. C’est toujours intéressant de lire des articles comme les tiens ! Alors bonne continuation à toi, en tout cas je serai une de tes lectrices maintenant ! :)

  65. Bonjour Capucine cela fait quelques temps que je te suis sur instagram. A vrai dire c’est ma maman qui à commencé à te suivre au début elle ma beaucoup parlé de ton compte elle est même venue à une de tes vente. Elle me disait beaucoup de bien de ton insta ayant fais des étude d’esthétique ( mais pas que) elle disait que cela intéresserais. J’ai fini par te suivre et j’apprécie ton compte. Aujourd’hui j’aimerais échangé avec toi sur ta vie de blogueuse, j’aurais des questions sur ton blogs etc. (et d’autres questions si tu connais des produits aux US)
    J’aimerais beaucoup que tu me recontacte même si je pense que ton blog et les questions des gens te demande beaucoup de temps.
    Je te remercie.
    A bientôt j’éspère

    1. Hello, je te prie de m’excuser pour ma réponse tardive. Bienvenue sur Babillages, et merci à ta maman pour la gentille recommandation. Je te laisse le soin de m’écrire un e-mail en faisant référence à ton commentaire – je ne réponds normalement pas à ce type de question ;)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.