Comment analyser la composition d'un produit de beauté ?

Comment analyser la composition d’un produit de beauté ?

Vous êtes nombreuses à m’écrire pour me demander comment analyser la composition d’un produit de beauté. Depuis la diffusion de plusieurs reportages alarmistes au sujet des cosmétiques (et pour plein d’autres raisons qui se valent aussi), certaines d’entre vous ont envie de mieux comprendre ce qu’elles consomment côté cosmétiques.

liste inci composition d'un produit de beauté

Voici un petit guide pratique qui vous aidera à comprendre comment analyser la composition d’un produit de beauté. Si vous souhaitez une analyse plus poussée des choses, n’hésitez pas à me le faire part via les commentaires. Tout le monde n’a pas le même « niveau » à ce sujet, et il est important pour moi de commencer par les bases avant d’approfondir un sujet via un ou plusieurs articles dédiés.

Comment analyser la composition d’un produit de beauté : à savoir avant de se lancer

  • Une liste de composants cosmétiques est appelée « liste INCI » dans le jargon. INCI pour International nomenclature of cosmetics ingrédients. Elle a été mise en place par la CFTA, une une association qui regroupe tous les acteurs de la cosmétique aux Etats-Unis.
  • En France, apposer la liste INCI à un produit de beauté est obligatoire depuis la fin des années 1990. Selon les marques, la liste des ingrédients se situent au dos du packaging, sur l’emballage ou directement sur la notice dudit produit. Il faut parfois chercher un peu, mais il est impossible qu’un produit cosmétique soit commercialisé sans liste INCI affichée.
  • La liste INCI présente les produits utilisés par ordre de concentration : l’ingrédient le plus présent se trouve en tête de liste tandis que le moins présent est à la fin de cette fameuse liste.
  • Les noms des composants sont écrits en latin et en anglais : les termes sont internationaux, ce qui permet d’être compris dans le monde entier (et de ne pas ré-imprimer des étiquettes pour les différents pays).

Comment analyser la composition d’un produit de beauté : la méthode

Voici comment se présente la composition d’un produit de beauté. Ici, j’ai pri  pour exemple l’Eau de Beauté Caudalie qui met en valeur plusieurs choses que je vais lister ci-dessous.

Aqua (water), alcohol, citrus aurantium amara (bitter orange) flower water, parfum (fragrance), rosmarinus officinalis (rosemary) leaf oil, potassium alum, glycerin, mentha piperita (peppermint) oil, styrax tonkinensis resin extract, commiphora myrrha resin extract, melissa officinalis (balm mint) leaf oil, rosa damascena flower oil, vitis vinifera (grape) fruit extract, tocopherol, citral, limonene, linalool, citronellol, geraniol, farnesol, benzyl benzoate, eugenol

  • Les noms de plantes sont faciles à repérer, ils sont souvent écrits en latin – et ici, Caudalie a même ajouté une mention en anglais à côté. Voici quelques exemples.
    • citrus aurantium amara (bitter orange) flower water : comprendre eau de fleur d’oranger amer
    • rosmarinus officinalis leaf oil : comprendre de l’huile essentielle de romarin

Je vous entends déjà : « mais Babillages ! Ca prend VACHEMENT de temps, ton histoire !! Comment je fais au supermarché, entre le rayon fruits & légumes et lessive pour décrypter ma liste INCI ? » Eh bien oui, ça prend du temps. Et pas qu’un peu, surtout si on n’est pas habituée à l’exercice et ça devient encore plus galère si on n’a pas de connexion Internet stable au niveau de notre rayon beauté préféré (hmmm, ça sent le vécu !). Anticipez chez vous au préalable si analyser la composition de tous vos produits cosmétiques est indispensable à vos yeux.

Comment analyser la composition d’un produit de beauté : les subtilités à prendre en compte

Et attention, ce n’est pas parce qu’on a déjà fait tout ce boulot que tadaaaam, ça y est, on est un parfait petit chimiste. La liste INCI vous cache encore bien des choses :

  • une fois la liste INCI décryptée, vous n’avez aucune idée de la quantité de produits utilisée. Bien sûr, la place des produits vous donne un ordre d’idée de l’importance des ingrédients, mais gardez bien ceci en tête :
    • pour les ingrédients dont la concentration est inférieure à 1%, il n’est pas indispensable de les afficher dans un ordre prédéfini les uns à la suite des autres au niveau de la queue de nomenclature INCI.
    • pour ce qui est des produits de maquillage, les colorants peuvent aussi être mentionnés dans le désordre.
    • Et quand bien même vous parviendriez à vous faire une idée globale dudit produit, vous pourriez avoir 90% de chances de vous tromper sur la valeur qualitative de la formule au global. Certains ingrédients utilisés en quantité moindre (et donc un peu plus bas de liste) peuvent être plus intéressants au global dans la formule que d’autres qui pourraient être davantage présents. Pour vous repérer, essayez de repérer le parfum ou le conservateur : généralement, tout ce qui se trouve après est présent en quantité beaucoup plus réduite.
  • les marques aiment jouer à cache-cache. Et c’est ainsi que l’on peut se retrouver avec une promesse du type « sans conservateur » sur un packaging pour avoir une surprise en retournant ledit produit. Il existe en effet des flous juridiques qui permettent aux marques de remplacer un composant pointé du doigt par un autre qui a la même fonction mais qui n’est pas classé dans la catégorie pointée du doigt (les conservateurs, ici pour continuer sur notre exemple).

J’espère que ces quelques pistes vous auront aidées. N’hésitez pas à me solliciter via les commentaires si vous souhaitez qu’on aborde d’autres points via d’autres articles !

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

59 commentaires
  1. Oh :) merci beaucoup pour cette article fort intéressant et ces liens bien utiles ! Ce genre de sujet m’intéresse particulièrement.

    Dernièrement je me disais encore en essayant de lire les composants « Hein ? Benzoate ? C’est quoi ce truc ? Pourquoi c’est là dedans ? ». Et je dois avouer que chercher tous sur internet peut devenir vite épuisant…

    J’imagine que pour toutes les « marques » il y aura au moins un ingrédient pas très catholique, après tous les industriels du cosmétique cherchent comme tous les autres le plus de profit (et à faire le plus d’économies) et pas forcément à réduire l’impacte environnemental ou biologique de leurs produits. C’est comme certaines marques qui se revendiquent proposer des produits où l’on peut avoir confiance dans les composants, et là je lis « poudre d’aluminium »… On nous prends trop pour des pigeons (pigeonnes* excusez moi ^^).
    Après je ne vais pas que critiquer les « producteurs » car en tant que consommatrices nous sommes aussi responsable de ce que nous achetons (et donc acceptons) et à force de vouloir des produits toujours moins cher nous incitons les magouilles. J’ajouterais aussi que « grâce » aux progrès des chimistes nos produits gagnent en efficacité (meilleure tenue par exemple) mais pas forcément en absence d’agents « étrange ».

    Enfin, je ne sais pas si je me suis bien expliquée mais je m’arrête là. ^^

    1. Tu t’es très bien expliquée, Maye :)
      La faute est certainement des deux côtés mais un changement fera selon moi, suite à une prise de conscience générale des consommateurs ;)

  2. Quand j’ai décidé de finir mon stock afin de passer à des produits plus clean, j’ai étudié les compositions de mes produits actuels sur La vérité sur les cosmétiques et depuis j’ai appris à repérer surtout les mauvais ingrédients « qu’il vaut mieux éviter », les plus connus principalement, donc j’arrive désormais assez facilement à faire le tri :)

  3. Un grand merci pour cet article et ceux qui suivront …:) Pour ma part, j’apprécierais une short liste des ingrédients inévitables, de ceux qui peuvent déranger (allergie, perturbateurs endocriniens, boucheurs de pore ou autre, là dessus les critères peuvent varier) et de ceux qui sont ok (je schématise). Par exemple, les huiles minérales, l’aluminium et les sulfates (ceux des SLS mais pas les autres ?) m’apparaissent rédhibitoires, j’aimerais avoir plus de précisions ainsi que des « alertes » sur d’autres composants du même acabit. J’imagine que cela demande un gros travail mais je le trouverais, égoïstement,très intéressant :) Peut-être as-tu des astuces aussi à partager ?

    1. Merci de ton retour Claire, je retiens la manière dont tu présentes les choses pour les articles à venir ! :)

  4. Une occasion de réviser son Latin ( avant qu’il ne disparaisse… ) et de prendre surtout le temps de lire les ingrédients, ce que je ne fais pas souvent sauf étrangement pour les produits Bio, pour bien vérifier si c’est Bio !

    1. Des fois, on pense acheter quelque chose mais on finit par acheter autre chose notamment pour les produits « Bio » :)

  5. Ce genre d’article est très intéressant, ca me rappelle un reportage que j’avais vu sur les gels douche et les contournements pour pouvoir les qualifier de « sans paraben » etc. Un vrai business!
    Du coup je fais partie de celles qui seraient intéressées par un post plus détaillé :)

  6. Super article ! Je suis passée pro dans la lecture des compo étant au naturelle depuis 1 an (sauf pour le maquillage aie aie aie !! ), et voir que les choses commencent à bouger fait chaud au coeur !
    ça me retourne l’estomac parfois de voir ce que les industriels peuvent mettre dans leur produit au nez et à la barbe des consommateurs… Bravo babillages !!

  7. Un article très clair et sacrément utile!
    Maintenant les compos de produits n’auront qu’à bien se tenir… XD
    Merci Capucine!
    Nana

  8. Intéressant ! Par contre quand tu dis « impossible qu’un produit cosmétique soit commercialisé sans liste INCI affichée », c’est pourtant bien le cas, par exemple les rouges à lèvres chez Yves Rocher ou Monoprix sans emballage. Sont-ils donc « hors-la-loi » ? Et qu’en est-il de tous ces sites Internet où la liste des ingrédients n’est pas disponible (Sephora en tête…). J’aimerais vraiment que cela change, on a le droit de savoir ce qu’on met sur notre peau. En attendant, je passe mon chemin devant toutes les marques ou enseignes qui ne jouent pas la transparence.
    Bisous.

    1. Tu relèves un point très intéressant Aurélie, je n’avais jamais réalisé mais c’est vrai ! Il faudrait aller voir de plus près pour savoir ce que la loi stipule, précisément !
      A bientôt ;)

    2. As-tu soulevé les étiquettes qui se trouvent parfois sur la tranche du produit ? Souvent, c’est une espèce de petit accordéon sur lequel la compo est écrite.

      1. Lorsqu’il n’y a pas la place pour la liste inci (ce qui est le cas des crayons à lèvres, RAL et autres petits produits), la liste figure obligatoirement dans un leaflet consultable en magasin (ou sur internet).

          1. Ça c’est la théorie mais malheureusement ce n’est pas toujours le cas. Certains produits n’ont pas la petite étiquette que tu mentionnes Capucine, et quand j’ai posé la question en magasin, j’ai eu un haussement d’épaules. Ceci dit j’ai déjà vu le livret dont parle Jackiejoana mais malheureusement une seule fois (Bourjois dans mon Monoprix). Quand à aller consulter la liste INCI sur Internet quand tu es en magasin…Bof !
            Bisous les filles.

              1. Effectivement je pense pas que le livret avec les listes inci soit forcément hyper mis en avant sur la surface de vente (pas très esthétique?). Mais c’est une obligation légale de l’avoir. Il était en revanche bien visible dans le magasin Bourjois (Passage du havre).

                D’ailleurs, sur les packagings des produits, il y a un petit picto (souvent une main sur un livre) qui indique que la liste inci est dans ce fameux leaflet. C’est le cas sur les produits Yves Rocher par exemple.

                En tout cas je trouve ce débat hyper intéressant :) Merci les filles !

                1. Merci de ces précisions Joana ! On aime ces débats constructifs dans les commentaires, c’est enrichissant pour vous et pour nous :)
                  Bonne fin de journée ;)

  9. Intéressant de savoir ce que contiennent nos produits de beauté…
    Pour ma part j’utilise une appli très intéressante qui s’appelle Noteo.
    Il suffit de la télécharger, et directement dans le magasin votre smartphone fait office de scannette ! On scanne le code barre, et hop! on a une description assez bien détaillée des produits utilisés, ainsi qu’une « note » sur 10 pour savoir si le produit respecte l’environnement ou vote peau (puisqu’on parle ici de beauté)
    Et ça marche pour tous les produits de consommation courante ;)

  10. Je rejoins complètement Myriam, j’ai dernièrement acheté le livre sur la slow cosmetique et depuis je décrypte les étiquettes à la loupe!
    Parfois on tombe de haut en decouvrant la composition d’un produit par rapport au discours de la marque! Je prends exemple d’un produit « pour bébés », j’étais effarée.
    Je trouve cela très bien qu’on commence enfin à faire attention à ce que l’on consomme. Surtout pour les produits de beauté, où les fabricants savent très bien que l’immense majorité des gens (et moi la première jusqu’à récemment) se fient uniquement à leur discours et non à la liste des ingrédients ! Mais j’espère plus pour longtemps.
    Une autre astuce également, les 5 premiers ingrédients composent environ les 3/4 du produits. Ça peut nous donner une idée rapide de la composition du produit.
    Voila, en tout cas c’est un article très instructif, et bravo au Babillage Office pour ce blog très intéressant !

  11. Je l’attendais avec impatience cet article, chic alors ! Merci mille fois de participer à l’évolution des consciences, pour notre bien et le bien des consommateurs d’une certaine façon.
    Je serais vraiment très intéressée par un article sur les produits dangereux , a sérieusement éviter, et ceux dits plus acceptables. Pour moi c’est un vrai labyrinthe de décoder les compos !
    Merci encore

  12. Merci beaucoup pour cet article super intéressant, très utile!! Je partage l’intérêt d’un article sur les produits dangereux, ce serait top!! Également je voulais savoir si il existe le même type de site que laveritesurlescosmetiques mais pour les compléments alimentaires? Excellente continuation et encore bravo pour tous les articles!

  13. Malheureusement, il arrive que la compo ne se trouve pas sur le produit. Parfois on a beau chercher, il n’y a rien. Dans ce cas, généralement, les vendeurs ont la liste des compos à disposition, dans un classeur… J’ai déjà eu le cas, et j’ai même vu une petite affiche chez Hema, vers leur maquillage. Après, il faut oser la réclamer cette liste.^^

  14. Bonjour,

    Merci pour cet article très riche en enseignements.

    Je voulais savoir si un site est obligé d’indiquer la composition d’un solvant parfumeur qu’il commercialise ? Je suis allergique à l’éthanol et je leur ai donc demandé mais mes e-mails restent sans réponses, mes appels téléphoniques ont débouché sur des réponses évasives et aujourd’hui, ils m’ont black-listé.

    Pourtant, je ne demande pas la composition complète, seulement qu’ils me disent si oui ou non il y a de l’éthanol. Est-ce une obligation légale ou non ?

    Merci et bon week-end,

    Frédéric

  15. Super article c’est un très bon début pour moi qui ne comprend absolument rien aux composants d’un produit. Je suis preneuse pour d’autres articles sur le même thème. Bises

  16. J’en viens de plus en plus à contrôler tout ce que j’achète… C’est révoltant de voir tout ce que l’on peut trouver dans un produit soit disant fabriqué à base d’huile d’argent, qui se situe à la dernière place dans la liste.
    Controles-tu donc tous les produits que tu achètes en fonctions de la liste qui est indiqué dessus ? As-tu des marques vraiment à privilégier ?

    Merci d’avance et bonne soirée :)

  17. Bonjour,
    Il n’y a pas si longtemps j’ai eu un gros problème d’acné et depuis je n’utilise que des produits non-comédogenes (sur conseil de mon dermato)
    Le petit hic, c’est que je suis fan de produits cosmétiques coréen. Du coup dur dur de s’y retrouver. Ils ne comportent pas la notion non-comédogènes alors je me suis mise à éplucher la liste des ingrédients grâce au site: http://cosdna.com/ qui m’a beaucoup aidé.
    Mais voila petite question parfois j’ai 2 ou 3 ingrédients qui sont comedogenes niveau 1 et 2 comme par exemple le Butylene Glycol ou le Triethanol amine qui reviennent souvent . Est ce dangereux pour moi ? Il y a t’il un nombre d’ingrédient limites?

  18. j ai achetée sur la foire de marseille une huile précieuse d argan 100% pure maroc comment etre certaine qu’elle soit vraiment 100% huile d’argan merci de votre réponse car j’ ai un petit doute

    1. Je n’en sais rien Marie, je ne connais pas la marque, ni sa composition, ni la provenance des ingrédients… ;)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.