Confessions d’une ex accro au shopping – Babillages – Le blog beauté des beauty addicts

Confessions d’une ex accro au shopping

C’est drôle, les soldes ont commencé depuis (presque) une semaine et je n’ai toujours rien acheté. Drôle, oui. Car il y a quelques années, j’aurais tué père et mère pour cette nouvelle paire de sandales à -60%. Je me serais même mise dans l’embarras, quitte à m’auto-persuader qu’être à découvert, c’est tout à fait normal.

Cette année, j’ai essayé de me forcer. J’ai fait le tour des e-shops, j’ai tenté de remplir des paniers virtuels. En vain. Je suis même allée au centre commercial Beaugrenelle, pour faire du lèche-vitrine. Bilan ? Je suis ressortie de chez Darty avec Norbert le climatiseur (chose que j’étais venue acheter au départ) et sans le moindre achat superflu. J’ai dû passer 2 minutes à peine à faire le tour du centre commercial, rien ne m’intéressait. Et ces pancartes « soldes » sur toutes les vitrines ne m’attiraient pas. Au contraire… Elles me donnaient envie de fuir. Oui, j’ai vu des articles jolis par ci, par là. Mais rien qui vaille la peine de passer à l’acte. Rien qui me fasse envie de faire chauffer ma carte bleue. Et je crois que c’est bien là le « souci ».

shopping

Avant, quand j’étais accro au shopping, je vivais ça comme un sport. Le plaisir, ce n’était pas réellement de porter ces nouvelles fringues ou nouveaux produits de beauté que je venais de m’offrir. Mais plutôt de les acheter, de les posséder et de savoir que je les possédais. A tel point que j’accumulais tout et n’importe quoi dans mon studio d’étudiante / de jeune travailleuse.
Ajoutez à cela le fait que je suis devenue blogueuse et que ça a aggravé mon cas. J’achetais juste pour alimenter le blog. Et puis, quand les blogs sont devenus tendances, les marques m’ont envoyé plein de choses – que je ne demandais pas forcément. Franchement, au début, c’était grisant. J’avais l’impression que c’était Noël tous les jours, que l’on me faisait plein de cadeaux. Et puis, il y a 2 ans 1/2, j’ai eu une grosse prise de conscience.

shopping

Il y a 2 ans 1/2, mon copain et moi avons emménagé ensemble. Et j’ai dû faire un énorme tri dans mon studio avant de le quitter. Ma solution ? Jeter ce que je ne portais pas / ne porterai jamais. Et jeter tous les produits de beauté périmés que j’accumulais dans les placards mais que je gardais bêtement par orgueilleux plaisir. Résultat ? Des sacs poubelles de 100 litres ont été remplis, des amis sont venus se servir, j’ai mis des sacs entiers de vêtements dans des bennes Relais…

shopping

Mais, comme toute bonne accro au shopping qui se respecte, je n’avais pas encore « soigné » mon cas. J’ai emménagé avec mon amoureux. Et quelques mois plus tard, notre appart’ était à nouveau plein à craquer de fringues (il y en a que je n’avais pas réussi à jeter alors que je ne les portais pas, il y en a d’autres que j’avais achetées sans en avoir besoin…), de cosmétiques… Je devais me rendre à l’évidence : ce n’est pas en déménageant que j’avais forcément traité le problème.

shopping

La vraie libération ? Cela va vous sembler ironique mais… c’est quand j’ai emménagé au Babillages Office pour le boulot. Tout d’un coup, le stock de produits que j’utilise pour le travail a pris ses quartiers dans les placards du bureau. Tout le reste des cosmétiques superflus ? Je les ai donnés ou je m’en suis séparés dans des vide-dressings.
A la maison, j’y voyais donc plus clair. Et je me suis rapidement rendue compte que je portais tout le temps les mêmes vêtements et que 70% des fringues amassées chez moi ne me servaient à rien. Plus les jours passaient, plus cet amas de fringues me rendait folle. Les fringues étaient compressées les unes sur les autres (alors que j’ai un dressing énooorme) et ressortaient froissées du placard malgré le repassage… Résultat, le matin, m’habiller me dégoûtait. Je n’y prenais plus de plaisir. M’approcher de mon dressing engendrait presque une réaction allergique.

Pendant deux week-ends d’affilée, je me suis employée à régler le problème. Alors, comme dans le livre « La Magie du Rangement« , je me suis demandé : « est-ce que ce vêtement me rend heureuse ?« . Dans 70% des cas, la réponse était « non » ou « je m’en fous ». Alors, j’ai tout vidé. Et je n’ai gardé que 10 tee-shirts, quelques pantalons / shorts / jupes / robes. Depuis, mon dressing est quasiment vide. J’adore, il y règne une douce harmonie et surtout, je porte avec plaisir tous les vêtements qu’il contient.

Depuis ? Je n’ai rien acheté – hormis des choses qui me servent vraiment et que j’adore. C’est assez étonnant parce que pendant toute cette phase où mon appartement me dégoûtait car il était plein à craquer, je ne parvenais plus à pratiquer la méditation de pleine conscience à laquelle j’ai recours depuis plusieurs années déjà. Comme si je n’arrivais plus à prendre conscience de mon propre corps et de l’espace dans lequel j’évoluais. Alors ça me frustrait, ça me rendait triste et désagréable. Je me sentais oppressée par mon environnement et ne savais plus où était ma place.

Séparer mon espace de travail (où il est nécessaire d’accumuler des choses pour le boulot) de mon lieu de vie (où je n’ai pas besoin de grand chose pour être heureuse) a été important pour moi. Cela m’a permis d’y voir plus clair et de me retrouver dans un espace (au sens propre comme au sens figuré) sain et plus en accord avec mes valeurs.

Aujourd’hui, maintenant que je me connais bien – et je crois que la méditation de pleine conscience m’a aidée – je sens que je n’ai plus besoin de me cacher derrière des fringues ou du make-up pour être heureuse ou pour savoir qui je suis. Je dois vous avouer que je me fiche bien de porter la dernière robe à la mode : ça ne m’intéresse pas et je ne trouve pas mon bonheur là-dedans.  Je vous vois déjà vous moquer là, dans le fond. Et vous avez raison car vous pourriez avoir deux arguments :

  • Tu dénigres les gens qui aiment le shopping ?
    Absolument pas. Je prends moi-même du plaisir à acheter quelque chose dont j’ai envie et besoin. En revanche aujourd’hui, mon bonheur ne passe pas nécessairement par l’acquisition de nouveaux objets.
  • Tu as pourtant un blog sur lequel tu présentes plein de nouveautés…
    Je crois que c’est justement ce blog qui m’a « sauvée » d’une certaine manière. Car j’ai pu constater ce qu’était d’avoir beaucoup de choses et d’être très gâtée. Ca ne m’a pas plu car cela a fait de moi une personne aigrie, blasée de tout et un peu pourrie. Ca n’était pas ce que mes parents et mes grands-parents m’avaient inculqué et j’ai eu la chance d’ouvrir les yeux pour m’éloigner de tout ça.
    Aujourd’hui, je considère que ce qu’on m’envoie est un « outil de travail » (que je n’ai pas nécessairement demandé), que ça n’est pas « à moi » mais « à Babillages ». Je ne sais pas comment expliquer cette distinction entre « à moi » et à « Babillages » autrement que par cette image. Mais ça me permet de prendre de la distance par rapport à cette sur-consommation que nous « impose » le système et le métier. C’est ainsi que je change globalement peu de routine de soin à titre perso (et pour ça qu’on voit peu de routines de soin ici !), car je n’ai pas envie de mettre la main sur tous les produits qu’on m’envoie… Je n’ai qu’une peau après tout !
    Ceci dit, ça ne m’empêche pas d’être très heureuse de découvrir des nouveautés (surtout de maquillage !) et de prendre du plaisir à vous en parler en ayant du recul.

Bon… Tout ça pour dire que cela fait donc presque une semaine que les soldes ont commencé, que je n’ai rien acheté. Et que je n’ai même pas publié de liste shopping ici, avec mes recommandations beauté. Je vais le faire, car je sais que certaines attendent mon avis sur ce qui est cool à acheter et ce qui ne l’est pas forcément, promis !

Je vous invite également à lire ce billet d’Eleusis & Megara qui a pris conscience des mêmes choses que moi, autrement. Son article est intéressant à lire.

Crédits photos – Pinterest et Dizzybrunette
Of course, comme d’hab, les produits apparentés en-dessous, n’ont rien à voir avec le billet d’humeur. Ceci est automatiquement mis en-dessous de tous les billets. Ca a un sens quand je présente des produits… Et ça devient rigolo quand je parle d’une rédemption après une vie de shopaholic !

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

41 commentaires
  1. Je plussoie fortement ton article chère Capucine !

    Les soldes ? oui et alors ?!
    Je n’ai jamais été une accro du shopping, ni des soldes, mais cette année j’ai décidé qu’avant d’acheter quoique ce soit, j’allais faire un vrai tri pour y voir clair et ne garder que l’essentiel.

    Après ça, si je m’achète quelque chose ce sera pour le plaisir et surtout de manière raisonnable, hors de question de revenir avec des sacs entiers de fringues !

    Peut-être est-ce la maturité, la conscience que le bonheur ne passe pas par l’achat ou je ne sais quoi, mais je n’ai pas de petit diablotin qui me hurle à l’intérieur de courir les magasins, et ça fait du bien.

    À bientôt,
    Séverine

  2. Je te rejoins tout à fait sur cet article !!! je pense que l’on est plusieurs à faire la même ^^ quand on est plus jeune on dépense sans vraiment se rendre compte et puis au fur et à mesure du temps on s’aperçoit que c’est pas les choses que nous possédons qui nous rend vraiment heureuses loin de là au bout du compte.
    Car ce qui reste au final ce n’est pas les objets ou achats fait mais les bon moments partagés entre amis/familles, les souvenirs de voyages etc
    c’est beau la maturité ^^ même si ça n’évite pas un petit craquage de temps en temps mais c’est plus raisonné et raisonnable ;)

    Une belle journée à toi :)

    1. Je suis entièrement d’accord avec toi ! Je préfère par exemple mettre mon argent dans des voyages que je partage avec ceux que j’aime car ça correspond à ma vision de la vie : découvrir des choses, apprendre, en étant entourée d’amour :)

  3. Ha ha le tri de dressing avant un déménagement j’ai connu ça pas mal de fois également. Autant je ne suis ni maquillage, ni chaussures, ni sac, autant en ce qui concerne les vêtements je suis un peu plus intéressée. Malgré tout je me restreint année après année car le shopping en ville devient de plus en plus insupportable pour moi (surtout en période de soldes :p).

    1. Je te comprends. Je t’avoue que je n’arrive plus vraiment à faire de shopping en ville : ça m’insupporte ! Ou alors, je prends un peu de plaisir à en faire quand je suis à l’étranger :)

  4. De toute manière, moi c’est toujours les articles non soldés qui me plaisent ;)
    Blague à part, ton article est très intéressant, et je pense être en pleine phase de prise de conscience aussi (c’est progressif, du coup, j’ai acheté quelques pièces.. ;) ). Mais c’est important de se faire plaisir et non de consommer compulsivement et raisonnablement. :)

  5. Et bien chapeau !
    Pour ma part, je me suis limitée par rapport aux années précédentes. J’ai tout de même acheté de la lingerie chez Princesse Tam Tam, c’est quand même beaucoup moins cher :) ma prise de conscience shopping je la dois à mon voyage à Cuba, je me suis rendue compte que je préférai de loin m’offrir de beaux voyages que de beaux vêtements. C’est juste incomparable et entre découvrir de nouvelles destinations, cultures, personnes, etc. et une robe, le choix est vite fait !

  6. Merci Capucine pour cet article et ton point de vue, je trouve cela très intéressant, j’étais moi-même avant une compulsive mais je me suis énormément calmée avec l’âge et mon changement de situation, un gros travail reste à faire c’est certain, merci pour la recommandation de ce billet que je vais aller lire

  7. Oui c’est encore moi ! Je suis désolée, je commente beaucoup ces derniers temps mais je prends tellement de plaisir à lire tes articles et surtout à pouvoir communiquer avec toi.
    Ton article me redonne espoir car je suis une addict au shopping et j’essaye justement de  » guérir  » et ça me rassure de voir que l’on peut s’en sortir. J’ai pris conscience, il y a peu de temps que mes placards étaient pleins mais que j’étais vide. Pendant mes  » crises  » seul mon orgueil et satisfait et je perds tellement de choses à côté de ça ! Mon homme, super patient, a peur qu’on ne puisse pas réaliser nos projets, comme acheter quelque chose à cause ma tendance à tout dépenser.
    Alors voilà, merci ! Je sais que tu n’es pas psychologue (quoi que..) mais merci de me donner espoir et surtout de me donner un moyen de prendre du plaisir sans dépenser (sauf quand je craque sur un produit mais ça ce n’est pas ta faute!)

  8. Bonjour Capucine,

    Ton article m’ a vraiment touchée. Cela fait plus d’ un an que je me  » bat  » contre mes travers. Le dernier blush, le dernier rouge à lèvre, la dernière palette de maquillage. J’ accumule ces choses dans ma coiffeuse sans jamais finalement en être comblée.
    A peine une commande Sephora reçu, le sac expédié au fond d’ une armoire que je part sur internet, à la recherche d’ un nouveau caprice. Quitte à me mettre mal avec mon banquier…
    J’ éspère un jour avoir ce déclic
    En tous cas ça fait du bien et d ‘ en entendre parler!

    Belle journée…

  9. Je te comprend tout à fait, et je te félicite.Je me retrouve un peu (beaucoup aussi), et maintenant j’essaie de me calmer, et j’y arrive petit à petit.
    Avant, j’achetais beaucoup et aux coups de coeur. Je me rendais compte lorsque je faisait le tri à chaque saison, que j’avais souvent des vêtements que je n’avais pas mis ou presque et que finalement comme toi, me mettais presque les mêmes.
    Depuis cet hiver, j’essaie d’acheter que pièces que je sais que je vais mettre en profiter, .Et j’essaie d’avoir aussi des basiques et de qualités, vaut mieux quelquefois en avoir moins et en profiter plus.
    Cette année, j’ai juste fait les ventes privés pour acheter juste ce qu’il me manquait en vêtement et chaussure et basta.Je ne vais pas faire les soldes (en plus il faut que j’économise), et profiter des vêtements et chaussures.La seule chose que j’achèterais peut être (si je dois normalement passer un entretien en juillet), c’est une robe noir un peu habillée, car je me suis aperçue que finalement à force de faire du tri, j’en avais plus pour l’été.

    Et je trouve que profiter des vêtements que l’on a rend plus légère tout comme faire du tri.Et habitant à la mer, je ne vais même pas m’acheter de maillots de bains car déjà avec ma peau blanche je fais attention, et je vais profiter de ceux que j’ai acheté en solde l’année dernière en fin de saison.
    Mis à part les rouge à lèvres et produit teints, je fais pareil avec les cosmétiques, j’essaie de profiter un peu de ceux que j’ai (sauf craquage à la rentrée,).
    Je pense qu’avec la maturité on a envie d’aller plus à l’essentiel, et comme je dis, il vaut mieux avoir de bons vêtements en petite quantité mais de qualité que pleins de vêtements qui sont un peu de la « fripe »( ça c’est ma maman qui me l’a appris, elle qui était toujours élégante.)

    Je fais même du tri dans mes affaires pour le jour où je déménégerais.

    Et j’ai commencé à lire le livre « le secret du rangement », je pense que cela va m’aider.

  10. Par rapport aux reproches que tu dis qu’on pourrait te faire, je voulais te dire que tu ne pousses pas du tout à la consommation
    je suis jeune maman au 4/5e: pas vraiment les moyens de me gâterendre. Et ça ne me manque pas vraiment je préfère profiter plus de mes enfants.

    Mais du coup ça me fait du bien de lire certains blogs beauté : je profite un peu de ces produits par procuration. C’est idiot mais avant je faisais aussi des achats compulsifs. Maintenant de lire des tests et commentaires ça me permet de voir ce que ça donne et de me dire que wahou il est trop joli ce rouge à lèvres mais que de toute façon je ne le mettrai jamais et ça ne me manque pas.

    Alors bravo pour toi d’avoir évolué et merci pour moi (pour nous lectrices ) de nous faire partager ces interrogations et ces produits qui font rêver :-). Rien n’est incompatible! !

    1. Je t’avoue que comme toi, anne-p, les blogs beauté m’ont assagie : je prends désormais bien le temps avant de passer par la case « achat ». Ce sont désormais des achats réfléchis :)

  11. On dirait moi qui parle! Je me reconnais tellement dans ton article. Quand tu dis « Ca ne m’a pas plu [d’avoir beaucoup de choses] car cela a fait de moi une personne aigrie, blasée de tout et un peu pourrie », j’ai ressenti exactement la même chose. Désormais je continue à faire du shopping mais beaucoup plus rarement. Je ne suis plus obligée d’acheter quelque chose quand je fais du shopping et quand je trouve quelque chose, je l’apprécie beaucoup plus!
    Pour ma part, c’est également le travail qui a engendré cette prise de conscience mais d’une autre manière, je n’avais plus le temps et je me suis tout simplement rendu compte que ça ne me manquait pas et que le « bonheur » procuré par le shopping était tout simplement superficiel.
    Merci pour cet article :)

  12. Ça fait du bien de lire ce genre d’article.
    J’ai toujours été hyper méga dépensière, mais plus pour me consoler, combler du vide, me chouchouter en ayant l’impression de me donner de l’importance que par réel besoin de ces achats.
    Il y a quelques mois j’en ai pris conscience et j’ai commencé à faire du tri. D’abord dans mes sacs à mains, j’en ai revendu une très grosse partie, et en ai gardé que quelques uns (encore une bonne dizaine malgré tout), et j’en ai acheté 2 (en réfléchissant bien au préalable aux modèles, de vrais achats réfléchis). Et je me suis rendue compte que ceux que je portais le plus n’étaient pas forcément les plus coûteux etc…
    Ensuite j’ai continué avec les habits, où j’ai bien vidé la moitié de mon armoire (même si la encore il m’en reste pas mal).
    Et j’ai fini avec le maquillage, j’ai jeté ce qui était foutu, et donné ou vendu le reste. Et en triant mon maquillage j’ai halluciné j’avais une tonne de palette, plus que je n’en aurai besoin dans toute ma vie.
    Donc au final, j’ai encore pas mal de progrès à faire car j’ai encore beaucoup de vêtements, de sacs et de maquillage, mais je suis sur la bonne voie.
    Mon problème est que je prends beaucoup soin de mes affaires et du coup j’ai horreur de me débarrasser de choses qui ne sont pas abîmées contrairement à mon copain qui lui, arrive à tout jeter sans remord.
    Quoi qu’il en soit ça fait toujours un bien fou de trier, on se sent beaucoup plus léger.
    Cette année, je ne ferai donc pas les soldes, hormis des habits noirs, car je retourne à l’école en septembre, 5 ans après être entré dans la vie active et que j’ai obligation de ne porter que du noir (et évidemment j’ai peu de choses noires -_-‘).

  13. J’ai adoré cet article, en tant qu’ados j’ai eu une période où j’achetais tout et n’importe quoi 5€ par-ci 5€ par-là mais dans mon petit budget ce n’étais pas rien !
    Depuis à peu près 2 ans maintenant, je n’achète plus grand chose et je préfère acheter quelque chose de plus cher mais d’en acheter qu’un seul que j’apprécie vraiment.
    En Août cela fera déjà 1 an que j’ai créer mon blog, et au fur et à mesure je me rend compte que je n’ai pas forcément BESOIN d’acheter des produits pour alimenter mon blog et mon porte-monnaie crie « OUF » parce que même si j’ai 17 ans et bien je ne travaille pas donc pas très fortunée…
    Tu n’as rien acheté pendant les soldes ? Et bien moi juste un petit sac chez Mango (les sous ne sont vraiment pas au rendez-vous) et c’est tout, j’ai été raisonnable !
    Sur ce, bonne journée et plein de bisous !

  14. Très bon article ! Je trouve ça très intéressent, surtout venant d’une blogueuse mode ! Et je rejoins les avis déjà postés sur acheter moins mais mieux, et pas que au niveau esthétique des vêtements mais aussi par rapport à leurs provenances… Les grandes enseignes qui font travailler des gens, voire même des enfants, pour presque rien et dans des conditions horribles… C’est moins cher, mais est-ce que ça vaut vraiment le coup ? Quand aux cosmétiques, privilégier le bio, tant pour des raisons d’éthique que pour respecter sa peaux, me paraît bien… Étant ados, je n’ai que très peu d’argent, et si je ne veux pas que tout passe dans ce genre de produits, je suis bien obliger de me limiter, mais ce que j’achète, je l’utilise !

  15. Hello Capucine,
    J’ai beaucoup aimé cet article dans lequel je me retrouve beaucoup ! Comme toi j’ai accumulé pas mal de choses juste pour le plaisir de les posséder, comme toi je suis tombée dans l’engrenage des cadeaux via mon blog…Désormais je ne rêve que d’une chose c’est de tout vider !!!! Et avoir l’esprit plus libre. Maintenant je n’achète plus de cosméto, je vis avec mon stock car je n’ai pas eu ton courage de tout jeter, et j’ai récemment fait un vide dressing avec des copines pour alléger mon placard…Un bonheur ! Mais j’ai quand même un peu succombé aux soldes, mais plus raisonnablement que les autres années, alors je me dit que je suis en voie de guérison !! A bientôt :) Fanny

  16. J’ai été inspirée par le même bouquin! Je ne l’ai pas en ma possession mais c’est en accord avec la pensée de ces pays, le feng shui et cie.
    En vue du déménagement, j’ai commencé un tri…Ralalala, je ne te raconte pas! Et parfois, tu hésites quand même à jeter! C’est dingue! Bref, le tri doit continuer because emménager en région parisienne suppose moins de place!! Va bien falloir remettre les pendules à l’heure, s’organiser pour ne pas laisser envahir son environnement avec les trucs du blog…Bref, je pense déjà organisation!
    Sinon, j’ai quand même fait un peu les soldes avec pour objectifs: remplacer des basiques de ma garde robe. Mon uniforme, c’est jean/tshirt (vachement glamour) et j’ai réussi à dégoter des petites blouses/tshirts sympas et de qualité plutôt sympa! Je me sens comme une écolière qui va faire sa rentrer et ça, c’est plutôt sympa!

    On continue de se soigner et de se la jouer détox!

    Tiens, ça me fait penser, est-ce que tu connais la blogueuse anglaise Viviannadoesmakeup? Elle a fait une vidéo récemment où elle parlait de comment elle faisait son shopping et cie (tri et organisation). Je l’aime beaucoup et faut dire qu’elle est aussi adorable dans la vraie vie que dans ses vidéos!

    Allez, j’arrête, bonne soirée!

  17. Merci pour ce super témoignage Capucine dans lequel beaucoup se retrouveront. Je me suis fait la même réflexion récemment en voyant mes placards de sdb et dressing déborder…c’est décidé ce week end je trie et je n’en serai que plus zen ! Bises

  18. Je me suis reconnue dans le grannnd dressing qui déborde et c’est réellement un cauchemar le matin. Quand je veux attraper quelque chose je dois me contorsionner et je fais tomber tout le reste pour à la fin trouver mes fringues tout froissés :( Le tri ne me pose pas de problème car je suis toujours contente à chaque fois du résultat mais ça ne dure pas très longtemps car je continue d’acheter et rebelote.

    C’est bien d’identifier le problème mais pour le régler ce n’est pas aussi évident alors sincèrement BRAVO.

  19. Bonjour Capucine,

    Je te suis depuis pas très longtemps, c’est mon premier commentaire.
    Je crois que ton article a été un déclic concernant mon armoire personnelle… lol… Elle déborde et je n’arrive jamais à la garder ranger.

    Je m’aperçois qu’au final, je porte toujours les même vêtements, ceux qui sont entassé derrière au fond de l’armoire m’étant inaccessible quasiment !

    Donc merci, grâce à toi, ça m’a donné un coup de pied au derrière pour me motiver à ranger ce fichu fouillis, ce week-end !

    bises !

  20. Bonjour, personnellement je suis tombée dans l’addiction du maquillage. J’ai pris du recul depuis ce matin, ma mère qui s’engueule avec moi en me disant que j’ai pas beaucoup de budget étant étudiante, et que je continue quand même à commander du maquillage alors que mes étagères sont pleines. Mais j’aime le maquillage, les produits soins j’adore les masques pour le visage, mais c’est vrai que c’est cher. Il m’arrivait de commander des produits, et quelques jours après me dire pourquoi tu as commandé ça. Mais après you tube, instagram n’aide pas, toutes les filles publient des photos du dernier rouge à lèvres Yves Saint Laurent, la dernière palette Urban Decays, Too faced donc ça donne envie mais bon faut pas tomber la dedant. En tout cas bravo pour ton article j’aimerais tellement voir les choses comme tu les vois toi c’est tellement vrai !

  21.  »Je vends tout » histoire de la fin d’un dressing

    Dans la vie il nous faut toujours combler les manques alors chacun sa façon,
    moi ce fût les fringues, les chaussures, les sacs, bijoux et étant excessivement coquette
    en plus c’était ma drogue, mon cache misère affectif…
    Et puis il y a 6 ans la maladie c’est invité, imposé dans ma vie et tout bascule
    je me suis retrouvée d’une vie très active à un enfermement, un isolement,
    une souffrance physique psychologique. Mes étagères pleines, mes armoires débordant de cette drogue
    qui n’avait plus cet effet euphorique et compensateur…
    Pendant 6 ans j’ai gardé pensant que j’allais avoir raison d’elle qui a envahie ma vie
    et elle s’est finalement installée sans que je n’y puisse rien.
    Je prends cette décision, la décision de tout vendre comme une acceptation
    et comprendre le matériel n’est pas la vie et n’a qu’un effet placebo…
    C’était mon autre à moi mais ce n’est pas moi et pour trouver mon moi j’ai décidé  »je vends tout »
    on tourne la page aussitôt dit aussitôt fais j’attrape les premières chaussures, photos et sur internet.
    Voilà fin d’une vie d’un dressing plein, trop plein de vide.
    Cette société si matérialiste qui ne laisse aucune place aux vraies valeurs humaines,
     »la vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie »
    il ne faut pas attendre de le prendre en plein cœur,
    le cœur est une belle machine mais elle est surtout la machine de la vie
    pensons et agissons tant qu’on a le choix
    et ne pas attendre qu’on nous en on impose un j’ai fait le mien

    « Je vends tout »

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.