NO BUY : goodbye le shopping ! – Babillages – Le blog beauté des beauty addicts

NO BUY : goodbye le shopping !

NO BUY NO BUY NO BUY NO BUY !!! Des mots qui « clignotent » dans ma tête dès qu’il est question de tentation. Une nouvelle paire de Stan Smith ? Cette nouvelle palette qui me fait trop envie ? Le gâteau super délicieux qui me tend les bras en vitrine ? J’ai envie de dire… RESISTE ! (Et là normalement, vous avez du France Gall dans la tête pour toute la journée. Pardon.)

Avant j’étais une accro au shopping, mais ça c’était avant.

Je crois qu’aujourd’hui, je suis saoulée de toujours devoir avoir le it-truc du moment pour être dans le coup. Posséder tous ces machins ne fait pas de moi quelqu’un de meilleur, de plus intelligent (ah si, j’ai acheté un bouquin sur le management, ça ça peut servir), de plus drôle ou de plus fréquentable. Et puis de toute façon, ce qui est tendance aujourd’hui sera balayé pas autre chose la semaine prochaine, le mois suivant. Alors à quoi bon ?

A quoi bon m’évertuer à shopper des trucs dont au final, je me fous éperdument ? A quoi bon essayer d’avoir un style alors que le style ne nécessite pas, à mon sens, de se forcer : on a nos goûts, on se laisse guider, et c’est déjà pas mal. Bien sûr, j’accorde mes vêtements et je prends plaisir à m’habiller. Mais franchement, je me moque bien de savoir si j’entre dans telle ou telle case en matière de mode. Tout ce que je sais, c’est que pour les gens qui font la mode, je suis sûrement has-been ou hyper classique, mais je m’en fiche : j’aime, ça me va, je suis à l’aise comme ça et c’est tout ce qui me plait.

Alors aujourd’hui, j’achète par pure nécessité. Parce que j’ai besoin de nouvelles chaussettes, parce que mon pull en cachemire a fait 5 hivers et qu’il commence à devenir un peu moche pour aller bosser. Et ça, ça me fait plaisir. Bien plus que posséder pour dire de posséder, bien plus que d’accumuler les milliards de fringues dans mon dressing.

L’overdose de vie sublimée sur les réseaux sociaux m’a achevée

Il y a un truc qui m’a encore plus filé le déclic : les réseaux sociaux. Ils m’ont écoeurée. Toutes ces mises en scène, tous ces instants de vie sublimés et faux. Oui je sais, même moi j’y contribue à ma façon en ne postant quasiment jamais de photos « live » sur Instagram, ou en faisant des photos de plein de produits make-up…

Il y a des gens qui se racontent très bien, qui ont un chouette style de vie et qui ne cherchent pas à être ce qu’ils ne sont pas sur les réseaux sociaux. Il y en a d’autres dont c’est le métier et qui ne font rien de plus que créer du contenu pour faire vivre leur marque / leur support (je considère que c’est mon cas pour Babillages). Donc ces comptes Instagram-ci ne font même pas partie du débat.
Mais il y en a d’autres pour qui… tout sonne faux ou presque. Et c’est Snapchat qui m’a aidée à prendre conscience de tout ça. Sur Snapchat, les gens se montrent sans filtres, sans retouches, parlent, nous montrent les vrais moments qu’ils vivent. Chez certains, ça diffère de l’histoire bling-chic-cool et lisse dont je suis parfois jalouse sur Instagram. Je me suis rendue compte que ces gens qui possédaient plein de trucs ou qui étaient invités partout non stop étaient la plupart du temps blasés. Ils étaient greffés à leur téléphone, ils ne pensaient qu’à vivre des « faux moments géniaux » via Instagram alors qu’ils font la gueule sur Snapchat. Avoir plein de trucs ne rend pas nécessairement ces gens plus heureux, visiblement.

Du coup, il y a des comptes Instagram que j’ai unfollowés. Parce qu’ils montraient des trucs certes beaux, mais qui me rendaient tristes et me renvoyaient à la nullité de ma vie. Et que, fatalement, ça me donnait envie d’acheter tel ou tel truc vu sur tel ou tel compte pour me sentir mieux, pour avoir l’impression de faire partie du club.

Sauf qu’en faisant le bilan et en songeant à cette dualité « réalité Snapchat VS sublimation Instagram », je pense qu’on est tous d’accord : ma vie n’est pas nulle, j’ai une famille qui m’aime et que j’aime, j’ai des amis trop cool, j’adore mon job, je suis à l’aise dans mon corps… Alors… Que demander de plus ?!

Rien.

Et le no-buy, dans tout ça ?

Eh bien, il est arrivé assez naturellement. J’ai appris à  ne plus nécessairement envier des comptes Instagram. J’ai appris à ne plus croire que ma vie était pourrie parce que les autres faisaient leur story-telling en ligne. J’ai appris à être à l’aise avec mon propre story-telling autour de Babillages, quoi que je ne pense pas vous raconter des cracks ou me montrer telle que je ne suis pas mais bon. J’ai appris à faire le vide.

Et naturellement, je ne fais plus beaucoup de shopping. J’en fais pour les autres, je prends plaisir à acheter des beaux cadeaux à mon entourage, par exemple. Et du coup, forcément… il y a beaucoup moins de looks ici sur le blog puisque je n’ai pas grand chose de neuf ou d’intéressant. Je me contente de stories snapchat où je vous montre rapidement mes fringues, c’est du live, ça n’est pas tout lisse et on va être d’accord  : je porte souvent les mêmes vêtements, ah ah !

Tout ce long article maladroit pour vous dire que voilà, je ne fais plus de shopping. Que par nécessité, plus parce que ça me console quand je ne me sens pas dans le coup. J’économise pour des voyages car j’ai la sensation que c’est ce qui me permet de grandir, de m’épanouir, de mieux comprendre le monde dans lequel je vis, de me prendre des claques visuelles, de mesurer à quel point je peux être une putain de bobo parisienne (mais pas de naissance, ça sauve !). Je crois que le no buy, en fait, ça m’aide à ne pas accumuler trop de bêtises dans mon placard et dans ma tête.

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

116 commentaires
  1. Coucou Capucine,
    c’est un bon sujet. Je m’attendais à lire une « prise de conscience sur l’environnement » très en vogue (louable bien sûr), et j’ai été très intéressée par ton récit.
    Finalement, ce que tu dis, c’est de s’arrêter 30secondes pour se demander quelle est notre motivation pour acheter.
    Ce que tu décris, je ne l’ai jamais ressenti (ou sans m’en rendre compte alors) : ce besoin d’achat parce que c’est la mode et qu’il faut A-BSO-LU-MENT l’avoir. J’achète certes, mais toujours par coup de coeur et réelle envie.
    Etre une jeune maman m’a sans doute aidé également. On déplace nos priorités sur nos enfants, et c’est un frein naturel aux achats personnels futiles.
    Pour les réseaux sociaux, je n’y suis pas sensible pour les fringues etc… mais je suis beaucoup de comptes instragramm fitness, body challenge etc… et là, je trouve qu’il y a danger pour certaines personnes qui ne verraient que le côté beau et facile de l’image. On doit facilement tomber dans le dégoût de sa personne et de sa vie, tu as raison.
    Less is more ;) et puis apprenons à vivre pour nous.
    Bisous

    1. Oh la la, tu as raison pour les trucs de sport sur les réseaux sociaux. Parfois, cela peut déboucher sur des comportements excessifs ou des gestuelles maladroites et dangereuses quand on fait du sport sans coach. Mille fois oui !

    2. Coucou Capucine ! Je voulais déjà te dire que je t’adore, je t’ai découverte il n’y a pas si longtemps que ça et j’adore lire tes articles. Je ne sais pas où il faut t’écrire donc je te pose ma question en commentaire. J’aurais voulu savoir si c’était possible (sans être blogueuse) de tester des produits car j’aimerais donner mon avis sans pour autant devoir créer une chaîne YouTube ou un blog. Bcp de produits m’intéresse mais que je n’ai pas forcément les moyens.
      Voilà, sinon continue comme ça, tes articles, tes vidéos, tes snaps j’adore tout :)

  2. Bonjour Capucine,

    Il est très intéressant cet article… Plein de sagesse. Bien sûr c’est un discours qu’on entend de plus en plus, mais partager sa vision des choses est toujours fondamentale et j’approuve la tienne. Ce n’est pas toujours facile et ça demande beaucoup de recul, beaucoup d’acceptation aussi. Tu as du faire un chemin personnel intéressant ces dernières années! Je te rejoins bien sûr sur les voyages, finalement, il n’y a qu’en enrichissant l’intérieur qu’on donne un sens à sa vie…
    Merci pour cette parenthèse un peu moins futile sur Babillages ;)

    Bonne journée!

    Juliette

  3. Que ça fait du bien de lire ça! Je sature de tout cet étalage de trucs à posséder absolument, de lieux où il FAUT être vu, de ces corps parfaits que l’on culpabilise de ne pas avoir… Ca fait du mal au psychisme, et je crois que beaucoup de gens sont lassés de se sentir nuls, gros, moches et en dehors de ce club très fermé des gens « cools » qui semblent vivre des vies parfaites (alors que nous, on a un épis indomptable, des chaussures achetées il y a 3 ans et on n’a pas eu le temps de prendre un café latte avec une feuille dessinée dessus en poudre de chocolat au petit-déjeuner…). Bref, tout ce pavé pour dire MERCI!

    1. L’épi indomptable, j’ai réussi à le dompter finalement !!! Mais parfois, il peut et… PATATRAS !!! Ma vie est (presque) fichue en l’air :p Ou en tout cas, elle n’est pas digne d’être racontée sur Instagram, ah ah ah ah ah !

    2. Tu m’as fait rire avec  »le café laté avec une feuille de mousse de lait » » . . . tu aurais pu rajouté le  »smoothie dans la Jason Jar » . . . sérieux qui fait VRAIMENT ça tous les jours !!!

  4. Je suis dans cet état d’esprit moi aussi actuellement alors je comprends très bien ce que tu veux dire. Avant dès que je voyais un truc sur la page FB ou IG d’une copine, j’en avais envie. Une balade sur Venteprivée et Showroom et hop, nouvelle envie … et surtout beaucoup de dépenses. Maintenant je me donne un délai de réflexion et souvent 2 ou 3 jours après, je n’y pense même plus. Alors oui, No Buy !Même si tu es une chipie car à cause de toi j’ai envie de la dernière palette Urban Decay et là, c’est décidé, je vais craquer ;-))

    1. Caroline, j’ai EXACTEMENT le même mode que toi. Je réfléchis avant d’acheter… ou pas et ça va mieux :)))) Et quand je craque parce que j’en ai vraiment envie, je sais pourquoi je l’ai acheté, à quoi ça va me servir et là rien de grave, juste du plaisir :)

  5. Bravo pour cet article sincère et où tu te montres vulnérable. Non pas que tu aies absolument besoin de montrer de la vulnérabilité pour qu’on t’apprécie, mais ça demande un sacré courage d’oser montrer ses fragilités dans un monde régi par les réseaux sociaux qui nous poussent à toujours montrer la façade la plus souriante, la plus  » winner » de nous-mêmes.

    Ca me fait bizarre de te lire dire que tu en étais arrivée à trouver ta vie nulle, à cause d’instagram. Je ne pensais pas qu’une blogueuse, ayant réussi le tour de force de se construire une carrière respectable et respectée, pouvait elle-aussi être en proie à de tels sentiments.
    J’ai toujours trouvé ta vie tellement magique !

    Comme quoi, il faut vraiment arrêter de se comparer les uns aux autres…et suivre tout simplement son petit bout de chemin, sans envie ni compétition.

    1. Ah ah Liberty Riveter, ma vie n’est pas magique. Elle est comme celle de plein de gens : avec des hauts, des bas, parfois des très gros bas, parfois avec des très gros hauts. Pour tout te dire, en début de semaine, je pleurais dans mon bureau tellement je n’étais pas contente d’un truc sur le plan pro. On a tous nos failles, nos up & nos down, il faut faire avec :) Et vivre en harmonie avec nos principes !

  6. Plus je te lis et plus je me rends compte que tu es une personne sensée, raisonnable et « saine ».
    Bref quelqu’un de très élégant.
    Merci pour cet article, je partage complètement ton point de vue (et mon portefeuille aussi :) )
    Alexandra

    1. Oh la la Alexam, merci beaucoup, ça me touche beaucoup. Je ne sais pas si je suis quelqu’un d’hyper élégant, mais en tout cas j’essaie de vivre en harmonie avec mes principes :)

  7. Super article Capucine!
    C’est vrai qu’on a tendance à envier tous les habits ou produits que l’on peut voir sur Instagram…
    A chaque fois que j’ai envie de m’acheter quelque chose je me demande si c’est vraiment nécessaire, par exemple pour une nouvelle palette qui vient de sortir je me suis dit « non Justine tu as déjà pleeein de palettes ne craque pas » :p (je n’ai pas craqué et ça ne me dérange pas!)
    Je me retrouve aussi dans ce que tu dis, c’est tellement mieux de voyager que de dépenser dans tout et n’importe quoi!
    Bisous

  8. Un article tellement VRAI!!!! Merci Capucine!!!
    Le No-buy j’y suis arrivér malgré moi… En sortant de mon master ma vie n’a été faite plus de periode de chomage que de périodes florissantes… Ce qui m’a obligé à n’acheter que l’essentiel à tous les niveaux(fringes, maquillages, accessoires, bijoux, meubles, bouquins, etc etc…) j’adore la mode, j’adore les nouveautés mais depuis toujours j’ai toujours préféré avoir des « pièces » qui durent et y mettre le prix que d’acheter à tout va… Donc oui quand je vois sur les réseaux ces personnes avec une vie merveilleuse rempli de tout ce que je n’achete pas je me dis que ma vie est pourrie… Puis une fois le blues passé je me dis que ce que j’ai ne fais pas de moi quelqu’un de moins bien.. Donc oui je n’ai pas 50 robes bleues ou 20 palettes de maquillages et non je ne passe pas ma
    Vie à faire la fiesta dans lieux mega branchouilles mais par contre j’ai des fringues que j’adore qui me sublimes, du maquillage qui convient à ma peau et permet de pas ressembler à un monstre (lol) et je profites de moments avec mes amis et ma famille…

    Et si j’avais les moyens?! Je pense qu’au debut j’aurai la folie des grandeurs pour moi et mon entourage mais qu’au final ces années de no -buy me rattraperont afin de pouvoir profiter un max fe ce que j’ai dejà et de voyager un max et faite profiter mon entourage….

  9. Bonjour Capucine,
    Premier poste sur ton blog que je suis régulièrement.
    Je suis complètement d’accord avec ce que tu as écrit dans cet article. J’ai fait le même constat récemment. Je ressens moins le besoin d’acheter qu’avant et je préfères m’acheter des choses utile comme un vélo pour me déplacer ou à économiser pour partir en vacances plus souvent, profiter plus de la vie.
    Bonne journée

  10. ton article est criant de vérité!!! je me suis également fait la remarque de certain compte instagram de blogeuse ou autre dont tu as juste l’impression qu’elles vivent la vie parfaite alors que … non et surtout leurs achats faut pas se leurrer nous pousse également a consommer, c’est mon cas je ne m’en cache pas, pcq machin a acheté ce top divin dont je rêve « Oh ben moi aussi » . Je m’étais lancé un defis no buy il y a plus d’un an sans grand succès et bizarrement c’est ce matin en faisant le tri de mes fringues (mon honte tellement au vu de la quantité abominable de vêtements et de la somme que cela représente …) que je me suis également dite que STOP le shopping, du moins les fringues pcq ca tourne au ridicule :)

  11. C’est marrant de lire la 2ème partie de ton article, parce que justement quand j’étais un peu plus jeune j’aimais bien suivre une bloggueuse du style « moi, ma vie, mon oeuvre » que je ne citerais pas (mais assez connue dans l’univers des blog). Ce blog ne m’apportait rien en soi, mais c’était un peu une échappatoire car je lisais la vie parfaite de qqun d’autre. Ca me faisait rêver en fait, comme lire un bon livre du style histoire à l’eau de rose de Marc Lévy ^^

    Il y a peu de temps je me suis dit « tiens pk j’ai arrêté de la suivre, je vais y retourner voir ce qu’elle propose » et puis bah 3 ans après c’est un peu tjrs la même chose: « moi » sans apporter un réel intérêt. Par intérêt j’entend: conseil fashion, bon plans voyage, jolies photos d’endroits cools… enfin n’importe quel « tip » qui pourrait me guider dans un domaine (comme ici avec le make-up for instance). Et sur son instagram c’est un peu la même chose, et ça correspond un peu à ce que tu dis: des instants de vie sublimés. Et maintenant que je suis plus mûre (mais aussi mieux dans mes baskets), la vie parfaite de cette blogueuse ne m’intéresse plus.

    Après c’est peut être le jeu d’instagram aussi, tout le monde y poste des supers jolies photos, moi y compris avec les photos de mes vacances, mais la différence avec la dite bloggueuse c’est la spontanéité. Mes photos ne sont pas mise en scène, elles correspondent réellement à ce que j’ai vécu à un moment précis (bon avec un ptit filtre Lo-Fi au passage quoi^^) et ne sont pas accompagnés d’un commentaire « Je suis restée au Sofitel, je n’avais qu’a descendre 5 marches pour accéder à la plus jolie plage de la ville ».

    En fait, si j’ai arrêté de la suivre, ce n’est pas parce qu’elle me renvoit à la nullité de ma vie (j’ai reproduis le même schéma que toi dans ma tête: au final j’ai un peu tout ce dont j’ai besoin) mais plutôt parce que ce story-telling ou ce « personal branding » (je bosse en agence pub et je suis au bureau là, dsl du terme haha) me dérange. Et je trouve la manière d’annoncer « Regardez comme ma vie est parfaite » franchement nulle. Mais ce n’est que mon avis!!

    1. Hello Lisa, j’ai vécu la même chose avec pas mal de consoeurs que j’apprécie pourtant à titre personnel. Je me suis arrêtée de les suivre car je ne m’y retrouvais pas / plus (et en plus quand on en connait dans la « vraie vie » ou qu’on vit certains moments avec elles, on SAIT que c’est pas hyper vrai mais bon… c’est le jeu :)). Ce qui me dérange là-dedans, c’est le personnal-branding à outrance, oui. Et le fait qu’aujourd’hui, on soit dans une ère de l’image, bien plus que dans celle du contenu de fond avec un apport de conseil ou même d’émotion.

  12. Amen !
    Je suis en pleine réflexion sur le sujet également. Ce printemps j’étais happée par une frénésie compulsive du « posséder » et curieusement là ça s’essouffle. il faut se calmer ça sert à rien, si je n’arrive pas à obtenir une pièce sur telle ou telle collection, après tout c’est pas si grave car une autre me fera me morfondre d’envie la semaine suivante… Mais justement, pourquoi se morfondre la semaine suivante ? c’est sans fin. Alors j’ai encore à soigner l’achat réconfortant mais ça commence à aller mieux, doucement mais surement… enfin on en reparlera la prochaine fois que je sortirais de chez Zara. ;)

  13. Hello Capucine,
    Long billet ;) tout est dit et tout y est ! Effectivement la tentation est là, les réseaux sociaux et autres ne font que nous pousser à l’achat et le tien également :) Quand on nous présente des produits avec en plus un avis favorable, aïe aïe et bien on a envie de le tester tout simplement ! Pour ma part, j’essaye de n’acheter que ce dont j’ai besoin (là je suis obligée d’avouer mon dernier achat un vernis Dior, nouvelle teinte Cosmopolite, on peut pas dire que j’en ai vraiment besoin…), non en fait je me force à terminer les produits que j’utilise avant d’en acheter d’autres…Côté fringues, j’attends les soldes ou je m’offre UN seul achat ! Et les économies réalisées vont directement dans ma cagnotte Voyages, plus elle est élevée et plus la destination sera loiiiiiiiin et ça ça mérite tous les NO BUY :)Je pense que tout est une question d’équilibre, une fois qu’on le réalise et qu’on le met en pratique, tout devient plus simple !

    Très belle après-midi,
    Raja.

    1. Comme toi, Raja, je souhaite terminer mes produits avant d’en entamer d’autres. Depuis plusieurs années, je n’ai plus 50 gels douche dans ma baignoire, juste un. Je suis un peu plus difficile pour les shampooings, j’alterne entre deux shampooings généralement… Pour les vêtements, je suis comme toi : j’attends généralement les bonnes occasions, ou alors je craque sur une belle pièce que j’ai mis du temps à repérer / choisir. Et pour le reste, mille fois oui pour le no-buy dans le but de m’offrir des voyages. Je crois que je travaille pour voyager… !

  14. Très joli article Capucine, moi j’aime beaucoup ton blog et tes deux comptes IG et c’est vraiment sur snapchat que je me sus rendue compte du boulot que tu as et de tes horaires de folie, continues à être comme tu es, moi je te suis pour tes conseils en matière de beauté et tes looks me donnent aussi des idées, c’est dire si tu es polyvalente!!! Et pour le no-buy je pense qu’avec l’âge on s’assagie beaucoup, c’est mon cas mais j’ai quand même une décennie de plus que toi, bonne journée

    1. Bonjour Virginie, merci pour ton gentil commentaire. Je pense que tu as raison, avec l’âge on a peut-être envie d’autre chose, de donner du sens à ce que l’on fait (sans pour autant chercher trop loin, je te l’accorde, mais quand même). En tout cas mon no-buy me fait du bien :)

  15. Merci mais merci pour ce super article. Je me reconnais tellement dans ce raisonnement!L’overdose de ces fausses vies sur insta, ses filles trop parfaites faisant du sport à haute dose pr perdre leur fausse graisse (Je n’ai rien contre elles mais c’est un exemple de plus)…Au bout d’un moment ça rend triste et l’on a envie de les copier…help, j’ai un besoin urgent de retour à l’essentiel :)

    Bonne continuation et encore merci Capucine

    Marion

    1. Il m’est arrivé la même chose pour le sport. Je me suis lancé dans des trucs qui n’étaient pas faits pour moi, où j’étais au bord de l’évanouissement, pour ressembler à des filles que je n’envie même pas au final. Comme quoi :/

  16. Merci pour cet article :) J’ai le même rapport que toi au shopping et je trouve ça chouette de le voir prôné haut et fort sur internet, c’est réconfortant de ne pas se sentir la seule accro-du-shopping-vaccinée. Ce qui m’a écœuré personnellement, ça a été les haul sur youtube. Qui a besoin d’une vingtaine de nouvelles chemises par printemps ?!? Et quand j’ai besoin de quelque chose, je privilégie la qualité à la quantité parce que ça dure plus longtemps et en plus c’est bien plus joli ^^

  17. Oh que cet article est bien vrai. Nous vivons dans une société où mettre en scène sa vie est devenue un sport national. Combien de fois je vois des gens ne plus profiter de l’instant présent juste parcqu’il faut « faire une photo ». Une photo pour montrer, partager et surtout que les autres approuvent votre vie avec un LIKE ou un commentaire. Ca devient pathétique et les gens n’ont parfois plus du tout de recul sur ce qu’ils font.
    Un jour j’ai vu un couple au restaurant : ils ne se parlaient pas et avaient l’air de s’ennuyer à mourir. Puis la nana a dégainé son téléphone et paf un selfie en amoureux grand sourire ( on imagine les hashtag mielleux sur les réseaux sociaux).
    Pareil pour les concerts où désormais les gens passent plus de temps à filmer qu’à vivre le truc… Il y a tellement d’exemples comme ça que je pourrai faire une liste d’un kilomètre.
    Quant à la consommation excessive, je trouve qu’il est en effet plus sain de se réfréner.
    J’ai réalisé que j’étais la plus heureuse quand je cons sommais moins. En vacances en Corse avec mon amoureux, la nature pendant une semaine et rien d’autre. Et de toute manière trop consommer est à mes yeux une forme de compensation affective ou autre.
    On consomme pour exister, pour atteindre une certaine sensation de « finitude »… Et il n’en est rien.
    Dans le film Fight Club une réplique me revient toujours en tête : « les choses qu’on possède finissent pas nous posséder  » :)
    Bonne journée

  18. Bonjour Capucine, merci pour cet article très intéressant. C’est vrai ce que tu dis au sujet des réseaux sociaux, c’est une énorme vitrine qui peut vite devenir malsaine.

    Au-delà de ça, je pense qu’on ressent le besoin d’acheter et de posséder pour combler une sorte de vide (bonjour la psychologie de comptoir, mais c’est assez vrai je trouve), donc une fois qu’on a identifié la cause de ce mal-être il faut réussir à se demander si on veut vraiment ce qui nous tente.
    Personnellement je trouve ça important de se faire plaisir parfois, que ça passe par du matériel ou pas (des voyages par exemple). J’essaie de plus en plus de différer mes achats « plaisir » pour voir si l’envie est toujours aussi forte après une semaine ou quinze jours, comme ça je profite vraiment de ce que j’achète et je n’ai pas ce contre-coup après un achat où je me dis que je regrette et que ça ne rime à rien. Idem pour les promos Sephora, je me dis qu’il y en aura une autre juste après celle en cours, et donc que ça ne sert à rien de sauter dessus pour « en profiter ».

    Le tout c’est de réfléchir, de savoir où on en est avec tout ça, mais pas forcément de pratiquer le no buy radical il me semble (ou alors par périodes, pour faire le point).

  19. Cet article est tout simplement parfait! Je partage totalement ton opinion!
    J’ai déja entendu des bloggeuses/youtubeuses/instagrameuses (dans leurs propres vidéos) présenter leur routine beauté et dire elles mêmes qu’elles ne s’y tenait pas. A quoi bon ?
    Faire des jolies photos/jolis contenus n’a rien à voir avec s’inventer une vie. Je trouve ca dommage de modifier totalement la vérité pour plaire à ses abonnés, et c’est ce qui me plait le plus chez toi, tu es si naturelle :)

  20. Avec cette phrase tu as tout dit
    L’OVERDOSE DE VIE SUBLIMÉE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX M’A ACHEVÉE

    je crois que je suis pile dans le meme cas que toi.
    Moi je suis une acheteuse complusive qui essaye de se raisonner depuis que j’ai des enfants.
    Bah oui il faut les habiller donc forcement j’achete moins.

    Allez c’est decide je me prends en main et moi aussi jenpasse au NO BUY !!

  21. Très bel article, très juste.
    Faire du tri dans son armoire cela permet de faire du tri dans sa tête aussi.

    Et puis ma dernière virée et craquage chez ZARA m’a achevé, j’ai croisée au moins 5 nanas en villes avec la même tenue que moi ^^ (que je trouvais originale pourtant . . . )

  22. Merci pour ton article Capucine ! Que de sagesse depuis ton retour de Guadeloupe ;) je suis ENTIEREMENT d’accord avec toi sur le fait que les réseaux sociaux, surtout Instagram par tout le côté « mise en scène et filtres » nous poussent à acheter, à consommer … Etant étudiante donc n’ayant pas un budget shopping de folie et surtout bossant pour avoir mon argent de poche (babysitting <3 ou cours de maths) je convertis un objet que je veux en heure de travail .. Et là c'est redoutable, je sais si ça vaut le coup ou pas ! Bien sûr des craquages ou des achats de nécessité doivent subsister mais avoir conscience de l'argent, du temps passé pour le gagner fait moins consommer. Enfin je trouve. J'ai des potes qui peuvent claquer 100€ pour une soirée sur Paris !!! LOL
    c'est ça qui manque beaucoup aujourd'hui, la conscience de la valeur de l'argent … et c'est bien dommage !

    Bref je vais partager ton article pour que mes amies "claqueuses" arrêtent ^^

    Et sur snap tu parlais de tester des produits: quelles sont les modalités ? :)

    Bonne soirée !!

  23. Merci pour cet article! Je suis une grande consommatrice de contenu instagram et je suis arrivée à saturation depuis quelques temps. J’ai vécu le même schéma que toi, je pensais que ma vie était insipide alors que j’ai tout pour être parfaitement heureuse. Et ensuite j’ai réalisé que la normalité n’était pas de dépenser toutes ses économies en blush afin d’en avoir un tiroir plein (et qu’on finira par jeter), ou de vivre au gré des évènements marketings, ou de faire une soirée sushi uniquement parce que sushishop a contacté toutes les blogueuses le même soir et ensuite de faire croire que c’est trop bon (surtout quand c’est gratuit hein)… Maintenant je fais dans la qualité plutôt que dans la quantité pour les blogueuses comme pour les fringues. Merci pour ta sincérité qui est vraiment rafraichissante dans ce milieu!

  24. Le no buy j’y arrive bien pour les vêtements mais j’avoue que j’aime le luxe quand même ^^ sans forcément craquer, j’aime les belles choses en général, de la piscine à débordement aux pierres précieuses ou fines, Pour les produits de beauté là non c’est impossible. Je n’essaye même plus de me raisonner. Par contre j’utilise mes produits, je jette rarement . Mais le low buy ou no buy je l’applique en réalité pour beaucoup de choses . Les voyages ah oui c’est important de voir d’autres horizons, je comprends tout à fait que ce soit prioritaire pour toi .

  25. Je me retrouve complètement dans cet article. Puisque j’ai décidé de faire dans un premier temps du tri dans mon dressing et nombreuses paires de chaussures (plus de 100). Et d’en finir avec le « j’ai rien à me mettre » tout ça parce que je n’avais pas tel ou tel pièce hyper mode ! J’ai donc décidé de ne m’acheter que des choses simples tout en restant toujours chic (il ne faut pas se laisser aller) en achetant des pièces plus intemporelles. Merci pour cet article qui me motive encore plus dans cette démarche … en attendant je fais des heureuses avec mon vide dressing

  26. Bonsoir Capucine!

    Je profite de cet article pour déjà te remercier pour ton travail et tout ce que tu partages avec nous.
    Je viens de voir ton snap à propos de ton envie de peut être faire tester des produits à tes lectrices parisiennes (si j’ai bien compris).
    Je suis à Paris et serai très intéressée par ce genre de test, si en plus cela peu t’être utile dans le cadre de Babillages, j’en serai encore plus ravie.

    Encore merci pour tous tes articles, c’est génial!!!!

    Bisous

  27. Oh ben tu vois il me fait du bien ce billet. Et il me fait prendre conscience que moi aussi je me suis prise au jeu de la mise en scène.

    — Point délire —
    « La vie n’est pas un compte Instagram ma chérie » en référence à une parole de la chanson « Match Nul » ( oui oui, j’avais 14 ans à l’époque ah ah ) qui disait : « La vie n’est pas une boite de chocolat « Mon Chéri ».

  28. Bonsoir!vraiment intéressant cette dualité entre notre société de consommation du toujours plus et notre envie de prendre du recul sur le « matériel »..je suis moi meme dans cette etat d’esprit « less is more » meme si en pratique ce n’est pas aussi facile..merci pour cet article!ps:sur snapchat tu proposes a tes lectrices de tester des produits j’en serai ravie si on peut joindre l’utile à l’agréable..a bientôt!

  29. Tu as raison. :-) Dans 10 15 ou 25 ans, tu te souviendras encore des périples que tu réalises actuellement et plus du tout de toutes les futilités qui font la tendance du moment. Bravo pour cette prise de conscience. Tu as bien grandi Capucine…(au sens propre et figuré) depuis mon tout 1er passage ici il y a,(oui, on peut le dire) une éternité!! ;-)

    1. Oui, et j’aurai des souvenirs à partager avec mes enfants et mes petits-enfants. Les choses les plus précieuses que je possède ? Ce sont les souvenirs de voyages que mon grand-père m’a racontés !

  30. Merci pour ce beau moment de vérité. J’ai arrêté mon compte Facebook il y a bientôt 3 ans précisément pour la raison que tu évoques : la vie sublimée. Et j’ai profité de l’occasion pour faire du ménage dans mes « amis », les ultra connectés de Facebook dont la vie avait l’air si geniale mais qu’on ne pouvait jamais voir en vrai pour partager un vrai moment réel.
    J’ai tout comme toi « unfollow » certains comptes instagram car je ne supportais plus l’arrogance ou la vacuité de ces derniers. Besoin de retour à du vrai, du concret, du joyeux,…
    Merci à toi de nous montrer que la vie rêvée de la blogueuse c’est aussi des ennuis avec le RSI. Que parfois la journée peut être toute pourrie. Mais ça passe. Car demain est un autre jour et que ça passe toujours. Meme si sur l’instant on se dit que ca ne passera jamais.

    Merci à toi encore !

  31. Oh tout cela est tellement vrai !
    Je pense beaucoup a tout ça en ce momment … acheter posseder pour exister … c est tellement stupide et futile au fond
    J avais deja beaucoup apprecier ton article precedent sur le meme theme d ailleur ;-)
    La j eter en vacance j ai donner aux asso 12 sac de 100L de fringues chaussures sacs . Tout ce qui ne me plaisait plus ou dans lesquels je n etait pas a l aise OUST
    Idem dans le maquillage et produits de beautés j en ai jeter et donner pour des centaines d euros
    Çela m a permis de reflechir aussi sur ma façon d aborder mon argent et ce que j en fait
    C est un plaisir de te lire

  32. Un bel article qui finalement partage une vision assez simple du bonheur : la famille, les amis et se faire plaisir au travers de nouvelles expériences comme les voyages… Je partage bien sûr ton opinion et d’ailleurs j’ai longtemps appliqué ce principe de « no buy » et d’acheter uniquement par nécessité. En revanche, je t’avoue que j’ai du mal à résister en ce moment car j’ai tellement de pression au travail et peu de temps pour moi (le boulot, les enfants) que je me fais plaisir en m’achetant des fringues de temps en temps. C’est mon truc à moi, ma bouffée d’oxygène. Ce que je veux dire c’est que consommer (de manière raisonnable bien sûr…) n’empêche pas de se sentir bien dans sa peau et ne fait pas de toi une blasée de la vie qui passe à côté des bonheurs simples. Tout est dans le dosage ! Mais bon, c’est peut-être parce que je ne sors presque jamais et que je ne reçois rien des marques ? Fut une époque où je recevais pas mal de cadeaux (des produits de beauté que je ne testais même pas) et j’étais complètement blasée. Aujourd’hui je me fais plaisir, j’achète des choses qui me font vraiment envie et font briller mes yeux…
    Quant à Instagram, le réseau ne me fait pas rêver plus que ça. Ça m’inspire, ça me fait voir des jolies choses mais ce n’est pas pour ça que je dépense davantage. Je n’ai pas le temps de faire les magasins ! lol

  33. super article, je me reconnais dans les travers du shopping que tu décris. Et souvent je me sens pas spécialement heureuse après avoir acheté un truc que je voulais depuis un moment et qui au final ne me rapporte pas grand chose (le dernier Jean tendance qui me va pas… ou la superbe lingerie chère top tendance que mon mec n’aime pas…)
    Tout ça pour dire que ton article va bien avec le travail que j’essaye de faire sur moi.

    Merci pour tous ces super articles qui accompagnent bien le parcours d’une femme d’aujourd’hui et qui répondent à beaucoup de mes questions! des bisous!

  34. Bonjour Capucine,
    Article intéressant, sur lequel je suis venue via… snapchat ;-).

    Pour ma part, le no buy, je pratique depuis un moment, mais une métamorphose est en train de s’opérer.
    En sortant du bac, je pars de chez mes parents : je me retrouve à devoir gérer un appart’ et passer mon permis. Rapidement, la question du shopping n’en est plus une. Tous les « à côté » passent dans le permis et dans quelques sorties avec les copains, privilégiant le social au matériel.
    J’apprends vite à repérer les bonnes affaires. Par cela, je n’entends pas « aller chiner dans uneuh brocanteuh le dimanche après le brunch ». Non. Côté beauté, mon armoire n’a jamais vu passer de Naked ou de pinceau mac. Par contre, je me débrouille plutôt pas mal avec (à l’origine) ELF (eh oui !) ou Real Technique (qui est venu plus tard, mais aussi avec plus de moyens…). Côté fards à paupières, je n’ai porté quasimment que du Sleek. En fait, ce train de vie « sans rien de trop » (même si, j’insiste, j’avais assez !) m’a appris à questionner la valeur des choses et l’utilité de les posséder.
    Une fois mon permis passé, j’ai été teeellement plus laaaarge. J’ai pu commencer à moins compter. Mais pas de dépenses superflues non plus. Je n’ai pas envie de budgétiser le mois, ni regarder mon compte pour savoir si je peux faire un resto ou pas avec mes potes. Je sais que mon train de vie « normal » correspond à ce que je gagne. Donc quand je veux faire des « à côté », je réfléchis. Pas forcément longtemps, mais je ne mets pas d’articles dans mon panier sans me demander si j’en ai VRAIMENT envie, ou l’utilité.

    Aujourd’hui, le no buy pour moi c’est ça : acheter ce qui est utile ou qui me fait plaisir… Et c’est cela qui change le plus. Car avant, j’achetais ce que je pouvais, maintenant j’achète ce que je veux (vraiment.).

    (Note :En RP, je pense que cette façon de vivre est beaucoup plus facile à avoir quand on est loin des transports en communs et leurs TONNES de publicités. Je suis passée de 4h de transport par jour à 4h par semaine : mes envies de consommation ont beaauuucoup baissé.)

    1. Merci pour ce très long commentaire hyper intéressant / enrichissant. C’est vrai que je ne prends plus beaucoup le métro (les joies d’aller au bureau à pied !) et je suis beaucoup moins tentée !

  35. Ton article est une belle ouverture d’esprit, depuis quelques années je suis également dans cette optique. Je n’achète jamais dans le but de ressembler aux autres, je n’achète que par coup de cœur. La vie parfaite n’existe pas même si j’avoue que sur mon blog ou sur mon instagram je ne vais pas montrer les choses triste qui peuvent m’arriver, en même temps je suis du genre à m’émerveiller facilement des choses qui m’entourent (une vrai rêveuse).
    Bonne fin de semaine

  36. Tres bon article ! Je suis tellement proche de ce que tu dis ! Avant j’avais tendance à bcp acheter en fringues et make up. Des qu’un produit sortait chez Sephora je l’achetais juste pour être au top ! j’achetais aussi beaucoup de vêtements pour avoir un dressing de dingue ! Mais au final je me suis rendu compte que je mettais toujours la même chose et que mes achats passaient aux oubliettes. Alors maintenant je dépense quand j’ai besoin ou vraiment quand j’ai un gros coup de cœur. Pour Sephora je me suis même fixer une règle c’est une fois par mois (bon parfois 2 quand la naked smoky sort par exemple mais ça ça compte pas hein ? ;) et du coup je prend beaucoup plus de plaisir à acheter, c’est mon petit moment que j’attend avec impatience et quand je sors de Sephora j’ai le smile, je ne me dis plus encore un achat juste pour le fun… Et puis il faut le dire aussi ça fais du bien au porte-monnaie :)

  37. Bonjour Capucine,

    Merci pour cet article très intéressant ! Pour ma part, j’ai suivi de nombreux comptes Insta dédiés à la nutrition et au fitness. Une façon pour moi de me motiver à manger plus équilibré et à me mettre au sport. Et bien, j’ai vite compris que je ne voulais surtout pas devenir comme ces filles. Ces comptes prônent la nourriture saine, mais je trouve que leurs comportements sont loin d’être sains… Elles culpabilisent de craquer pour un plat de pâtes et s’extasient devant du quinoa… Next ! Je préfère ne pas avoir le corps parfait des magasines mais savoir me faire plaisir sans en faire une montagne !

    1. Ouiiii je te comprends à 10000000% Emeline ! J’ai suivi certains de ces comptes car en fait je trouvaient que les comportements de certaines de ces filles étaient malsains :/

  38. Excellent article, très sincère et authentique!

    Ca fait un moment que je me dis la même chose et lors de mes dernières vacances, j’ai été stupéfaite de voir le nombre de personnes dégainer la canne à selfie et se mettre dans des positions improbables avant même de regarder le paysage (qu’ils ne pouvaient voir puisqu’on prend la photo dos au paysage / monument). Tout ça pour aller le poster sur IG au plus vite, et surement en actualisant leur fil régulièrement pour checker le nombre de Like.

    Je suis aussi très connectée, notamment de part mon boulot mais là, j’ai pris une claque! Ca sonnait tellement faux chez ces gens! Ils pouvaient prendre 50 fois avant la pose avant d’être content du résultat, un vrai shooting pro. Je me suis presque mise à regretter nos vieux appareils argentiques qui n’offraient pas la possibilité de prévisualiser la photo et nous offraient parfois des jolies surprises lorsqu’on faisait développer les clichés…

    Bref, je suis d’accord avec toi :-)

    PS: regarde Fight Club, ça vaut le coup ;-)

  39. Bonjour Capucine,

    Bravo pour avoir parlé de ce problème qui touche beaucoup d entre nous. Ces comptes trop lisses, semblables à des magazines de mode qui ne reflètent pas forcément la réalité (qui aime les gens parfaits ? ;) ). La mode doit rester une inspiration et non être copiée à l’identique. Il ne faut pas avoir honte de ses basiques favoris et n hesite pas à mettre sur ce blog des ensembles qui te plaisent, dans lesquelles tu te sens bien dedans, même si certains vetements se répètent. Montrer la versatilité d un vetement c est ce qui en fait sa « richesse ». Avec le changement de saison je suis en train d épurer ma garde-robe en donnant les pièces qui me plaisent moyen ou plus du tout, m évitant ainsi de sortir de chez moi en me disant « j ai l’air moche dans ces fringues ». Tu as raison de dire qu il faut se faire plaisir de temps en temps, tu profiteras plus de ces pieces coups de coeur.

    Au plaisir de te lire!

    1. Exactement, il faut être en accord avec ses valeurs ! Ca n’empêche pas de consommer pour se faire plaisir, mais parfois on va trop loin et en prendre conscience est pas plus mal :)

  40. Capucine mais je suis tellement étonnamment sublimement ravie de ton discours que je comete! Je suis plutôt du genre lectrice passive, qui aime lire tes articles et suivre ton travail mais sans commenter. Mais là ton article m’a fait tellement plaisir! Aujourd’hui beaucoup de chaînes Youtube, de blogs et d’Instagram qui pourtant nous inspire semblent parfois nous renvoyer au fait que nous ne pouvons pas toutes concrètement accéder à ce qui nous est proposer, et j’ai comme toi fait le choix à un moment de faire non pas à ton exemple un No Buy mais un shopping très raisonnée. Si tu hésites abstiens toi tel est maintenant ma devise, et je me pose toujours l’utilité d’un article avant son achat. Et ça calme! Ravie finalement de voir qu’une bloggeuse peut être aussi une acheteuse raisonnée ) Et merci aussi de ton travail et de toutes tes publications! Belle soirée ;)

  41. Enfin! J’ai récupéré internet et je suis ravie de lire cet article!
    Je partage ton point de vue et je pense que ce qui n’aide pas est aussi les stratégies marketing des marques. Il faut toujours plus, créer du nouveau même si c’est à partir d’idées recyclées…On a les collections de vêtements, puis les collections capsules, les collabs etc…Je ne dis pas que ce n’est pas bien. La créativité est un moteur essentiel mais qu’est-ce que l’on voit de réellement nouveau?
    Genre la marque Apple…C’est quoi le truc d’avoir toujours le tout dernier téléphone? Je suis très fière d’avoir acheté mon Ipod il y a 10 ans avec une de mes paies étudiantes. Il marche toujours et une fois, en boutique, on a même voulu me le racheter car c’était vintage. Et bah non, je le garde!
    Pareil avec le cinéma: combien de films sortent chaque semaine? C’est juste énorme…
    Bref, tout ça pour dire que si un objet ou autre ne fait pas un tabac à sa sortie ou même avant (la magie des préventes et cie), ce n’est pas un objet de qualité…Le monde est dur et peu fidèle. Alors, oui, l’acte d’acheter/faire du shopping est agréable mais il l’est encore plus quand on sait à quoi l’achat va servir, etc. Personnellement, j’aime bien aussi aller me balader dans les magasins et ne pas acheter. Parfois, on est très tentée mais je pense qu’il faut pouvoir aussi se dire non pour que lorsqu’on se dit oui, on savoure!

    Le fait d’avoir un blog aussi peut ouvrir une brèche. J’achète pas mal de choses et je suis amoureuse de maquillage et je sais que j’en ai plus que la moyenne mais bon…Je pense qu’à des moments, on peut réfléchir à des articles avec ce qu’on a dans les placards :P!

    Bref, tout ça pour dire: merci pour ton article!
    A bientôt xxx

      1. Je pense qu’il y a une différence entre acheter un nouveau téléphone parce que le tien est en fin de vie que d’en acheter un « juste » parce que le tout dernier est sorti… On en revient à la question de « est-ce que l’achat est nécessaire et pourquoi »?!
        Je ne juge pas les personnes possédant un objet à la pomme croquée ^^!

  42. J’aime bien l’article, j’aime beaucoup moins l’hypocrisie dont tu fais part.
    Ok, tu es devenue « no buy » mais à la fin de ton article nous avons le droit aux « produits apparentés » suggérés Chanel et La Roche Posay, avant même la présentation de ton blog… Puis encore des pubs et d’autres pubs en fin de page.
    Bref… Pour quelqu’un qui cherche à prôner le « no buy » je trouve que tu incites énormément à l’achat pour ton propre profit (tu es bien rémunérée par les pubs et les marques, même s’il ne faut pas en parler, parce que sur le net on ne parle pas d’argent).
    Mais bon, ça donne toujours bonne conscience, au moins tu penses que tu n’incites pas à la consommation même avec un blog plein de pubs et de rétroliens vers des marques. Et comme ça tu dors tranquille… Avec ça… On va changer le monde !

    1. Camille, je l’ai déjà expliqué à de nombreuses reprises, c’est AUTOMATIQUE : je ne peux malheureusement pas enlever cela, ça fait partie du thème de mon site…. D’ailleurs si tu cliques sur le produit en lui-même, tu tombes sur du contenu supplémentaire où tu peux toi-même noter les produits et aider les gens à les acheter s’ils en valent la peine… ou pas :)

      Bref, je trouve dommage de me faire attaquer pour de telles choses. Enfin, j’ose espérer que comme toutes les lectrices de Babillages tu es quelqu’un d’intelligent, qui fait preuve de libre-arbitre : jamais je n’ai incité qui que ce soit à acheter quoi que ce soit – d’ailleurs, je n’ai rien à vendre, les choses que je vends c’est aux marques et pas aux lectrices à qui je ne fais pas payer d’abonnement pour vivre, cqfd.

      Effectivement, avec ce type de « reproche », c’est pas comme ça qu’on va changer le monde.

  43. Capucine,

    Pourrais tu faire un article sur les marques de fringues peut etre un peu onéreuse mais dont la qualité / durée de vie est très bonne?
    Avec les commentaires, je pense que ça permettra de faire un bon tour d’horizon.
    Je suis en train de perdre du poids (je partais de loin…) et la dernière fois que j’ai pu m’habiller dans une boutique standard j’avais 18 ans (j’en ai 27 aujourd’hui) donc je cherchais surtout un prix.
    Aujourd’hui je travaille et je ne recherche plus la même chose.

    J’espère que tu voudras bien honorer cette requête ^^

    Cela dans le but justement de ne pas devoir faire les boutiques tous les 3 mois car les vetements sont fatigués.

    Estelle

  44. Capucine, merci pour cet article si bien écrit, pour tes phrases réconfortantes ! Je ne suis donc pas seule à en avoir marre de tout ça.

    Le plus dur pour moi c’est d’arriver à prendre du recul. Il faut que j’arrête de suivre les comptes Instagram de ces « grosses blogueuses influentes » qui ne m’apportent rien et me rendent triste. J’adore la mode, mais j’aime encore plus mes boutiques préférées dans lesquelles je sais que je trouverai toujours mon bonheur. Au fond, en jeans et en converses je me sens bien, et j’arrive presque à me sentir jolie parfois ! Alors pourquoi me forcer et acheter d’autres choses ?

    J’aimerai savoir faire le vide autour de moi, m’éloigner de ce trop plein d’informations balancé sur le net en permanence, qui nous fait croire que nous avons besoin d’un tas de nouveaux vêtements pour être bien.

    En tout cas je suis contente d’avoir eu ton avis sur ce sujet, et ton article m’a fait plaisir ! Bon week-end :) Bises!

    1. Hello Maryse, je pense que tu as tout résumé en une question : pourquoi me forcer et acheter d’autres choses ? :) Je te souhaite plein de belles choses et d’arriver à faire ce fameux vide autour de toi. Ca prend du temps, mais une fois qu’on y arrive un peu, c’est chouette ! Belle journée.

  45. Bonsoir Capucine,
    je suis tout à fait d’accord avec toi ! La société de consommation nous pousse à acheter des objets dont nous n’avons pas besoin… Cependant j’avoue aimer les vêtements et je pense avoir trouver la bonne alternative: il y a beaucoup de page facebook ou de site qui permettent de troquer ses vêtements ou de les acheter d’occasion pour quelques pièces ! J’aime beaucoup car on trouve des pièces sympas pour presque rien, on peut y vendre ses vieux vêtements qui dorment dans nos armoires, on ne jette plus, on ne consomme plus pour des sommes astronomiques, le recyclage des vêtements quoi!

    1. Salomé, je revends parfois mes vêtements quand je me rends compte que je ne les porte pas. J’ai fait des vide-dressings pour revendre des vêtements qui avaient parfois encore leurs étiquettes… aheum !!!

  46. Bonjour Capucine,
    Ton article est très intéressant et je suis contente de le lire à un moment où j’ai décidé que je ne me laisserais plus pourrir la vie par des gens qui pensent qu’ils sont mieux que les autres parce qu’ils possèdent le dernier truc à la mode. Surtout quand ils l’affichent sur les réseaux en nous narguant, l’air de dire que nous ne sommes que des pauvres nazes en face d’eux.
    J’ai donc pris la décision de ne plus rien acheter pendant quelque temps (ni maquillage, ni fringues) pour me centrer sur les choses importantes de la vie et je suis bien contente de résister à des achats compulsifs qui ne m’intéressaient plus lorsqu’ils étaient dans mon placard ! Je vis sur mes stocks et j’ai découvert les blogs « minimalistes » qui proposent des looks différents avec quelques basiques. Cela me convient très bien puisque je suis plutôt du style marinière-jean et pas du tout fashionista ! Jai toujours quelques petits moments de faiblesse (la palette naked smoky me fait de l’oeil) mais je ne craquerai pas !
    Merci encore pour cet article. Et vive les provinciales ????

  47. Ton article m’as donné envie de commenter. Je suis vraiment touché par ce que tu dis, j’ai ouvert mon entreprise depuis presque 1 an, je suis coach en image et maquilleuse, mon métier me passionne vraiment et j’ai donc voulu me lancer. A côté cela faisait 2 ans que je souhaitais ouvrir un blog mode et beauté pour partager ma passion et mes conseils mais je n’osais pas. Quand j’ai ouvert l’entreprise on m’a énormément conseillé d’ouvrir mon blog de faire des vidéos pour me faire voir. Au final, cela me plaît mais à la fois je me reconnaît dans certes choses que tu dis « comme obligé d’être à la pointe du nouveau truc » et de « donner du rêve » (chose que je ne peux pas faire ou ne fais pas ) déjà pour mon métier (seulement de connaître sans obligation d’achat lol) mais par le blog (obligation de nouveautés). Et j’avoue que parfois ce n’est pas facile, surtout que je ne souhaite pas devenir blogueuse réputée mais une coach et maquilleuse reconnue. Enfin voilà tout ça pour te dire merci pour ce post cela fait du bien d’entendre tout ça avec beaucoup de franchise :)
    Bonne continuation à toi.
    xoxo

    http://laure-relooking.fr/blog

  48. Un bel article qui dénonce, un cri du coeur contre la société de consommation!
    Conclu en beauté par le rectangle « produits apparentés » qui nous ramène aux essentiels…

    1. Bonjour Anaïs, comme je l’ai déjà expliqué à plusieurs reprises (et même plus haut dans les commentaires si ma mémoire ne me joue pas trop de mauvais tour), je ne peux pas supprimer ceci sous les articles. Cela fait partie du thème du site, c’est ainsi… Et d’ailleurs, si tu cliques sur l’image, tu tombes directement sur une fiche produit sur laquelle tu peux toi-même donner ton avis et donc orienter les lectrices dans leur achat ou… non-achat :)

  49. Bonjour Capucine, merci pour ce petit coup de gueule auquel j’adhere a 100%! Y’en a marre qu’on nous prenne pour des vaches à traire, qu’on nous fasse croire que notre vie sera plus belle si on achète tel ou tel truc. Je sais de quoi je parle car avec 3 filles à la maison les armoires sont archi pleines et on vire la moitié tous les 6 mois. Des sacs entiers de vêtements à peine portés. Alors on a dit stop! Quand on est tentées on pense à ceux qui n’ont pas grand chose, à ceux qui auraient besoin. Du coup ça freine. Et puis j’ai trouvé une solution, je me suis remise à coudre et même si certains pourraient trouver que ce n’est pas ultra fashion je m’en contre fous. Au moins je fais travailler des créateurs de patrons indépendants et pas des petits enfants et puis je fais aussi travailler ma crêativité. Et puis quelle satisfaction de réfléchir, construire un projet et prendre le temps de le réaliser. Certes c’est plus long que de faire flamber sa cb chez zara mais il y a moins de coups de tête et de futilité. C’est pour moi le moyen que j’ai trouvé de faire un pied de nez aux dictats de la société de consommation! Sinon bravo pour ton blog que je savoure avec délectation

    1. Cécile, merci pour ce message ! Je t’avoue que pour ma part, je recherche des marques avec une belle éthique (je ne consomme pas spécialement ça, mais ça m’intéresse de me pencher sur la question) : en connais-tu ? Merci !

      1. Bonjour Capucine, à part la marque Ekyog qui travaille des matières bio et fabrique en Bretagne je crois, je n’en connais pas d’autres. Essayons déjà d’acheter raisonnable, utile et européen même si je sais qu’il suffit que l’étiquette finale soit cousue en France pour que ce soit du « made in France ». Sinon je te suggère d’aller sur  » l’atelier de Camille » qui propose des modèles ravissants vraiment fabriqués en France par d’anciennes petites mains d’ateliers de flou.

  50. Ton article fait plaisir à lire, surtout de la part d’une bloggueuse aussi influente que toi. Je te rejoins sur la nocivité du « story-telling » sur les réseaux sociaux. Bloggueurs ou professionnels à part, les gens ont tendance à ne rapporter que les côtés cools de leur vie uniquement et ça se comprend ( qui a envie de poster sur facebook que ça ne va pas, qu’on a perdu son travail, un être cher, qu’on est fauchés ?).
    Mais du coup, nos fils d’actualités se transforment en succession de jolies photos ou posts enthousiastes et comme tu le dis si bien, on en vient à se dire  » ma vie est bien nulle à côté de ça »…. Une prise de recul est nécessaire et des articles comme le tien aident pas mal de monde à en prendre conscience, merci !
    Pour ce qui est des « faux instants de vie » et des photos hyper travaillées et retouchées sur Instagram… C’est la plaie, mais c’est ce qui plaît ( ahaha, z’avait vu le jeu de mot …ok, je sors). Un instagram avec de jolies photos, ça attire, ça pousse les gens à s’abonner. Personnellement, je ne sais pas faire et surtout ne souhaite pas entretenir un instagram remplies de ce type de photos, même pour mon mini-blog, même si ça pourrait attirer plus de gens avec qui je pourrais échanger car ce ne serait plus moi.
    Désolée pour le pavé. En tout cas, plus je lis ton blog, plus je viens à apprécier la personne derrière Babillages, pleine de sincérité, de recul, et qui ose montrer de la profondeur et une réflexion par rapport au mode de vie consumériste vers lequel l’univers de la beauté et de la mode nous pousse. MERCI !

    1. Bonjour Anyor, merci pour ton commentaire (tu n’as absolument pas à être désolée pour le pavé, attends en plus tu as fait un jeu de mots que j’apprécie ahahah!). Je partage ta vision des choses. Et je te remercie sincèrement pour ton gentil message et les compliments. Belle journée et à bientôt !

  51. Bonjour Capucine, je ne sais pas si vous lirez ce commentaire vu qu’il n’est pas d’hier mais merci. J’etais perdue ces derniers temps, en proie a une fièvre acheteuse pour suivre la mode, le dernier it du moment mais ce n’est pas vraiment moi. Votre article m’a fais prendre conscience que j’ai le droit de ne pas etre a la page et surtout que c’est une course sans fin alors merci a vous !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.