Tests des cosmétiques sur les animaux : les choses à savoir

Tests des cosmétiques sur les animaux : démêler le vrai du faux

Le week-end dernier sur Instagram, j’ai lu quelques échanges entre lectrices au sujet de tests des cosmétiques sur les animaux. En suivant tout ça, je me suis aperçue que ça ne semblait pas hyper clair pour vous, et que vous pouviez partager certaines informations erronées ou plus forcément d’actualité.

test sur les animaux

Disclaimer / Je ne suis pas experte en réglementation cosmétique. Je travaille dans le milieu de la cosmétique depuis de nombreuses années et je cherche à ce titre à me renseigner perpétuellement pour vous livrer les articles les plus précis qui soient. Je sais que ce genre de sujet a tendance à soulever bien des débats. Je vous saurais gré de bien vouloir échanger dans le respect d’autrui et de façon adulte. 

Tests des cosmétiques sur les animaux : des dates à retenir

  • Les tests de produits finis cosmétiques sur les animaux sont interdits en Union Européenne depuis 2004 (et des marques / groupes cosmétiques les avaient cessés bien avants…) Il existait cependant des dérogations pour des tests toxicologiques.
  • Les tests de matières premières dans le domaine cosmétique sur les animaux sont interdits depuis 2009. Il subsiste cependant une zone d’ombre liée à REACH, qui impose de tester certains ingrédients dans d’autres typologies de produits… alors qu’ils sont en même temps utilisés côté cosméto. Cette directive de 2009 a été abandonnée suite à la directive de 2013.
  • La mise en vente de produits de beauté testés sur animaux est interdite en Union Européenne depuis 2013.

test sur les animaux

Et les tests des cosmétiques sur les animaux à l’étranger, on en est où ?

Voici quelques exemples :

  • En Inde, les tests cosmétiques sur les animaux sont interdits. Petit bémol, cela concerne tous les produits fabriqués en Inde, mais pas nécessairement les produits d’importation. (source)
  • Au Brésil, on avance : l’état de Sao Paulo a déjà interdit les tests sur animaux en matière de cosméto, tandis qu’au niveau national, des projets de loi sont en cours de discussion à ce sujet. (source 1 / source 2)
  • En Chine, c’est bien différent que ce qu’on peut lire à tort un peu partout sur le web. A ce jour, une marque qui souhaite distribuer ses produits de cosmétiques dits « à usage ordinaire » en Chine n’est pas du tout tenue de se plier à une batterie de tests sur animaux, contrairement à ce que certains peuvent penser. Les produits cosmétiques « à usage ordinaire » sont les soins, les shampooings et le parfum. (source 1 / source 2)

test sur les animaux

Quid des labels garantissant le fait de ne pas réaliser de tests des cosmétiques sur les animaux ?

A titre personnel, je n’accorde pas vraiment d’importance à ces labels pour acheter mes cosmétiques. Vous aurez compris pourquoi : je vis en Union Européenne, je sais que la loi est déjà là pour imposer de ne pas tester sur les animaux. A l’heure d’aujourd’hui, ces labels utilisés en UE ont généralement des fins marketing, pour rassurer le consommateur qui n’est pas nécessairement au courant que les tests sont interdits en Union Européenne.

En plus, même si l’utilisation du label One Voice est gratuite, les tests qui permettent d’obtenir ledit label sont, eux, payants. Certaines marques font le choix de ne pas payer pour lesdits tests et donc, de ne pas utiliser ce label. Ce qui fausse donc un peu la perception globale : un produit cosmétique vendu en Europe qui n’est pas labellisé One Voice n’est pas à pointer du doigt… En revanche, dans des endroits où les tests sur les animaux ne sont pas interdits, le label One Voice (ou les autres) peut effectivement prendre tout son sens.

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

71 commentaires
  1. Je trouve ton article peu creusé (dans le sens, peu détaillé et avec peu de recherche (en tout cas c’est l’impression qu’en donne ton article) et un peu léger pour un sujet aussi sérieux.

    Autant j’apprécie et je lis avec plaisir tes revues de produits, tes conseils, autant je trouve que tes articles sur des sujets plus sérieux sont peu aboutis.

    Je pense aussi que le « peu » d’intérêt que tu portes à ces questions (tests, cosmétiques bio) se ressent. Ce n’est pas du tout une critique sur ta personne car chacun est libre de ses opinions et de se mettre ce qu’il veut sur son propre visage (encore heureux!! :)), mais personnellement je commence à m’intéresser à ses questions et ton article me laisse un peu dubitative.

    J’espère que tu ne le prends pas mal, ce n’est rien que de la critique constructive car j’apprécie ton travail et ce blog!

    1. Je ne veux surtout pas te vexer mais je ne vois pas en quoi ton message est si constructif que ça:
      – il n’apporte pas d’informations supplémentaires
      – il laisse sous-entendre que tout le monde est sensé être autant sensibilisé que toi sur tous les sujets cosmétos. Ce n’est pourtant pas le cas, et il faut respecter le fait que tout le monde n’en sache pas autant que soi. Babillages est sans cesse dans la transmission, il y a des articles pour les expertes, d’autres pour les débutantes… A chacune de piocher ce qui lui plaît tout en tolérant que la voisine puisse ne pas être calée sur un sujet ;)
      – il laisse également sous-entendre que je fais mal mon travail – pourtant, je cite toutes mes sources, je vois mal comment on peut dire que cela a nécessité peu de recherches….)
      – il sous-entend également que je consomme des produits testés sur les animaux et que je me fous allègrement de tout ça « mais que c’est pas grave, car chacun est libre de ses opinions et de se mettre sur son propre visage ».

      Donc, techniquement, si, je le prends un peu mal.

      1. Capucine vous vous mettez toujours en colère ou sur le défensive quand on va pas dans votre sens. Il est vrai que cet article n’apporte guère de la lumière sur la question et beaucoup de marques pour contourner ces lois fabriquent leur produits à l’étranger à l’ombre des réglementations européenne. Il y a des failles dans tous les systèmes et des vides juridiques dans ce domaine. On ne peut rien assurer.

        1. Maya, je ne suis absolument pas en colère :((( Le web est parfois frustrant pour ça : on communique par écrans interposés alors les émotions peuvent mal passer. Je peux t’assurer que je suis tout à fait posée et zen.

          1. Coucou Capucine, j’adore ton blog et je le suis depuis maintenant très longtemps !
            Mon commentaire sera certainement inutile mais je tiens quand même à l’ajouter ;)
            Je travaille dans la protection animale depuis une dizaine d’années et je sais que malheureusement on ne peut pas toujours se fier aux marques qui disent et jurent par tous les saints qu’elles ne testent pas, car effectivement, en UE c’est désormais interdit comme tu l’as dit, donc leur produit fini n’est pas testé (ce serait donc désormais complètement illégal) mais il arrive très souvent que certains ingrédients qui viennent à « construire » le produit fini soient eux même testés car en provenance d’autres pays, par exemple Chanel te dira que « olala non depuis x années on a arrêté de tester nos produits sur les animaux » (j’ai moi même demandé) mais ils utilisent des ingrédients qui eux le sont, ou alors ils autorisent tout simplement les tests pour des pays comme la Chine (comme tu l’as aussi dit). Et il ne faut pas non plus se fier les yeux fermés aux marques dites bio ou végétales etc car comme tu as cité la liste (One Voice) Nuxe, Caudalie, Yves Rocher etc ne font plus parti de celle ci alors qu’à voir leur emballage et description de produits on pourrait croire que !
            Enfin voilà tout ça pour dire, que 100 % des marques en UE ne testent pas leur produits pour respecter la loi mais elles utilisent des ingrédients testés ce qui revient au même pour les personnes qui veulent vraiment faire attention à l’éthique animale ! D’où cette fameuse liste qui décevra beaucoup d’amatrices de marques de luxe (dont moi), car si mes souvenirs sont bons (je n’ai pas le temps de vérifier là maintenant), je crois que dans les « grandes » marques, il n’y a que Clinique qui n’utilise pas d’ingrédients testés, ça fait peu quand on voit le nombre de grandes marques…
            Merci pour cet article :) Je ne tiens pas à te contredire ou quoi que ce soit car je reprends quasiment tous tes propos, j’ai juste rajouté deux trois minuscules détails à l’intention de celles qui liront les commentaires ;)
            A bientôt ! Laetitia

            1. Bonjour !

              Je découvre cet article et je confirme c’est un sujet assez compliqué !
              Je connais très bien la réglementation européenne (ça fait partie de mon métier) sur les produits cosmétiques.
              Aujourd’hui les tests sur animaux sont interdits tant pour les produits finis que pour les ingrédients. C’est également le cas pour l’importation d’autres pays (que ce soit des ingrédients ou des produits finis encore une fois).
              Là où ca se corse, c’est que la très grande majorité des ingrédients utilisés dans les cosmétiques ont déjà été testé sur les animaux dans le passé (et on ne refait pas les tests pour le plaisir hein…). Du coup si vous cherchez sur les fiches de sécurité des ingrédients (pour celles qui ont la curiosité et la patience d’essayer des les comprendre :)), vous trouverez presque tout le temps des résultats de tests sur animaux !
              Une autre nuance importante : beaucoup d’ingrédients sont utilisés dans d’autres produits que les produits cosmétiques. Or dans les autres réglementations (produits alimentaires et médicaments pour ne citer qu’eux) les tests sur animaux ne sont pas interdits. Donc les industries cosmétiques ne vont pas faire de nouveaux tests sur animaux mais peuvent quand même jeter un œil sur les résultats des tests des autres !
              Une petite mise à jour sur ton article également : l’Australie a également interdit les tests sur animaus et les Etats-Unis y réfléchissent fortement !

      2. Ce n’était pas du tout le but.
        Je ne suis pas quelqu’un qui tourne autour du pot, et effectivement en me relisant, je n’y suis pas allée par quatre chemins et c’est plus direct que ce que je ne pensais.

        Je ne te considère pas comme une méchante pas belle qui barbouille les gentils lapins.
        Je ne diabolise en aucun cas les consommateurs de tel ou tel produit, siliconne etc (même si je te l’accorde, c’est un peu différent quand il est question d’êtres vivants). Dans tous les cas, je ne cherchais à vexer personne.

        Ceci dit je n’ai pas la science infuse, j’ai bien précisé que je commençais à m’intéresser au sujet et je pense que les choses sont plus complexes que ce que laisse penser ton article.

        Je dirai pour conclure que nous ne devons pas avoir la même notion d’une critique constructive. J’aurais dit « ton article est nul », j’aurais compris.
        Ma critique est argumentée même si elle ne te plait pas. Avoir un blog, c’est s’exposer et le jeu c’est d’accepter la critique, qu’elle soit bonne, mauvaise, constructive ou complètement débile ou injuste.
        Sinon, il faut changer de métier.

        1. Eestellee, j’accepte tout à fait le jeu de « tu t’exposes, tu dois accepter la critique ». En revanche, je trouve toujours désagréable que les lectrices qui sentent bien que leur commentaire était un peu rude (tu l’avoues toi-même en début de ce message) finissent par dire « de toute façon, si t’es pas contente, t’as qu’à changer de métier ».

          Euh.

          Ca veut dire que comme Babillages est mon métier je dois encaisser poliment et en souriant tous les commentaires, même ceux où on admet ne pas y avoir vraiment mis les formes ? C’est bizarre comme conception de l’échange construit et constructif :(

          1. Cela veut tout simplement dire que j’ai l’honnêteté de nuancer mon propos mais que ta réponse était également assez sèche.
            Ce sur quoi je répond que le professionnel des deux s’il en est, c’est toi. Effectivement, je suis d’accord qu’il ne faut pas tout accepter, cependant je n’ai pas l’impression d’avoir dépasser les limites.

              1. J’en suis désolée si ça t’a blessée. Ce n’était pas le but.

                Mais je pense que sur ce sujet il faudrait une thèse, rien que ça, pour vraiment se faire une idée sur le sujet.
                A quand « Docteur Babillages »? ^^

                1. Ah ah, je n’ai pas fait d’études de médecine du coup c’est compliqué pour moi de me transformer en docteur. En revanche, si j’achète une blouse, ça marche ? ;)

                  1. Non docteur c’est le titre quand tu valides une thèse (doctorat). Oui oui, il est possible d’être docteur en droit par exemple! ^^

    2. En fait on a l’impression que ton message n’est pas constructif car tu ne dis rien pour corriger.
      Tu dis juste qu’elle est peu informée, peu impliquée… Mais on attend une sorte d’explication, que tu nous dises toi ce qu’il en est en matière de tests.

  2. Je dirais que ton article est un peu succinct et que ça ne dissipe pas le flou qui règne sur cette épineuse question . Coïncidence j’ai envoyé un mail à TBS pour obtenir des informations . La marque ne teste pas mais elle est sous l’égide de l’Oréal. L’UE a gagné sur les tests à des fins cosmétiques je sais que la lutte fut âpre. J’avoue ne pas avoir de bouquin à proposer sur ce thème fondamental mais il y en a très certainement. En dehors des marques bio stricto sensu je me pose beaucoup de questions à ce sujet . Certaines marques proposent des produits non testés mais des pinceaux en poils naturels . Bref si One Voice ne parvient pas à me convaincre ( les images choc très peu pour moi car je sais ce qu’on fait subir aux animaux et c’est atroce il faut employer ce mot là ), les marques de cosmétiques non plus et il se trouve que je suis une grande fan de tous ces produits là qui enjolivent le quotidien . Mais à mon sens il faut une étiquette CF l’anglais étant universel, sur chaque produit cosmétique sans exception aucune .

    1. Dominique, je ne parviens pas à comprendre en quoi un article court et factuel qui explique justement qu’il n’y a pas matière à laisser penser qu’il y a du flou… ne dissipe pas le flou. Je pense que c’est surtout parce que les gens sont persuadés qu’on leur cache des choses, qu’on leur ment et que des groupes comme L’Oréal peuvent allègrement contourner la loi pour des raisons qui m’échappent. Pourtant, les faits sont là, la loi est là. Et ce sont très souvent de très gros groupes comme L’Oréal qui ont fait avancer les choses en matière d’alternatives aux tests sur les animaux.

      1. Bonjour, cet article est « factuel » car vous ne faites part d’aucun doute sur l’application des lois. Il y a très souvent un fort décalage entre les lois et leur application, comme c’est le cas avec la majorité des élevages et abattoirs d’animaux, ou la vente de cuir de chiens et de chats en Europe sous le nom de « fourrure synthétique ».

        Donc votre article peut paraître un peu naïf, comme si vous pensiez que nous sommes dans un monde irréel où toutes les lois sont appliquées à la lettre : « c’est la loi, donc c’est comme ça ».

      2. Alors là non! je ne peux pas laisser passer une telle aberration! L’Oréal qui aurait fait avancer les choses en matière d’alternatives aux tests sur les animaux »!?! c’est inadmissible un tel mensonge. Les grands groupes n’ont jamais été en mesure d’être labellisés « cruelty free »! c’est la loi de 2013 qui les a arretés et encore il y a des exceptions dues à la loi REach…..
        les avancées sont dues aux chercheurs indépendants opposés à l’expérimentation animale et des marques humaines comme Lush, Logona, lavera, etc.

  3. Bonjour capucine,

    Je me permet de réagir a ton article car je travaille dans l’industrie cosmétique et pendant 1 an j’ai creusé le sujet des tests sur animaux.

    Je dois avouer qu’il faudrait des années pour comprendre le sujet sur le bout des doigts. De mon côté je suis aller de surprise en surprise durant mes recherches et malheureusement ma conclusion est net: aujourd’hui rien absolument rien ne prouve qu’un produit n’est pas testé sur animaux et tout ça malgré les réglementations.

    Comme toi je confirme que les produits finis et matières premières ne doivent en apparences plus être testés malgré le flou qu’impose REACH. Cependant et contre toutes attentes malgré qu’on affirme le contraire tout semble testé: l’industrie cosmétique effectue leurs test a l’étranger pour caché la misère ! De plus beaucoup de matières cosmétique sont utilisés en alimentaire qui est un domaine ou les tests sur animaux sont encore autorisé ! L’industrie cosmétique réalise donc ses tests dans le domaine alimentaire et extrapole les résultats pour la cosmétique en se cachant bien de dire qu’au final pour un milieu A ou B la matière reste testé ! Elles créent le flou !

    De plus je ne suis pas trop d’accord avec tes infos sur la Chine. De mon côté il en était ressorti que tout produits destinés a la Chine doivent être testés. Résultat la Chine étant le plus gros marché toutes les entreprises qui exportent en Chine (un très large majorité) font testés leurs produits !

    Sincèrement en lisant la réglementation on remarque qu’il y a bien des articles qui interdit les tests mais lorsque l’on épluche la tournure des phrases il y a des failles et a cause de ça l’industrie cosmétique évolue très péniblement vers la non utilisation des tests.

    J’espère avoir été claire car ce n’est pas un sujet évident. Et malheureusement même les logos ne nous assurent pas tout ! Je ne suis même pas sur qu’aujourd’hui il existe une marque qui soit totalement clean vis a vis de ça ! :(

    Merci d’aborder ses articles compliquée qui même pour les professionnelles restent un parcours du combattant !

    1. Bonjour Audrey, pour la Chine, d’après mes dernières informations : ce n’est pas aussi catégorique que cela. La Chine n’impose pas que les marques effectuent des tests sur les animaux pour pouvoir s’implémenter en Chine (pour la catégorie de produits cités dans l’article). En revanche, la Chine, elle, a déjà fait ses tests sur une liste d’ingrédients qu’elle « valide » si je puis dire.

  4. Merci pour cet article ! Grâce à toi je sais désormais qu’il y a une loi pour l’union européenne ! C’est quand même rassurant … Surtout avec tout ce qu’on entend !!
    Je tenais aussi à te dire que j’apprécie de plus en plus ton blog . J’ai tendance en ce moment à me rapprocher des produits naturels en ce qui concerne les soins visage et corps mais pour le makeup’ ton blog me plait beaucoup !
    Bonne continuation

  5. Merci pour cet article bien documenté et à la portée de tous.
    Cependant j’apporterai une nuance entre le non testé sur les animaux vs/ le cruelty free car pour moi seules certaines marques bio / vegan peuvent se prévaloir de cette appelation.
    Je fais confiance au label leaping rabbit, qu’en penses tu ?
    Très bonne journée.

    1. Hello Alexam, je connais le label Leaping Rabbit de nom mais je t’avoue ne m’être pas penchée sur cette question-ci. Tu en penses quoi (hormis le fait de lui faire confiance, ah ah !) ? Tu vois quoi de différent avec Cruelty Free ? Merci pour les infos.

      1. Hello, je pense notament à la différence entre produit fini et matières premières / formulation, ainsi que les contrats passés avec certains labos qui les fournissent. De plus certaines matières premières ont été testées sur les animaux quand elles ont été introduites donc les marques se revendiquent cruelty free uniquement dans le présent mais leur passé (pas si lointain) n’est pas forcément aussi rose. Et enfin je dirai que certaines marques se disent cruelty free mais appartiennent à des groupes qui ne le sont pas. je ne citerai pas d’exemple diffamant sur ton blog mais des marques avec pignon sur rue en France qui ne sont PAS cruelty free il y’en a un paquet. Le label Leaping bunny tient compte de tous ces critères (il faut avouer que leur liste de marques disponibles en France est assez limitée ce qui n’est pas forcément évident au quotidien).
        http://www.leapingbunny.org/about/the-standard

  6. Voilà j’ai retrouvé la référence du bouquin qui vient de sortir ( étant concernée par la cause animale je savais bien qu’il y en avait un récent, désolée de ne pas avoir percuté plus tôt )

    Profession : Animal de Laboratoire
    ( éditions Autrement )
    Auteure : Mme Audrey Jugla
    Je pense qu’on doit en apprendre beaucoup sur la question. Du moins j’espère que le sujet est abordé .
    Oui j’ai employé le terme flou et je le maintiens car c’est un tel business que transparence doit être faite.
    C’était le sens de  » flou  » et ce n’est guère étonnant tout est fait dans ce sens, business is business ..

      1. De rien, belle journée à toi aussi ( au vrai sens du mot j’espère car grand soleil sur la Gironde^^ ) moi aussi je vais aller voir pour ce livre tout récent donc .

  7. Je pense que se dire :

    je suis en Europe donc je peux tout acheter les yeux fermés, c’est vraiment pour se donner bonne conscience, et ça ne prend pas du tout en compte la complexité de la chose.
    ( ni le teste des matières premières, ni les marques à l’étranger comme en Chine ou ailleurs etc…)

    J’étais adepte Avène et Bioderma, à priori on peut se dire : les labo (Nom supprimé car message à caractère diffamatoire) c est français, donc pas de tests sur les animaux etc…

    Hé bien non pas du tout. du tout du tout du tout.

    Voilà donc j’ai changé ma routine pour prendre la marque Paï qui elle pour le coup à une vraie éthique.

    J’ai écrit à certaines marques et c’est rigolo de voir à quel point les marques qui disent avoir une certaines éthiques deviennent de plus en plus évasives voires mutiques au fur et à mesure qu’elles voient que la personne en face pose les bonnes questions et est plutôt bien informée.

    1. Corinne, attention, je ne me dédouane pas de quoi que ce soit. J’explique juste que pour les gens qui ont des doutes et pensent à la théorie du complot, il y a un cadre, des lois, etc.

      Attention cependant à ce que tu écris ici, en tant que responsable de la publication de Babillages, je suis passible de poursuites pour diffamation.

    2. Bonjour
      je connais bien le monde de la dermo cosmétique et non Avène et bioderma ne testent pas leur produit sur animaux!
      il ne faut pas confondre les tests sur animaux dans le cadre du médicament et dans le cadre de la dermo cosmétique.

  8. Bonjour Capucine,
    juste une petite précision : dans ton article tu dis que la directive de 2009 a été abandonnée suite à la directive de 2013. S’il s’agit du texte de loi régissant les produits cosmétiques dans l’union européenne qui est entré en vigueur en juillet 2013, ce n’est pas une directive mais un règlement, ce qui change tout d’un point de vu législatif en Europe.
    De plus, je voulais apporter une petite précision quant au tests sur les animaux. Ils sont donc interdits sur les produits finis et les matières premières et depuis 2013 les entreprises Européennes qui fabriquent des produits cosmétiques doivent mettre en commun leur recherches et leurs résultats concernant les méthodes alternatives aux tests sur les animaux. On voit apparaitre une certaines « solidarité » entre pays de l’union et un changement des mentalité…

  9. Très intéressant cette article, car en effet il soulève de nombreux débats.Même si je suis contre le fait que l’on teste les produits sur les animaux, je suis comme toi, je connais la loi, et je fais confiance aux marques (peut être un peu trop) pour la respecter.

    Les marques devraient peut être, faire preuve encore plus de transparence en mettant sur les emballages (pour celles qui ne le font pas encore), un logo ou une inscription comme quoi c’est non testée sur les animaux.

    Et nous consommatrices, on devrait pouvoir avoir accès aux liste d’entreprises ne faisant pas de test sur animaux, à moins que cela existe déjà.
    Bel article en tout cas

    1. Oui, mais de toute façon, le souci c’est qu’il y aura toujours des gens pour dire que le marché de la cosmétique leur ment, qu’avec l’argent on achète tout même le contournement des lois en vigueur, etc :/

    2. Un produit cosmétique vendu dans l’UE n’a normalement pas le droit de revendiquer l’absence de test sur animaux, puisqu’il s’agit d’un « simple » respect de la loi. La règlementation des cosmétiques cadre cela. Certaines marques utilisent le « non testé sur animaux » comme outil marketing, alors que par défaut dans l’UE (et sous réserve de respecter la loi hein) il n’y a pas de test sur animaux. Le revendiquer est considéré comme dénigrant envers les autres produits du marché…
      En tout cas merci pour cet article. Je faisais partie des débats sur instagram. Travaillant dans la règlementation des cosmétiques, je me bats tjrs contre les idées reçues envers ce secteur qui soufre d’une mauvaise image sur bon nombre de sujets (ne me lancez pas sur les parabens lol). Bref merci pour cet artcle très clair!! Bonne soirée

  10. Bonjour
    Je pense que ton paragraphe sur la Chine porte à confusion.
    La dispense de tests sur les animaux ne concerne en effet que les cosmétiques « ordinaires » qui sont fabriqués en Chine. Ca veut dire que tous les cosmétiques importés comme L’Oréal, Estee Lauder ou L’Occitane doivent être testés sur les animaux.
    A défaut de pouvoir commenter hier, j’ai écrit un article sur mon blog pour essayer d’expliquer clairement le problème : http://fr.apolliner.com/2015/09/tests-sur-les-animaux-pour-les-cosmetiques-en-chine/

    1. Bonjour ApollineR, je suis désolée pour le bug de la veille. Babillages ayant été hacké la semaine dernière, nous avons sécurisé le site et… un peu trop puisque les commentaires ne passaient plus :( Le mal est désormais réparé, merci d’avoir pris le temps de commenter. Je file lire ça dès que j’ai quelques minutes ! Belle journée.

  11. Article très intéressant car il soulève en effet beaucoup de questions. Je n’ai jamais été complètement d’accord avec ton point de vue sur le sujet car je trouve, comme d’autres personnes l’ont soulignées dans les commentaires, que cet article balaye peut-être un peu trop vite la question des tests sur les animaux même si c’est un article documenté et travaillé. Certes, nous avons une loi en Europe qui nous protège, mais cela ne veut pas dire que les tests sur les animaux n’existent pas en Europe et je ne dis pas ça parce que je crois que le marché de la cosmétique me ment.
    REACH est un sujet épineux et en l’étudiant on se rend bien compte des parts d’ombres qui peuvent être exploitées par certains. C’est un système complexe qui n’est malheureusement pas assez contrôlé lorsqu’on travaille dans l’industrie de la cosmétique. Je travaille moi-même pour une entreprise qui fabrique, importe et revend des matières premières aux grands industriels cosmétiques et il est certain que lorsqu’on importe des matières premières en dehors de l’Europe, les contrôles ne sont pas toujours exemplaires. Cependant, on a bien plus intérêt à travailler en respectant REACH, c’est certain.
    Je pense que cependant tu as raison sur un point, les grands groupes que nous connaissons bien ne testent plus sur les animaux depuis des années. Mais là encore, il existe un part d’ombres avec certains groupes industriels méconnus qui peuvent jouer un rôle important dans l’engrenage.
    Peut-être que certains Labels servent juste à vendre, je ne m’y connais pas assez sur le sujet pour l’affirmer. Cependant, je travaille avec certaines marques qui ont à cœur cette question de tests sur les animaux et je peux affirmer que pour eux ce n’est pas seulement une question dite marketing mais un véritable outils de sélection quant aux matières premières, comme un gage de qualité de travail.
    Ce commentaire n’a pas pour but de critiquer ton article, je suis d’accord avec toi sur le fond mais je pense que certaines nuances doivent être apportées :)
    Bonne journée !

    1. Je suis d’accord avec toi Ingrid. Malheureusement, je n’ai pas le temps ni les moyens de faire un travail digne de Cash Investigation, mais ça serait à creuser :p Belle journée !

  12. Un sujet très sensible… Il m’est arrivé de me faire « allumer » sur insta pour avoir laissé un commentaire dans lequel je demandais plus d’explications, à propos du fait qu’une marque française au raisin importe ses produits en Chine, et selon les « allumeuses », il faudrait boycotter ceux vendus en France aussi, car on nous ment, et bla bla bla. Comme tu le dis si bien, il est souvent sous-entendu que tout le monde doit se sentir complètement révolté et se doit d’être aussi instruit que les révoltées. Bref, si l’on ne sait pas déjà tout, on nous fait sentir qu’on n’a pas à prendre part à la discussion. J’avoue que ça m’embête bien, car je continue d’apprendre tous les jours, je ne sais jamais tout! Alors merci pour cette article qui nous informe!

    1. Moi aussi, ce genre d’attitude me met très mal à l’aise. Personne ne peut avoir la prétention de tout savoir, et je trouve que s’intéresser à un sujet est une belle preuve de curiosité et… d’intelligence. Discuter et échanger nos points de vue et nos convictions est également très intéressant pour se nourrir, et se faire sa propre opinion sur un sujet.
      Mais malheureusement, ce sujet en particulier est bien trop sensible pour que certains réagissent posément, en partageant leur savoir, etc… J’ai lu sur twitter des filles qui pointaient cet article du doigt, sans donner d’argument supplémentaire hormis celui que je ne suis intéressée que par le business et pas par les animaux (?????!!!!!!! Une belle preuve que certains sont incapables de discuter posément d’un sujet qui leur tient à coeur, c’est dommage).

  13. Je suis végétarienne depuis un an maintenant et je me suis forcément intéressée à la question des tests sur les animaux. J’avais appris avec soulagement que l’U.E. interdisait la vente de produits cosmétiques testés sur les animaux. Mais dernièrement en discutant avec une connaissance, elle aussi végétarienne, j’ai appris que certaines entreprises testaient les matières premières sur les animaux et pas le produit fini. Je ne me suis pas renseignée davantage mais ton article tombe à pic même s’il me laisse encore avec quelques interrogations.

    Je pense que, quel que soit le domaine dans lequel évolue une entreprise, il y a moyen de frauder et de contourner la loi. Les entreprises cosmétiques le font-elles? Il y a beaucoup de rumeurs qui courent à ce sujet. Peut-être qu’un bouquin pourrait répondre à ces questions. Ou un documentaire. Il n’y a pas moyen de proposer ce sujet d’investigation à Envoyé Spécial sur FR2 par exemple? ahahah.

  14. Bonsoir Capucine !

    Pour ma part, j’ai de plus en plus de mal à « faire confiance » aux marques, qui, pour certaines, nous prennent vraiment pour des imbéciles. Je ne citerai pas de noms mais entre celles qui nous vantent leurs produits sans silicones (alors qu’ils contiennent des quats), sans parabens (bourrés de methylisothiazolinone et phénoxyéthanol), soit disant hypoallergéniques (alors qu’ils contiennent parfois les deux composants pré-cités qui sont hautement allergènes), comment te dire que j’ai des difficultés à m’en remettre à une loi qui a l’air aisément contournable…

    Ceci dit, il existe des listes sur lesquelles il semble que l’on puisse se fier, et qui sont connues par la plupart des personnes en faveur de la cause des animaux. Peut-être es-tu déjà tombée dessus ?
    – Les marques non CF : http://www.maviesanscruaute.fr/marques-testees-surles-animaux/
    – Les marques CF : http://www.maviesanscruaute.fr/blog/marques-cruelty-free/

    Je te souhaite une bonne soirée !

    Aurore

      1. Commencer par chercher l’info sur les sites officiels des differents pays et non des blogs sera déjà un bon début… Depuis novembre 2014 il est interdit d’importer des cosmétiques testés sur animaux en Inde. Quand on ne connait pas trop le sujet il est peut etre plus prudent de ne pas ecrire d’article dessus.

        1. Bonjour Sol, tu as tout à fait le droit de ne pas être d’accord et d’être dans une démarche positive en nous donnant des arguments (car là je n’en vois pas trop, quelles sont tes sources ? où est ta démarche pédagogique ?). En revanche, être irrespectueuse et condescendante est totalement proscrit ici :) Je pense que tu n’apprécierais pas que je te parle ainsi, n’est-ce pas ?
          Enfin, pour bien connaître le monde de la cosmétique, je peux t’affirmer que ce que je raconte est creusé, et que l’une de mes sources collabore régulièrement avec la FEBEA ;)

  15. Coucou Capucine, :)

    Ce que j’aime dans ton article c’est que tu ne voie pas les choses tous noir ou tous blanc. Je m’intéresse de plus en plus au sujet et je m’informe sur plusieurs blogs où c’est toujours extrêmement noir (l’industrie nous ment, il ne faut faire confiance qu’au label, qui donne le sentiment que si tu consomme des produits non labellisés tu es une personne horrible, etc).

    Je trouve que ton article est peut être court mais bien condensé en informations (j’ai aussi appris de nouvelles choses avec ton article), et le fait d’avoir un article à ce sujet dans ton blog permet déjà de promouvoir une sensibilisation à ce sujet à tes lectrices/lecteurs. Et c’est bien, non ? C’est aussi comme cela que les choses changeront.

    Après, les labels : il y a déjà eu des histoires dans l’agroalimentaire à propos de faux labels (AOC, bio, halal…) car le label fait vendre. /!\ Je ne dis pas que cruelty free ou autres sont de faux label, je ne m’avancerais pas là dessus car je ne les connais pas plus que cela. Cependant, je veux dire qu’il ne faut pas les juger sans esprit critique.

    De plus, si on cesserait de consommer tous les produits testés sur les animaux on ne se soignerait plus non plus, l’alimentation aussi serait limitée… Et utiliser des cobayes humains est ce plus éthique ? (car oui les gens choisissent de le faire, mais parfois par obligation pour l’argent).

    J’aime aussi les animaux mais je pense qu’exclure TOUS les tests sur les animaux est illusoire (dans tous les domaines). La branche de la cosmétique parait futile mais elle doit être aussi strict que dans le domaine pharmaceutique, car la peau absorbe aussi ce qu’on met dessus.

    Je pense aussi qu’entrée dans un extrême n’est pas forcément la solution. Si chacun de nous, ne changeait déjà qu’un seul de leur geste beauté (comme fabriquer soi-même son fond de teint avec des produits clean) ce serait déjà énorme et preuve d’intérêt. C’est ce qu’on nous rabâche au sujet de l’écologie…

    Pour finir, personne n’est 100% clean dans ces gestes (moi aussi je peux me critiquer) mais ne pas blâmer ce n’est pas non plus donner une excuse/bonne conscience. C’est juste avoir conscience qu’on est humain et donc qu’on est pas irréprochable.

    Oups, un gros pavé ^^’

    Bonne journée !

    1. Un gros pavé qui fait du bien dans le sens où il explique que oui, nous sommes humains. Que nous faisons des erreurs, que nous cherchons à nous améliorer et que se poser les questions sans chercher à voir tout blanc ou tout noir à tout prix permet d’avancer :)

  16. Lisez le règlement européen , c’est la base. La vente de produits cosmétiques testés sur les animaux en UE est interdite, mais, le flou de la législation fait que si le test est réalisé hors UE, c’est ok. Il est obligatoire de réaliser ces tests en Chine, ils sont même réalisés par l’état lui même , vous lui donnez un échantillon qu’il fait tester. Il va falloir revoir votre article (superficiel et mal documenté comme souvent)

    1.  » Il va falloir revoir votre article (superficiel et mal documenté comme souvent) »
      Ton commentaire aurait presque pu être constructif s’il n’avait pas été emprunt d’un sentiment de supériorité et de méchanceté assumé. Je suis tout à fait en phase avec le fait que les gens ne soient pas d’accord ou aient des arguments contraires (quoi que je ne vois pas où sont vos arguments, rien de précis n’est énoncé pour expliquer les choses et être dans une démarche pédagogique pour tout le monde…). En revanche, le fait que tu ne sois pas d’accord avec moi (ou que tu trouves mon article visiblement nul) ne te donne aucun droit de me mépriser et de me manquer de respect. :/

  17. Merci Capucine pour avoir lancé le sujet des tests des cosmétiques, c’est super que sur un blog aussi connu que le tien on puisse en discuter et diffuser des infos :)
    en tous les cas, je discutais tout à l’heure avec une conseillère dans une enseigne de produits cosmétiques bio à Paris, qui me disait que les produits certifiés bio n’ont pas été testés (ni les matières premières ni les produits finis). Ca n’est pas parce qu’elle travaille dans cette enseigne qu’elle le dit mais bien parce que le cahier des charges qui permet d’obtenir les labels bio l’exige.
    Et parmi les choses floues, je trouve qu’une marque de cosmétiques inspirée par la nature, mais qui appartient à un laboratoire peut faire planer le doute quant aux tests. Surtout si elle n’est pas certifiée bio… (je n’ai donné aucun nom, libre à chacun de chercher sur internet).

  18. Pour ma part, bien que ne connaissant pas parfaitement le sujet je me rends déjà compte que l’article n’est en effet pas assez fouillé pour apporter une vraie information à ce sujet.
    alors oui, chacune a leu droit d’utiliser les produits qu’elle souhaite, mais il existe des sujets plus importants que d’autres (ex: les tests sur animaux vs. se laver le visage a l’eau ou pas).
    Je pense en effet qu’il faut parfois s’abstenir d’écrire sur un sujet aussi sensible ou demander la collaboration de personnes qui s’y sont déjà beaucoup intéressées plutôt que de simplifier à outrance.
    Sandrine

    1. Bonjour Sandrine, le sujet était d’apporter des informations factuelles et chronologiques sur l’évolution des choses sur le marché. Et en ce sens, je pense que cela répond à la problématique. Je n’ai jamais prétendu faire / publier une thèse à ce sujet.

      1. Je suis désolée mais je ne suis pas d’accord. entre publier une thèse et un article normalement travaillé il y a également une différence. ne pas prétendre faire une thèse ne dispense pas de connaître parfaitement le sujet abordé.
        A mon avis, il faut des articles plus fouillés sur certains sujets surtout dès lors que le blog a pris des allures de site professionnel (avec une boutique et un « office » notamment).
        De toutes façons, je suis quand même toujours surprise de voir que des bloggeuses qui travaillent par ailleurs dans le domaine des cosmétiques en tant que professionnels en la matière ne sont pas en mesure d’en connaître au moins autant sur les aspects vegan et bio des cosmétiques que sur le reste des produits.
        cela me paraîtrait être indispensable de maîtriser parfaitement le sujet même si cela ne fait pas partie de ses propres choix de consommation.
        En tous cas, c’est le minimum que je m’imposerai si je devais travailler dans ce domaine.

        1. Sandrine, suis-je en train de rêver ou tu m’expliques que je fais mal mon travail, que je n’y connais rien et que je ferais mieux de me taire ? Hyper respectueux !

          1. la encore je ne suis pas d’accord. exposer son travail sur le web signifie que les lectrices ont le droit de faire part leur avis. je note que les avis plus critiques mais motivés sont jugés irrespectueux et/ou condescendants . c’est un peu facile.

            1. Sandrine, bien sûr que toute « exposition » de son travail implique une soumission au jugement d’autrui et à la critique. En revanche, je pense que lorsqu’on souhaite se lancer dans une critique négative et constructive via Internet, il est toujours bienvenu de peser ses mots car la barrière de l’écran peut vite laisser penser que les propos sont irrespectueux ou condescendants. Bon, et puis après, il y a des gens pour qui ça n’est pas important de blesser les autres en partageant leur critique négative et non constructive, mais ça c’est un autre sujet… ;)))))

  19. Bonjour capucine…
    Pour ma part, je fais malheureusement partie des sceptiques quant à l éthique des grands groupes. Ce qui dans mon esprit ne s applique pas qu’à la cosmétique d ailleurs (agro alimentaire, labos pharmaceutiques, agro industrie etc.)

    Je dis malheureusement car j aimerais du fond du cœur être assurée que la loi est bien respectée.
    Mais je crois que nous vivons dans une telle frénésie de profit que l éthique ne compte que peu.
    Certains scandales me font dire que je ne suis pas si parano que cela…

    Tout ça pour dire que ton article ne m aide pas personnellement à sortir de ma perplexité sur le sujet, même si je te fais confiance sur les recherches d infos notamment juridiques.
    En attendant je fais un peu une diète de produits en ce moment du coup ce qui ne fait pas de mal!

    Bonne journée

    1. Aaah la théorie des grands complots ;) Merci d’avoir pris le temps de partager ton avis, c’est intéressant comme ressenti ! Je te souhaite également une belle journée, Sabine.

  20. Bonjour,

    Pourquoi penser que c’est une théorie des complots?
    Des enquêtes ont été menés par Peta,L214 et pleins d’autres associations avec caméras cachées et photos à l’appui…Penses-tu vraiment qu’il serait impossible que la société soit en réalité comme cela?
    Bien sûr ,je ne prétends pas le savoir mais je me pose des questions et je fais beaucoup de recherche…Ca m’a l’air compliqué…Et j’aimerais avoir ton avis dessus ou du moins le clarifier.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.