Balm Dotcom Glossier : le secret de ce it-produit

Emily Weiss est probablement la beauty addict la plus célèbre au monde. Fondatrice d’Intothegloss, elle a créé sa marque, Glossier. Figurez-vous que le Balm Dotcom Glossier fait un vrai carton aux Etats-Unis, à tel point que les férues de beauté et certaines célébrités se l’arrachent. J’ai eu envie d’en savoir plus sur ce fameux Balm Dotcom Glossier, voici mon avis… sans même l’avoir essayé !

balm dotcom glossier

Balm Dotcom Glossier : qu’est-ce que c’est ?

Un baume à tout faire qui hydrate, nourrit, répare et cocoone la peau fragile. Il est aussi enrichi en anti-oxydants pour lutter contre les méfaits des radicaux libres. Son format en tube lui permet d’être glissé dans un sac à main et d’être utilisé quand on veut où on le souhaite. La texture sortie du tube semble être assez épaisse, comme un baume gélifié. Les revendications de Glossier quant à ce produit ? Hypoallergénique, hydratation longue durée, testé sous contrôle dermatologique, sans parabène, sans parfum et non testé sur les animaux.

Balm Dotcom Glossier : les ingrédients mis en avant en cachent un autre

Sur la fiche produit, les ingrédients phares sont mis en avant : cire d’abeille, lanoline, extrait de cupuaçu, extraits de feuille de romarin, etc.. Tout un programme qui donne terriblement envie : chaque ingrédient star est présenté comme bon pour résoudre tels ou tels maux. Sauf que. Quand on découvre l’intégralité de la liste INCI, là c’est la débandade.

Petrolatum, Ricinus Communis (Castor) Seed Oil, Beeswax/Cera Alba/Cire D’Abeille, Lanolin, Dipalmithoyl Hydroxyproline, Theobroma Grandiflorum Seed Butter, Oryza Sativa (Rice) Bran Extract, Tocopheryl Acetate, Helianthus Annuus (Sunflower) Extract, Tocopherol, Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Leaf Extract

Si vous savez comment analyser la composition d’un produit de beauté, vous pouvez aisément vous rendre compte que l’ingrédient le plus présent dans la composition du produit n’est autre que le « petrolatum », aussi appelé « vaseline » si vous préférez. Ce fameux petrolatum est un dérivé de l’industrie pétrochimique contre laquelle je n’ai rien en soi puisque je consomme pas mal de produits issus de la pétrochimie. Utilisée dans les cosmétiques, la vaseline permet d’assouplir la peau, de la rendre toute douce et de maintenir un bon taux d’hydratation. Plutôt cool sur le papier mais… pourquoi je tilte alors ?

  • Car le « petrolatum » forme un film occlusif sur la peau. Logique que ça retienne l’eau, mais en soi ça n’a pas vraiment d’autre vertu. A mon sens on peut hydrater d’une meilleure façon.
  • Créer une marque de cosmétique en 2014 pour se contenter d’un produit à base de petrolatum, c’est moyen. Surtout quand on sait que l’industrie de la cosmétique remet en question tout ça, cherche des alternatives, etc… Alors, bien sûr, toutes les marques ne le font pas et beaucoup continuent de commercialiser ce type de produits qui ont des effets assez cool au demeurant. Mais quand on s’appelle Emily Weiss, qu’on est la reine de la cosméto, qu’on a accès à toutes les superstars de l’industrie de la beauté… c’est un peu dommage de céder à la facilité du petrolatum et de ne pas chercher à proposer une alternative.

Alors, le Balm Dotcom Glossier on aime ou pas ?

Pour moi, le Balm Dotcom Glossier n’est sûrement pas un mauvais produit puisqu’il est inspiré de produits du même genre déjà cultes sur le marché de la cosmétique. Je me demande juste pourquoi un de plus ? Et je trouve dommage que toutes les fashionistas ne jurent que par ce produit alors que… le même (ou presque) existe déjà ailleurs et fait ses preuves. Aheum !

Je pense en tout cas qu’il doit être intéressant à utiliser pour « sceller » l’hydratation en plein hiver : les peaux déshydratés apprécieront un tel produit pendant le froid rigoureux. Par exemple, les nez très abîmés à cause du froid ou du rhume : c’est top. Idem pour les mains trop rugueuses / sèches… Ou encore sur les pieds quand on porte des chaussures neuves ou que l’on envisage de courir un marathon.

Crédit photo

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

6 Comments
  1. Article très intéressant ! Dans le même genre, lorsque l’on commence à s’intéresser aux perturbateurs endocriniens, que l’on retrouve dans un grand nombre de produits de cosmétiques, on a de quoi prendre peur… Et aujourd’hui il est encore très difficile de trouver des cosmétiques sans ces PE malheureusement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.