#Nostalgie – Mes beauty faux-pas des années lycée – Babillages – Le blog beauté des beauty addicts

#Nostalgie – Mes beauty faux-pas des années lycée

La rentrée scolaire ?! Pfiouuu, ma dernière était il y a fort longtemps : les études remontent à un petit moment…! Mais, il m’arrive parfois de songer avec nostalgie (et fous rires associés) à mes beauty faux-pas des années collège et lycée. Je me suis dit que c’était le moment de faire mon coming-out, de tout vous raconter, histoire que vous sachiez que sous mes airs de beauty addict affirmée… j’ai aussi été une belle merguez.

1910585_23355346745_7449_nphoto dossier (je triche, je n’étais déjà plus au lycée. J’avais 20 ans)

Mes sourcils, ma bataille (fallaient qu’ils s’en aillent)

Plus gros fail devant l’éternel… Mon rasage de sourcils. Oui oui, vous avez bien lu ! Figurez-vous que Dame Nature m’a fait don d’un joli cadeau (non non, pas les règles, la pub m’influence !) : des sourcils façon chenilles. Autrement dit : des trucs assez grossiers, posés n’importe comment, qui alourdissent mon regard.

Consciente qu’il fallait faire un truc, j’ai donc décidé d’employer les grands moyens… ou plutôt, le rasoir de mon père. Et de raser. N’importe comment. A vif. Et de me faire un putain de trou sans le faire exprès.

Call me Obispo, baby. La honte. Ouais. Je sais.

Courage, lissons !

Autre jolie lubie de mes années lycée : arborer une crinière de lionne. Sauf qu’à l’époque mes cheveux étaient ondulés et très mousseux, je ne parvenais pas à les dompter. C’est donc tout naturellement que j’ai systématiquement demandé une coupe qui ne correspondait pas à ma nature de cheveux. Et que j’ai investi fait investir mes parents dans un fer à lisser.

Sauf que là encore, rien ne se passait comme dans les pubs. Mon fer était nul : il s’agissait d’un truc en kit sur lequel on fixait les plaques pour lisser / gaufrer / l’embout pour onduler. Ca ne chauffait pas bien. Résultat, je me décourageais. Et je me retrouvais avec la coupe de Mafalda. J’assumais moyen.

Des p’tits trous, des p’tits trous…

L’acné n’a pas été hyper violente pendant mon adolescence. Mais elle ne m’a pas empêchée de rester calme. Percer mes boutons était mon activité favorite. Et je ne vous parle même pas des points noirs, c’était mon dada.

Témoignage de cette phase acharnée ? Un petit trou au niveau de l’aile du nez, côté droit. Une jolie cicatrice, qui passe presque pour un piercing abandonné. Classe.

Plus blanc que blanc

Je ne me maquillais pas au collège. Au lycée non plus. Mais quand je suis entrée en classe prépa à Paris, je me suis sentie pousser des ailes. Et j’ai investi dans mon premier fard à paupières. Blanc nacré. Que je posais de façon très maladroite sur la paupière mobile avec la pulpe du doigt. C’était flippant et de très mauvais goût.

Et vous, c’était comment ?! Racontez-moi !!! je veux tout savoir !

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

35 commentaires
  1. Premier commentaire sur Babillage (woop woop !)
    Je crois que j’avais le même fer à lisser au lycée, haha ! J’avais la même nature de cheveux et j’ai fait les mêmes erreurs que toi. Une fois, j’avais demandé à ma coiffeuse de me faire une coupe assez courte et très effilée. Une fois sortie de chez le coiffeur j’étais ravie car elle avait lissé mes cheveux. Le malheur est arrivé avec mon premier shampoing : mes cheveux étaient si courts qu’ils bouclaient énormément et que je me suis retrouvé avec une coupe crantée, comme dans les années 20 ! Au final, j’ai fini par lisser une mèche sur le devant et j’ai laissé le reste de ma chevelure en jachère.
    Une autre fois, tellement désespérée par ces cheveux indomptables et frisotant, j’ai même arrêté de me les laver pendant plusieurs semaines (on va dire que c’était une cure de sébum ^^).
    J’ai aussi eu ma période « fard à paupière blanc nacré + crayon noir en muqueuse ».
    Les années collèges/lycées, tout une époque !

    1. AHAHAHA ! Cette coupe de cheveux je l’ai eue aussi! Une catastrophe. J’en rigole quand je regarde les anciennes photos, mais sur le coup… Je me demandais ce qui m’était passé par la tête !!!

  2. aaah tu m’as fait rire, purée les sourcils!!! alors moi au collège j’avais la lubie des permanentes (années 90’s obligent avec Kim Wilde en modèle pfiou) , tu aurais vu ça, une permanente sur un carré court, Mafalda les doigts dans une prise electrique!!!!
    flo

  3. J’ai tenté un smocky mauve à 13 ans… et c’était pas terrible! Ou des coupes courtes et dégradées avec mes cheveux ondulés: coupe de mémère/caniche assurée! Le dernier faux pas en date: la gelée éclaircissante pour les cheveux (oh le vilain tie&die qui bousille les cheveux).. voilà voilà.. Mais depuis que je te lis ça va mieux: tu me mets dans le droit chemin ;)

  4. Coucou capucine, ton article fait revenir des souvenirs, à l’aide. Au lycée j’avais la main lourde (ou très lourde) sur le maquillage, un fond de teint trop foncé (au moins deux teintes ) mais surtout trop de crayon noir tue le crayon noir . Bref que de souvenirs, merci pour ton partage ????.

  5. Je crois que le fail des sourcils a touché beaucoup d’entre nous….Je ne les ai pas rasé mais j’avais la phobie du poil…Et quand j’étais ado, ils étaient trop fins…l’esthéticienne faisait ce que je demandais en même temps…Et depuis plus de 5 ans, je les fais repousser…Et, au bout de 2, j’ai eu le malheur de tomber sur une stagiaire qui m’a fait n’importe quoi et c’était reparti…Bref, là, ça vas beaucoup mieux!

    Sinon, le gros LEAUL du collège, ma coiffure, j’avais les cheveux courts à la garçonne mais c’était la mode de mettre deux barrettes de chaque côté pour tenir les cheveux et de laisser deux petits mèches se perdre sur le front – la honte!!!!

    Niveau make up, je pense que ça va à peu près, au départ, je n’avais le droit qu’à un peu de mascara et de crayon khôl…Et j’adorais le bleu électrique de chez YSL – niveau discrétion, le top!

    Bonne rentrée au Babillage Office!

  6. Moi c’était les fard à paupière couleur flashy, quand jetait au collège, pareille poser avec le doigt qui fait des gros pater XD et le gloss super shiny avec les bagues dentaire !! miam lol

  7. Bonjour Capucine,
    Merci, j’ai bien ri avec tes premiers déboires esthétiques! Mais je te rassure, je pense qu’on est toutes passées par là. Gamine je faisais preuve d’une grande imagination pour mes coiffures c’était assez improbable! Ensuite ado, j’en avais marre des cheveux qui sortaient de la nuque quand je les attachait, alors je les ai rasés…c’était vraiment très moche! J’ai aussi eu ma période où j’épilais mes sourcils de façon anarchique, où j’ai testé des couleurs de fards à paupières incroyables…le fond de teint trop clair qui me donnait un look de fantôme…Encore aujourd’hui je commets parfois des erreurs mais je me suis quand même améliorée!Bonne journée à toi. Cécile

  8. C’est fou ça, moi je rêvais de me maquiller à genre 10 ans! Et au collègue je ne sais plus mais je devais bien mettre un truc ou deux. autant dire qu’au lycée je gérais déjà pas mal pour une ado.
    Moi je me souviens de ma période teinture éphémère rouge (color pop un nom comme ça), ou petite, mon mascara à cheveux..violet! J’étais trop fan! Mais je pense que si on devait retenir une mode makeup ridicule, c’est bien le mascara bleu pétant de chez yves rocher. on l’avait toutes et… c’était plutôt laid en fait ^^

  9. alors la je suis vraiment morte de rire, l’article est vraiment génial j’ai l’impression d’avoir vécu des situations similaires :-)
    Pour ma part, le premier fard à paupière était bleu turquoise à paillette .. oh la la quand j’y repense !!
    Merci pour la bonne dose de rire ça ma fais un bien fou !!
    Bisous
    Sophie

  10. Merci pour ce beau déballage ahaha !
    Alors je dirais au collège le crayon noir dans la muqueuse et rien d’autre (je n’avais pas le droit de me maquiller donc le petit crayon noir dans la poche et hop dans les toilettes)…. MAGNIFIQUE !
    A l’époque j’avais la phobie de la pince à épiler donc je faisais les sourcils à la crème dépilatoire :D j’avais découper la spatule pour qu’elle soit mini et aille entre mes sourcils looool

  11. Hello Capucine,

    Je me suis reconnue dans tes lignes, ça m’a fait beaucoup rire.
    J’ai aussi eu ma phase au collège ou je me rasais entre les deux sourcils (oui, oui) pour que ça soit bien net.
    Et puis la période mèche sur le front, qui regraissait assez vite, c’était magnifique ! Le crayon noir dans la muqueuse et le blush beaucoup trop irisé de chez Clair’s, la TO-TALE !

  12. L’anecdote du sourcil je connais: j’ai toujours eu un sourcil un poil (LOL même pas fait exprès) plus épais que l’autre mais ca ne se voit casiment pas. Or, à l’adolescence je faisais une fixette là dessus et un jour, paf j’ai rasé un sourcil, mais un seul uniquement le plus épais… L’idée du siècle… Une autre fois, je me suis aussi fait couper la frange par ma meilleure copine, je te laisse imaginer la suite… Evidemment on avait mouillé ma mèche avant de couper, mais au premier coup de ciseaux elle avait coupé à la longueur que je voulais mais sur cheveux secs… Mon dieu, une fois que mes cheveux avaient séchés j’avais une frange dégueulasse, hyper épaisse qui s’arrêtait en plein milieu du front la la je me rappelle avoir mis des barrettes de chaque côté pour cacher cette horreur pendant des mois après ça, mais avec le recul je me dis que c’était tout aussi moche que laisser la frange vivre sa vie…

  13. Bonjour Capucine,

    J’ai bien ri à la lecture de tes anecdotes, perso niveau maquillage hormis le fond de teint trop foncé pour avoir l’air bronzé j’étais sobre. En revanche c’est au niveau vestimentaire que ça se gâtait, grande fan de Britney je me baladais nombril à l’air, soutif copieusement rembourré, la totale ! Le jour où mes parents s’en sont aperçus je ne te raconte pas ce que je me suis pris ! Pendant un an ils ont contrôlé mes tenus et vérifié mon sac pour être sur que je n’allais pas me changer sur le trajet :)

  14. C’est drôle de lire ça !! :)
    Alors moi, il y a du « lourd » comme on dit…
    J’avais une coupe absolument inadaptée à ma nature de cheveux (frisés et mousseux). Un carré très court comme Willy Wonka, que je lissais à outrance. J’ai même eu la bonne idée de me faire une frange. Et un j’ai eu une période ou je me coupais ma frange toute seule et très courte, un vrai désastre…
    Je suis passée par des mèches roses, vertes, et j’ai faillit me faire des dreads.

    Et puis lorsque je suis entrée au lycée j’ai découvert le fond de teint, ou plutôt la poudre libre que je choisissais beaucoup trop clair, je ressemblais à un fantôme. Mais le pire c’est que ça me plaisait ! Je crois que je faisais tout pour être originale, avec du fard à paupières de toutes les couleurs de l’arc en ciel.

    Voila voila… heureusement que c’est derrière moi tout ça ;)

  15. Au collège on avait toutes le gloss Debby aux goût fruit, et je crois m’en être pas mal servit. J’ai testé les ombres à paupières bleues/rose/violet, avec les yeux bleus et les cheveux blonds c’était vraiment pas top.
    Mais dans l’ensemble je me maquillais pas trop. C’est plutôt au lycée que la catastrophe a commencé ! Avec les boutons que je croyais cacher avec du correcteur vert… j’estompais et je pense que ça faisait plus ressortir les boutons qu’autre chose.
    J’avais aussi les sourcils super épais que j’ai presque entièrement épilés, c’était l’horreur. Encore maintenant j’essaie de les faire repousser. (l’huile de ricin marche bien d’ailleurs)
    Ah et quand j’ai découvert le fond de teint, j’avais des belles traces orange. Bref j’en ai fait des faux pas =)

  16. Au collège, j’ai eu la merveilleuse idée de me faire décolorer les deux mèches qui encadrent le visage (par ma tante coiffeuse en plus… Merci tata!) sachant que j’ai les cheveux naturellement chatain foncés, la peau mate et les yeux noirs. Faute de goût absolue.. :D

  17. Moi c’était les mascaras pour cheveux, j’avais même plusieurs couleurs, et je me faisait des mèches très, trop voyantes dans mes cheveux blonds. Vraiment très moche quand on y repense. Heureusement que la mode des mascara pour cheveux n’existe plus !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.