Qu’est-ce qui fait qu’un soin de beauté est bio ?

Les cosmétiques bio intéressent de plus en plus de femmes et c’est tant mieux. A tel point que beaucoup de grandes marques commencent à se (re)mettre en question, pour notre plus grand bonheur. Je sais que certaines d’entre vous se demandent ce que sont les cosmétiques bio, comment les reconnaître, etc… Au moins, les choses seront, je l’espère, un peu plus claires pour vous !

cosmétiques bio


A lire :
Comment analyser la composition d’un produit de beauté ?


Comment reconnaître les cosmétiques bio en magasin ?

Il n’est pas nécessaire de revêtir une blouse blanche et de décortiquer une liste d’ingrédients pour savoir si un produit cosmétique est bio. Afin d’orienter au mieux le consommateur, plusieurs indicateurs fiables ont été mis en place :

  • La présence du label. Il en existe plusieurs : ECOCERT, Cosmebio, Natrue, Nature et Progrès… Les critères de certification ne sont pas semblables d’un label à l’autre. En France, ECOCERT et Cosmebio sont les plus plébiscités en France. Le label COSMOS est un nouveau référentiel européen, ayant la volonté que tout le monde s’y retrouve. En France, ce référentiel n’a pas beaucoup pris car il existe déjà des référentiels fiables.
  • La présence de la mention (ou du logo s’il y avait de la place sur le packaging…) faisant état de l’organisme certificateur. Il s’agit généralement de Qualité France via le Bureau Veritas ou d’Ecocert pour les deux labels plébiscités cités plus haut.

A retenir sur les soins cosmétiques bio :
Un cosmétique bio se doit de mettre en oeuvre tous les moyens possibles pour respecter l’Humain et l’environnement. Des démarches de qualité strictes sont alors respectées côté ingrédients et système de production afin de garantir la production d’un soin de beauté dit bio. Je pense par exemple aux produits de nettoyage employés dans le processus de création cosméto, ou encore au mode de traitement des déchets de la marque qui souhaite se faire certifier bio.

Comment son labellisés les cosmétiques bio ?

Encore une fois, tout dépend du label choisi. Prenons l’exemple du label bio Cosmebio, qui est fortement plébiscité en France. Pour la petite histoire, Cosmebio est une association pro Française qui regroupe un certain nombres de fabricants de cosmétiques. Quand je vous disais que l’industrie cosmétique était capable de s’auto-réguler, hein…! Le label Cosmebio a plusieurs critères :

  • des engagements sur les ingrédients (notamment le ratio ingrédients bio VS végétal, ou le ratio d’ingrédients d’origine naturelle sur le total du produit)
  • des engagements écologiques
  • des engagements côté contrôles : réalisés par des organismes agréés comme Ecocert ou Qualité France. Ainsi qu’une traçabilité complète des ingrédients.

Côté chiffres, Cosmebio impose qu’au moins 95% des ingrédients soient d’origine naturelle, que moins de 5% soient issus de la synthèse pure.

D’autres labels existent, bien évidemment. Je pense par exemple à BDIH qui est un label cosmétique depuis 2001, très plébiscité en Allemagne. En réalité, il s’agit davantage d’un label naturel que bio. Il n’impose aucun pourcentage minimum d’ingrédients bio, ni même aucune obligation de matières naturelles bio. De plus, les ingrédients uniquement sont contrôlés mais pas le produit fini dans sa globalité. Enfin, le label n’impose rien en terme de respect de l’environnement dans le cadre des procédés de fabrication et de création d’emballage.

Est-ce que le label bio garantit la qualité du produit ? 
Absolument pas ! On entend souvent dire que « le bio, c’est mieux ». Tout dépend des labels concernés, mais certaines marques n’hésitent pas à jouer sur « les mots » pour gonfler leur pourcentage d’ingrédients bio.
Dans le cas du label Cosmebio, on peut dire qu’il faut 10% minimum d’ingrédients bio sur le total des ingrédients pour faire un produit bio (eh oui, l’eau n’est pas bio et elle compose en grande partie nos soins cosmétos !). Certaines marques n’hésitent pas à ajouter des hydrolats pour gonfler leur pourcentage bio de façon un peu artificielle. Enfin, oui c’est réel. Mais bon, c’est (presque) (un peu) de la triche… Surtout quand on sait qu’en plus, on peut observer des difficultés de conservation… qui forcent à charger en conservateurs..! C’est à ce moment-là qu’il peut être intéressant de fouiller davantage pour savoir si la marque est fiable.

Un grand merci à Nadine Fabréga, directrice scientifique des Laboratoires Phyt’s pour son temps & ses réponses !

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 7 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

5 commentaires.
  1. Bonjour,

    Remplacer l’eau par de l’hydrolat pour faire gonfler le pourcentage de bio n’a rien de gênant au contraire puisque l’hydrolat est composé de principes actifs contrairement à l’eau (à part les minéraux peut-être). Et pour ce qui est des conservateurs, ils sont nécessaires à toute composition aqueuse (que ce soit dans le bio ou le conventionnel), mais ces derniers sont autorisés par les chartes bio, et ne sont, contrairement au conventionnel, pas suspectés d’être irritants ou des perturbateurs endocriniens.

    Sinon je suis d’accord, tous les labels et toutes les compos ne se valent pas ;)

    Bonne journée,

    Coralie

    1. Certes mais… quid de la qualité des hydrolats utilisée ? Elle l’est rarement lorsqu’on choisit de gonfler artificiellement le % bio, parce qu’on souhaite juste tricher pour avoir un argument marketing. Et pas nécessairement un argument qualité / efficacité.

    2. Pas suspectés peut-être, mais potentiellement irritants ça oui ! Perso j’avais fait une méga réaction à un conservateur naturel utilisé dans un gel d’Aloe Vera Bio genre 99% d’aloe et le 1% qui reste était une espèce d’algue je crois, servant de conservateur et autorisant le produit à s’afficher 100% naturel. Eh ben ce 1% m’a complètement agressé la peau, c’était pas beau à voir ! (j’ai pu vérifier par d’autres moyens que je n’étais pas allergique à l’aloe)
      Donc le bio j’essaye, mais je suis hyper prudente… Idem avec tout ce qui contient des huiles essentielles qui peut aussi être très irritant !

      1. Et aussi à propos des conservateurs, il me semble que seuls les paraben sont interdits dans les produits bio, mais d’autres conservateurs de synthèse (et sur lesquels on a moins de recul) peuvent être utilisés. Je regarde toujours attentivement la compo des produits bio car parfois il y a de belles arnaques : le minimum nécessaire pour avoir le label, et derrière plein de cochonneries… (un exemple : crème de jour « garden of nature » de la marque carrefour, un vrai scandale)
        Cordialement :)

  2. Je trouve qu’un point important n’est pas abordé : si certains soins bio ne sont effectivement pas de super qualité (je suis moyennement convaincue par l’exemple des hydrolats, je mentionnerais plutôt le cas de certains tensioactifs autorisés par la plupart des labels bio alors qu’ils sont très agressifs pour la peau et le cuir chevelu), il faudrait aussi dire deux mots sur le fait que la bio, ce n’est pas que le label !
    De nombreuses marques proposent des produits d’excellente qualité, sans être labellisées. Certaines par contrainte financière (la labellisation est un processus très coûteux), d’autres par choix. Je pense notamment à la marque oOlution, que j’affectionne énormément, qui n’est pas certifiée parce que ses exigences en termes de composition dépassent celles de tous les labels : avec par exemple des ingrédients à 100% d’origine naturelle (vs 95%, 90%… selon les labels), pas de dérivés d’huile de palme (non pris en charge par les labels…), etc.
    Bref, cet article est très sympa mais un peu court à mon sens (c’est certainement voulu mais du coup c’est dommage, on dirait un peu à sa lecture que tous les labels se valent et qu’un bon produit doit forcément être labellisé – même s’il est précisé en fin d’article que le label ne fait pas tout).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.