Comment profiter des vacances tout en postant sur Instagram ?

Vacances, j’oublie tout… même vous ! Me voilà prête à fermer mon bureau pour dix jours après être allée chez la comptable, avoir bouclé les derniers projets projets & après avoir fini de programmer les articles de Babillages… Au menu : farniente, balades, lecture & snorkeling tout en me roulant dans un SPF 50 de rigueur. Vous n’imaginez pas à quel point j’ai hâte.

vacances soleil
Seulement, voilà. Systématiquement je me pose les mêmes questions : comment se déconnecter d’un job hypra connecté qui nécessite d’assurer un minimum de présence online ? Comment continuer à faire tourner ma boîte tout en essayant de me reposer ? Compliqué… mais après trois ans d’entreprenariat, je crois avoir enfin trouvé un équilibre. Ca s’appelle : l’art d’être en vacances tout en postant sur Instagram. Je m’explique.

EDIT du 26 avril à 12h06 – suite à quelques réactions sur Twitter (probablement de personnes qui ne lisent jamais Babillages / qui n’ont pas pris la peine de lire ce post jusqu’au bout), je précise que mon boulot consiste à alimenter ce blogzine beauté au quotidien (plusieurs news + articles par jour) tout en alimentant les réseaux sociaux liés et en commercialisant l’espace de ce site. Donc forcément, la question se pose lorsque je souhaite partir en vacances avec mon mec, ma famille ou mes amis (mais ça s’est aussi posé dans les cas où un proche décède et qu’il faut quitter le bureau dans les heures qui suivent pour retrouver sa famille pendant plusieurs jours, sans prévenir) : comment composer avec le fait que Babillages nécessite d’être alimenté quotidiennement tout en essayant de vraiment profiter des moments hors ligne ? Bref, comment être connectée tout en ne l’étant pas vraiment ? J’imagine que ce genre d’article risque d’apporter de l’eau au moulin des trolls réguliers des blogueuses / youtubeuses, jugeant qu’on n’a vraiment pas des vies faciles (ah ça, non ^^). Mais, pour ceux qui débarquent ici par hasard : j’ai un lien super avec les lectrices de Babillages depuis 10 ans, elles m’accompagnent dans cette aventure et nous partageons beaucoup. Notamment les coulisses de mon drôle de job ! Voilà, vous savez tout !

 

S’imposer des limites

Au début, il me semblait impensable d’abandonner ma petite entreprise pendant les vacances. Surtout en début d’activité, je ne pouvais pas me permettre de perdre un contrat, de ne pas être joignable pour les lectrices et les clients. Honnêtement, je me mettais une pression pas possible… et le bénéfice des vacances n’était pas toujours au rendez-vous. J’aménageais des plages horaires de boulot sur mon temps de repos, en fonction du décalage horaire, et même à la plage je pensais aux projets en cours. Au final : j’étais loin du bureau physiquement certes… mais mentalement, je ne me déconnectais jamais.

J’ai fini par me détendre sur ce point au bout de quelques années, acceptant que de toute façon on ne pouvait pas être performant 365 jours par an si on ne se reposait pas… Alors, j’ai posé mes limites, celles qui me conviennent pour être à l’aise avec mon besoin de profiter des vacances avec mon mec & d’être dans l’instant présent, tout en n’abandonnant pas totalement mon job.

bali-09
Mes petites astuces pour y arriver

  • Optimiser les congés : je pars à cheval sur les ponts de mai… Au final, ça ne fera que 5 jours ouvrés loin de tout, pour 10 jours off. Pas mal non ?!
  • Accepter que je ne pourrai pas délivrer autant sur une période off que pendant le reste de l’année. Du coup, je continue à publier sur Babillages… mais à un rythme moindre, tant pis pour les statistiques d’audiences !
  • Programmer un maximum d’articles pour ne pas avoir à me connecter au backoffice du site pendant les congés. C’est simple, tous les gros articles sont écrits à l’avance. Ca nécessite beaucoup d’organisation en amont, mais beaucoup de satisfaction pendant les vacances.
  • Prévenir des congés via un message dans ma signature de mails. 10 jours avant, j’ajoute un petit message donnant mes dates de congés. Comme ça, on ne pourra pas dire qu’on n’était pas prévenu…
  • Mettre un message d’absence la veille des congés jusqu’au lendemain du retour sur ma boîte mail : pour ne pas avoir à subir les urgences de dernière minute (il fallait anticiper, tant pis !) et ne pas stresser au retour (non, on n’est pas totalement opérationnel le lundi à 8h en rentrant de congés, on doit d’abord lire tous les e-mails reçus…).
  • Savoir dire non. Un client ou un prospect me demande quelque chose d’imprévu pendant mes congés ? Je le laisse composer avec mon message automatique d’absence, sachant que dans tous les cas je réponds aux demandes urgentes dans les 3 jours ouvrés pendant mes congés (bah oui, je checke quand même mes e-mails). Bizarrement, même si certains s’excitent car vous avez eu l’outrecuidance de partir en congés alors qu’ils n’ont rien anticipé : quand vous leur expliquez de façon sympa que vous êtes en vacances 10 jours et qu’on lancera le projet ensuite, tout rentre dans l’ordre. On parle de cosmétiques, on ne sauve pas des vies… relativisons.
  • Accepter que tous ne comprennent pas qu’un freelance puisse être en vacances. Certains ont parfois tendance à penser que bosser à son compte = être joignable tout le temps, partout, quoi qu’il advienne. Les clients salariés ont des congés payés pendant lesquels ils ne répondent absolument jamais à mes e-mails. Je patiente, je respecte leur temps de pause. J’apprécie que l’on fasse de même pour moi, évidemment. Surtout quand on sait que le concept de congés payés n’existe pas pour les travailleurs indépendants : il est en fait précieux de savourer les moments de pause que l’on s’offre (parce que pour le coup on se fait un vrai cadeau).
  • Ne pas répondre aux commentaires sur Babillages ou les réseaux sociaux. C’est pas sympa pour vous, j’avoue… mais c’est quelque chose qui prend beaucoup de temps au quotidien. Je me dis que si ça arrive quelques fois dans l’année, ça n’est pas bien grave. Dans tous les cas, les commentaires sur Babillages sont soumis à validation avant mise en ligne, j’y réponds donc dès mon retour au bureau !
  • Poster sur Instagram. Je me constitue généralement une bonne petite banque d’images afin d’anticiper, sans avoir à prendre de photo au jour le jour pour alimenter l’insta. Je poste en décalé, et c’est très bien comme ça ! J’adore faire des photos, ça me détend et ça m’amuse : c’est donc le seul support qui continue à être alimenté régulièrement pendant mes congés. Surtout que ça ne prend pas très longtemps de publier sur Instagram : en 1 minute c’est fait, et je retourne à ma « vraie vie », loin du web.

Être en vacances tout en postant sur Instagram n’est pas incompatible Certains choisiront de disparaître totalement du web pour une vraie déconnexion. D’autres comme moi, se constitueront un menu à la carte en fonction de leurs envies et de leurs passions. Mais le vrai sujet c’est de se détendre et de se faire plaisir.

Je vous retrouve bientôt en live ici et vous laisse avec plein d’articles programmés. Prenez soin de vous !

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 7 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

10 commentaires.
    1. Bonjour Lou / Laura : tiens, ça faisait longtemps que tu n’étais pas venue poster un commentaire constructif ici. Je ne vois pas où tu vois quelqu’un sur la photo : la première est un plan de piscine + mes jambes + liseuse, tandis que la seconde est une photo de paysage. Enfin, permets-moi de te dire que ta question est complètement à côté de la plaque, ma vie privée ne te regarde de toute façon pas.

  1. Bonjour Babillages,
    Je te souhaite de bonnes vacances et surtout de bien en profiter.
    Il y a quand même 1 ou 2 remarques qui me gênent un peu dans ton article; En particulier, certes je suis salariée et j’ai des congés payés mais je n’ai absolument pas les moyens de partir en vacances pour vraiment déconnecter : une semaine par an c’est le grand maximum et ce n’est jamais bien loin. Mais bon on ne va pas commencé ce genre de polémiques ça ne sert à rien. ;-)
    Tu peux partir tu as beaucoup de chances, alors encore une fois profites en bien et merci d’avance pour les photos, je pourrais aussi m »évader un peu grâce à toi!
    Bisous

  2. Effectivement ça ne doit pas être simple de savoir déconnecter. Même sans être « à son compte » je pense qu’en règle générale, quand on est jeune et qu’on aime son travail on a tendance à ne pas savoir s’arrêter. Et c’est finalement avec le temps qu’on apprend à lacher prise :)

  3. Profites de tes vacances à fond, et reviens nous viiiiiiiiite parce que tout de même sans Babillages au quotidien, c’est pas pareil !!!! :)

  4. Merci pour ces lumières sur ces astuces et secrets du « hors ligne ».
    Tu as bien raison de relativiser et de profiter ! Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.