Routine capillaire naturelle : mode d’emploi

En matière de soins des cheveux, certaines d’entre vous souhaitent privilégier une routine capillaire naturelle. Je vous ai concocté un petit guide pratique.

Si vous suivez Babillages depuis plusieurs années, vous n’êtes pas sans savoir que la routine capillaire naturelle à 100% et moi… ça fait mille. J’ai essayé, j’ai tout donné… mais au bout d’un moment : j’ai craqué, je suis retournée faire un lissage brésilien et je me suis à nouveau à utiliser des soins capillaires dits « conventionnels ».

Babillages Rituel cheveux System Professional : envie de tester ? 4 routine capillaire naturelle
Petit disclaimer avant de commencer…

Pour moi, l’idée n’est pas d’opposer les cosmétiques bio et / ou naturels au reste. Je ne souhaite absolument pas entrer dans un débat « bon VS mauvais – à bannir – Vade retro satanas ». Et je serai très reconnaissante si les discussions potentielles dans les commentaires sont menées dans le respect d’autrui et des opinions divergentes.

Ceci étant, ce n’est pas parce que je ne suis pas une naturalista convertie que je ne peux pas donner des conseils. Parce que j’ai testé, je me suis renseignée… et aussi parce qu’à ma manière, j’essaie de faire quelques efforts (mais pas tout le temps, je le concède…). Par exemple, si une routine 100% naturelle aura tendance à me déplaire car elle rendra mes cheveux rêches et indomptables, je préfèrerai privilégier un shampooing naturel suivi d’un soin cosmétique conventionnel.

Pourquoi opter pour une routine capillaire naturelle ?

Les soins capillaires conventionnels sont généralement les plus accessibles. On les trouve un peu partout : en grande et moyenne surface, en pharmacie, chez le coiffeur… Ceci dit, l’offre s’étoffe bien depuis ces deux-trois dernières années : acheter un shampooing bio ou naturel en supermarché est moins fastidieux. Certaines marques comme L’Oréal Paris tendent à développer des produits plus respectueux du cheveu comme la récente gamme Botanicals Fresh Care.

Quoi qu’il en soit, celles et ceux qui envisagent une routine capillaire naturelle le font par conviction(s). Elles peuvent être multiples et relèvent de parcours de vie personnels et intimes variés : une mauvaise expérience avec un produit, un reportage TV, un voyage, une rencontre,… Utiliser une routine capillaire naturelle, c’est faire un choix beauté mais aussi environnemental. Voici quelques arguments qui poussent généralement à changer de cap (liste non exhaustive) :

  • les agents occlusifs qui promettent un embellissement voire une réparation du cheveu en une seule application. Les plus connus sont évidemment les silicones, fortement pointés du doigt comme un cache-misère par excellence.
  • les agents moussants à la limite du décapant, qui sont eux aussi décriés depuis quelques années. Les tensioactifs principalement mis en cause sont les sulfates qui, à la longue, agresseraient le cuir chevelu.
  • les conservateurs tels que les parabens ont également été mis en cause. Si aujourd’hui, les grandes marques tendent à les supprimer… elles les remplacent par des agents vis-à-vis desquels on a moins de recul.

A lire :
Cheveux secs – que faire pour les soigner ?

Comment se mettre à une routine capillaire naturelle ?

Affirmer que la transition se fait très facilement serait mentir. Car lorsqu’on est habituée à des cosmétiques conventionnels qui gainent le cheveu pour le rendre bien lisse et sans aspérité : c’est compliqué ! Dans un premier temps, il va falloir apprendre à vous débarrasser de vos anciennes habitudes et surtout, à apprivoiser votre cheveu tel qu’il est vraiment. Notez que chez certaines femmes, la transition se fait malgré tout rapidement : pour peu que l’on rince extrêmement bien ses shampooings siliconés, le cheveu n’est pas nécessairement très lourd… on se débarrasse donc rapidement de tout cela.

Vers quel(s) type(s) de produits se tourner ? 
Je me souviens de mes premiers achats : j’ai mis des plombes à passer à la caisse. J’avais tellement peur de « mal faire », de me planter en beauté, que je me suis amusée à analyser tous les composants de chaque produit qui me tombait sous la main. Bon eh bien : même du côté des cosmétiques naturels, ça n’est pas forcément reluisant à 100%… Et on a vite fait de devenir complètement psychorigide, à vouloir du « 100% sans » tout ce qui pourrait nous mettre le moindre micro doute. L’enfer. Je vous recommande plutôt d’y aller à la cool, en listant au préalable ce que vous ne voulez absolument pas retrouver et au contraire ce que vous souhaitez utiliser dans votre composition d’ingrédients. Au moins, on tergiversera moins dans les rayons.

La liste des indispensables
Forcément, chacun(e) est différent(e) : je n’ai donc pas la prétention de vous donner LA liste de course absolue, de laquelle il ne faut JAMAIS déroger (ah ah ah !). Vous faites comme vous voulez, mais pour commencer je me tournerais vers :

  • un shampooing
  • un après-shampooing ou un masque
  • du vinaigre de cidre
  • une huile ou un beurre végétal selon mes besoins

Babillages Coiffure pour l'été - les ondulations "effet plage" 2 routine capillaire naturelle
Les ingrédients faciles pour les cheveux naturels

Les possibilités sont multiples, voire quasiment infinies. Je pense que le plus simple est d’abord de se tourner vers des types de produits connus de tous, que l’on retrouve parfois même dans sa cuisine :

  • Le lait de coco ou l’huile coco
    Les deux produits n’ont pas totalement la même fonction, mais à vous de voir sous quelle forme vous préférez la coco. Personnellement, j’opte plutôt pour l’huile coco qui est plus facile à utiliser. L’avantage de la coco ? Elle hydrate et nourrit en même temps, ce qui est très bon sous forme de masque pour des cheveux secs et / ou abîmés.
  • Le miel 
    Probablement l’un des aliments que j’ai le plus utilisés pour mes cheveux, en le mélangeant à une huile végétale. On laisse poser le tout sur les longueurs pour hydrater et nourrir. On rince, on lave, et le tour est joué.
  • Le vinaigre de cidre 
    Cheveux et calcaire font-ils bon ménage ? Assurément non. Le vinaigre de cidre peut être une bonne alternative pour contrer les effets néfastes du calcaire sur la chevelure, mais aussi pour lui apporter de la brillance.

A lire : 
Cheveux brillants – mode d’emploi

Quelles huiles végétales pour mes cheveux ?

Les huiles pour cheveux sont très utiles pour aider les cheveux à retrouver de la souplesse et de la vivacité. Là encore, l’offre est très variée et je vous propose une liste tout à fait non exhaustive, qui complète ma proposition d’huile de coco incontournable faite plus haut.

  • L’huile d’argan
    Riche en vitamine E et en actifs antioxydants, elle fait des miracles sur les cheveux secs, déshydratés et sans volume. Elle lui aussi contre la chute des cheveux et leurs apporte beaucoup de brillance.
  • L’huile de ricin
    Elle est recommandée pour les cheveux secs et dévitalisés, aux pointes fourchues ou très cassants. Elle favorise également la croissance du cheveux mais aussi des cils et des ongles. Cette huile est très épaisse et peu pratique à répartir sur les cheveux… ni même à rincer.
  • L’huile de jojoba
    Elle joue le rôle de régulateur pour des cheveux gras. Elle convient également aux cheveux secs, abîmés et déshydratés. L’huile de jojoba est la moins grasse des huiles.
  • L’huile d’amande douce
    Une huile riche en graisses végétales qui a des vertus adoucissantes, nourrissantes, fortifiantes, apaisantes et tonifiantes.

J’espère que ces premières bases vous aideront. Si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à me solliciter en postant un commentaire sous cet article. J’y répondrai dans les meilleurs délais.

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

2 commentaires.
  1. Article top, merci! Perso, un jour j’ai décidé de tout lâcher avec les shampoings et soins conventionnels, grâce à une amie. En premier temps j’ai supprimé les silicones en gardant les sulfates. Enorme choc, j’ai dû couper plusieurs cm et j’ai failli rechuter quand j’ai vu au bout d’un mois l’état de ma crinière. Mais j’ai tenu bon. Deuxième étape, supprimer les sulfates (même en grandes surfaces on commence à trouver des shampoings sans sodium laureth sulfate). Et là, super surprise: ça mousse! Oui oui! Donc transition d’autant plus facile. Entre les deux, j’ai essayé le no poo et ça par contre ce n’est pas une expérience qui m’a plu… Mes cheveux sont bouclés et m’arrivent presque au milieu des fesses, autant dire que ce n’est pas simple au quotidien. Mais depuis que je me suis mise aux huiles, masques maison et shampoings sans silicones et sulfate, je n’en reçois que des compliments. Des compliments qui reviennent très souvent, donc c’est que je fais bien mon travail :-)
    Gardons en tête que la plupart des shampoings dits conventionnels, contiennent des perturbateurs endocriniens et nombre d’agents allergènes. A méditer…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.