Vie de freelance : où bien écrire et travailler pour Babillages ?

Vie de freelance : où bien écrire pour Babillages ?

En presque quatre ans de vie de freelance à me consacrer à Babillages, les lieux de travail se sont diversifiés.

L’intérêt de la toute nouvelle rubrique « BLOG » de Babillages ? Vous emmener avec moi dans les coulisses de cette drôle d’aventure… et vous livrer les petits secrets de « fabrication » derrière certains projets ou ma vie de freelance au sens large. Vous êtes en effet nombreuses à me demander comment je structurais et rythmais mes journées pour être efficace et productive.

Babillages Bienvenue au Babillages Office ! 2

Vie de freelance : ok, mais où ça ?!

Quand j’ai décidé de quitter ma vie de travailleur salarié pour me lancer dans l’entreprenariat, je ne me suis pas vraiment posé de questions.

Travailler à la maison : atouts économiques mais vite lassant.
A l’époque, je vivais dans un appartement de 40 mètres carrés bien fichu : il m’a été très facile d’aménager un espace bureau dans la chambre. Ca a duré 6 mois. Et puis j’en ai eu ras-le-bol : aucune frontière entre vie perso/pro, du bazar qui s’accumule, une chambre dans laquelle je ne prends plus plaisir à me poser pour me reposer car trop associée au boulot… Bref, j’ai eu besoin de changement.

Travailler dans un bureau pro : cher mais… la liberté !
La situation était idéale : 17 mètres carrés de bureau fermé sans aucun coloc’, le tout à 10 minutes à peine à pied de chez moi. Je pouvais y entreposer tout ce que je voulais, organiser des événements pour les lectrices et envisager des collaborateurs pour Babillages. De l’extérieur, cela a sans commune mesure aidé à rendre mon activité plus crédible – c’est triste, mais pour beaucoup, vivre de son blog = ne pas être professionnel…
Au bout de deux ans, j’ai eu pour projet de quitter l’appart’ et l’arrondissement où je vivais. Mes envies de développement pour Babillages ayant aussi évolué, je souhaitais revenir à un mode « travailleur indépendant » plus classique, sans loyer de bureau hors-de-prix et sans collaborateur présent au quotidien à mes côtés. Moins de charges… pour moins de charge mentale, en somme.

Le retour à un bureau dédié à l’appartement : cool mais pas parfait.
Depuis un an, j’alloue donc une pièce de mon appartement à mon activité professionnelle. C’est pour moi un compromis idéal entre le bureau externalisé au loyer indécent, et bosser sur un coin de table dans un appart’ pas adapté. Mais comme pour chaque situation : il y a aussi des inconvénients. Si la zone pro/perso est parfaitement délimitée, on peut facilement passer des journées enfermée pour peu qu’on n’ait pas de rendez-vous. Et ça, ça joue indéniablement sur le moral, la productivité et la créativité.

Babillages Dans les placards du Babillages Office 13

Vie de freelance : quid de la solitude ?

L’ambiance boulot en équipe me plaît : à plusieurs, on est forcément plus forts, plus efficaces et plus rapides. Mais je ne cache pas apprécier tout autant la solitude qui permet sur certains aspects d’être aussi plus efficace et plus rapide. Disons que je suis très flexible sur ces questions, à condition de trouver un juste équilibre. Sous peine de devenir complètement dingo.

Les espaces de co-working 
Ayant la chance de travailler et de vivre à Paris, les offres en matière de co-working ou de lieux de travail alternatifs sont plutôt développées. Ici, beaucoup de lieux peuvent être occupés à l’heure, à la journée ou même au mois pour travailler, entouré(e) d’autres indépendants. Je n’ai jamais testé cette solution, car mon travail implique forcément la présence dans un mini-studio photo/vidéo : ça n’est pas adapté. Et puis, ayant depuis 3 ans un vrai espace bureau, que ce soit dans des locaux dédiés ou à la maison, je n’en vois pas l’utilité pour mon cas personnel.

Les cafés alternatifs
Aujourd’hui, il est possible de poser son ordinateur dans n’importe quel café, à condition d’avoir une bonne connexion Wifi pour bosser. Certains cafés à Paris s’y prêtent davantage, allouant carrément des espaces aux travailleurs indépendants. Vous venez, vous vous posez : il y a des prises, une connexion, et roule ma poule ! Chaque lieu a son propre mode de fonctionnement : on paie à l’heure, à la demi-journée, ou on paie simplement ses consommations en étant raisonnable et en ne prenant pas juste un café pour 8 heures sur place. C’est clairement LE truc que j’adore faire quand je veux me concentrer à fond sur un projet, à condition que le lieu bénéficie d’une connexion sécurisée. Je suis entourée de monde en train de bosser, j’ai un casque sur les oreilles, mais je suis bien plus concentrée que seule où les distractions sont plus tentantes (car personne ne m’observe, ah ah !). Seul hic, les places sont rares et il m’est déjà arrivé de rentrer chez moi, faute d’espace.
J’aurais bien partagé avec vous l’adresse du café où je bosse souvent mais… je tiens à ce qu’il ne soit pas bondé, ah ah ! Merci pour votre compréhension.

Des rendez-vous extérieurs 
Si j’adoooooore déjeuner chez moi le midi (à moi les bons plats, adieu les sandwiches et autres joyeusetés), je profite de certains jours entiers pour enchaîner les rendez-vous en-dehors de mon bureau ou de mon café alternatif. Je vois des clients, des prestataires, des prospects, j’assiste à des événements presse… Je fais ce genre de journée-marathon une à trois fois par semaine, en fonction du volume d’activité. Car tout ça nécessite de beaucoup s’organiser : le temps que je passe à l’extérieur, bien que faisant partie intégrante de mon travail, c’est du temps pendant lequel je ne produis pas de contenus pour Babillages ou mes clients.
Je jongle sans cesse entre toutes ces « obligations », faisant alors certains choix à contre-coeur : aujourd’hui, je suis toute seule chez Babillages, je ne peux donc plus passer autant de temps en présentation presse – surtout qu’il y en a énormément.
Bref, mes semaines oscillent entre temps calmes et productifs au bureau/café alternatif, et journées en extérieur à rencontrer du monde, intervenir à des conférences, etc. C’est un mode de vie enrichissant et j’estime avoir énormément de chance d’être libre de pouvoir m’organiser comme je l’entends. Pas de réunionnite aigüe qui vient polluer la productivité. Pas d’horaires contraints. Je me responsabilise, et c’est très bien comme ça.

Cet article étant déjà TREEEES long, je vais m’arrêter là… et « garder mes cartouches » pour d’autres posts liés à la façon de m’organiser, comment me concentrer en bossant seule, etc. N’hésitez pas, si vous avez des questions : les commentaires sont faits pour ça !

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

6 commentaires
  1. BONJOUR CAPUCINE !
    (JE NE PEUX PAS ECRIRE EN MINUSCULE SUR TON SITE APPAREMMENT DONC DESOLEE…JE NE CRIE PAS!!)
    jE TE FELICITE POUR TA NOUVELLE HOMEPAGE QUI EST BIEN PLUS PRATIQUE QUE L’ANCIENNE A MON GOUT, ON PEUT SUIVRE LES ARTICLES RECENTS SANS PROBLEME ! DONC BRAVO !
    belle journee
    clemence

  2. Je suis moi aussi free-lance et je travaille de chez moi ou d’un café. Mais j’ai quand même besoin de voir du monde et comme tu le dis, on se retrouve vite à ne pas sortir de la maison de la journée. Alors je fréquente pas mal l’ecole de danse à côté d’en chez moi qui propose aussi pilates, yoga ou barre. Je fais au moins une heure par jour. Ça prends du temps, c’est vrai, mais je gagne tellement en disponibilité d’esprit et en confort corporel que pour moi ça vaut le coup ! Comme ça je peux passer 5h de suite à mon bureau sans douleurs au dos ou à la tête !

  3. Très intéressant ton article ! Je me suis lancée en auto entrepreneur en octobre en tant que maquilleuse, même si je sors lorsque je fais des maquillages je passe également beaucoup de temps derrière mon ordi à chercher des clients, écrire pour mon blog ou faire des maquillages pour les poster sur YT et Insta. Je fais tout ça de chez moi, sans bureau parce que c’est trop petit .. ahah C’est vrai que c’est très dur de différencier pro/privée et d’être productive .. Merci de nous raconter les coulisses ! Hâte de lire tes prochains articles :)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.