Dans les coulisses - Au royaume du fake, les menteurs sont rois - Babillages - Le blog beauté des beauty addicts

Dans les coulisses – Au royaume du fake, les menteurs sont rois

J’ai longtemps hésité à écrire cet article.

Et puis, je me suis dit que l’idée de cette rubrique « blog »… c’était de vous raconter les coulisses telles qu’elles sont, sans filtre et sans fard. Près de 11 ans après la création de Babillages, je reçois encore pas mal d’e-mails me demandant comment se faire une place dans ce milieu avec un blog, une chaîne Youtube ou un compte Instagram. L’idée de ce genre de post n’est surtout pas de me poser en « mère la morale », mais de vous raconter simplement mon expérience.

instagram fake followers

« Comment faire marcher son blog ? »

Je n’aurais pas la prétention de parler de Youtube où je n’officie pas. Ni même d’Instagram où je n’ai pas du tout la sensation de tenir un compte incontournable. Mais au sujet des blogs, je me sens plus légitime à être prolixe car c’est sur ce point que Babillages s’est démarqué !

Je risque de vous décevoir, mais pour moi, il n’y a pas de recette miracle. Cela demande du travail et des sacrifices. Des connaissances techniques aussi, pour optimiser correctement votre site. Des compétences graphiques, évidemment, pour attirer l’oeil. Et puis soyons honnêtes et lucides : une bonne dose de chance. La mienne a été d’arriver à une époque où « le marché » n’était pas saturé, au tout début. Je ne suis pas certaine que Babillages aurait eu la même destinée si j’étais arrivée 5 ans plus tard…

Dans tous les cas, je reste persuadée que la personnalité prime. Que vous soyez experte ou néophyte, une communauté se créera forcément autour de votre propre personne. Des gens s’attacheront à vous, et puis ça grossira petit à petit. L’essentiel pour moi est de rester vraie, soi-même, quitte à ne pas satisfaire 100% de ses followers/lecteurs.
Dans ma « carrière » de blogueuse puis d’éditrice de Babillages, j’ai toujours fait des choix qui collaient à ma vision du moment. Ca a plu, ça a déplu. Je regrette parfois d’avoir tweeté plus vite que mon ombre. Mais globalement, je suis fière de ne pas avoir travesti mes opinions pour rentrer dans un moule tout joli, tout marketé. Je préfère rassembler autour de Babillages une communauté fidèle qui adhère plus ou moins aux mêmes valeurs, plutôt que plaire à tout le monde. Car plaire à tout le monde, c’est plaire à n’importe qui, après tout…

Rares sont les blogueurs à durer dans le temps lorsqu’ils ne dévoilent pas leur personnalité. S’inventer un personnage tout lisse pour plaire aux autres n’a pas d’intérêt. Ce que les lecteurs veulent, c’est VOUS connaître !

« Comment intéresser les marques ? »

C’est une question qui revient très souvent… et qui a le don de m’agacer ! Nombreux sont celles et ceux qui ouvrent un support pour avoir des produits gratuits et gagner de l’argent. Pourtant, Rome ne s’est pas construite en un jour ! Si votre projet tient la route, nul doute qu’il intéressera des marques au bout d’un certain temps, et que vous pourrez construire des choses ensemble de façon intelligente (je vous le souhaite !).

Ces dernières années, pas mal ont réussi à grapiller des invitations et autres avantages en se construisant un personnage tout lisse qui s’émerveille sur tout et pas grand chose à la fois. Cherchez une revue négative émise par ces influenceurs ? Vous n’en trouverez pas, car leur seul intérêt est de plaire aux marques en faisant fi de leur communauté. C’est triste, car ces influenceurs-ci sont légion et scient petit à petit la branche sur laquelle nous sommes tous assis. Et dire qu’à l’origine de tout ça, les blogueurs étaient considérés comme des « girls & boys next door », qui prenaient le contre-pied de la presse (surtout féminine)… Le plus effrayant aujourd’hui ? Certaines marques n’acceptent plus la critique, tellement habituées à être choyées par les influenceurs qui ne disent que du bien d’elles dans le but de recevoir d’autres avantages.

Choisissez votre camp : intéresser une marque pour servir votre communauté tout en nourrissant votre passion ? Ou intéresser une marque pour votre plaisir personnel, et en perdant toute crédibilité ?

« Comment cartonner sur Instagram ? »

L’avantage d’Instagram ? Vous n’avez besoin d’aucune connaissance technique pour ouvrir un compte, et cela nécessite moins de temps que l’actualisation d’un blog ou d’une chaîne Youtube. Pour peu que vous aimiez prendre des photos : là, vous allez vous éclater !

Je n’ai pas de recette miracle, je ne considère pas moi-même être la Queen of Instagram. Mais là encore, deux options s’offrent à vous : être honnête ou tricher. L’honnêteté peut payer, à condition de parvenir à déjouer les algorithmes de plus en plus récalcitrants : dur dur de parvenir à rendre un post visible auprès de toute sa communauté. Pour d’autres, ceux qui sont une fois encore guidés par l’appât du gain coûte que coûte, la solution est toute trouvée : acheter du follower et du like, ou créer des boucles de like artificiels avec d’autres influenceurs.

Aujourd’hui, les techniques pour acheter des « faux followers » sont multiples et variées – mais c’est contraire aux Conditions Générales d’Utilisation d’Instagram qui, pourtant, ne fait pas grand chose… C’est plus ou moins subtil selon les comptes : certains vont carrément avoir des faux followers, des comptes qui sont fantômes et pas actualisés. Tandis que d’autres vont opter pour des faux followers qui ressemblent à des vrais, pour duper davantage les marques et facturer plus cher les sponsoring de posts instagram. Ces « vrais faux gens » vont même échanger avec vous sous vos posts dans la langue de votre choix, pour que ça fasse « encore plus vrai » et que ça semble indétectable. Formidable !

Quelle fierté a t-on à tirer de l’achat de followers pour gonfler les statistiques ? Au mieux, vous en profiterez jusqu’à ce que la bulle éclate. Au pire, vous n’aurez aucun mérite. Mais dans tous les cas, ces faux followers ne boosteront jamais votre charisme ou votre talent.

Alors, rester vrai(e) ou mentir ?

C’est malheureux mais aujourd’hui, ceux qui trichent et mentent éhontément sont très nombreuses dans ce drôle d’univers. Certains collaborent avec des marques très prestigieuses et facturent leurs prestations des sommes folles, tout en se vantant d’être des « GirlBoss » et de transformer tout ce qu’ils touchent en or. Oui, c’est vraiment énervant quand on ne cède pas aux sirènes du fake et du mensonge.

Mais il n’y a rien de plus grisant à être soi-même dans ce monde de faux-semblants. A avoir de vrais rapports humains avec des vrais gens, qu’ils soient 10 ou 10 000. A se dire qu’on a réussi à faire tout ça tout seul, à la sueur de son front. Qu’on a testé des trucs, qu’on s’est parfois planté. Qu’on a réussi sur d’autres points. Qu’on a vécu une aventure humaine, quelle que soit l’issue.

Si les menteurs sont rois au royaume des fake, dites-vous que ce n’est que dans leur propre misérabilité qu’ils se sont auto-proclamés rois et reines d’un fief de paille. Quelque part, les premiers finiront derniers.

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

20 commentaires
  1. C’est pour ça que j’aime te lire, comme j’aime les personnes vraiment objectives. J’aime beaucoup Hélène de Monblogdefille ou Kleo de Kleobeaute. Vous êtes des femmes intègres et honnêtes. Bravo.

  2. Salut Capucine ! Moi qui suis ton blog depuis un peu plus de 3 ans, je trouve qu’à certains moments tu y vas assez fort… Comme à une époque où les journalistes de magazines féminins n’ont pas pu voir arriver le succès de blogs sur internet, on a pas réussi à prévoir le succès des Influenceurs (de YouTube, Snapchat et Instagram). Faut pas oublier ce terme d’Influenceur a été démocratisé tout récemment. Mais ne prends tu pas en compte les Influenceurs YouTube qui ont commencé leurs vidéos par pur passion sans se soucier de faire de l’audience et qui cartonnent maintenant ? Prenons l’exemple de Sananas qui est LE véritable exemple. C’est une des Influenceuses que je suis à l’heure actuelle. Qui a commencé en faisant des vidéos dans sa salle de bain et maintenant se fait draguer par des marques. Au vu des ses vidéos elle critique des produits, et oui elle se fait envoyer plein de produits pour en parler. Avis négatif ou pas la marque sait que telle personne en parlera. Mais pourquoi son avis serait fake si elle affirme adorer un produit ? Si on prend l’exemple de ta collaboration avec Herbal Essence, shampoing absolument pas clean, peut être qu’une blogueuse bio pourrait écrire « Encore une blogueuse qui prône à ses lectrices de consommer des produits controversés » même si dans le fond ça n’est pas du tout ça. Personnellement une Sananas à une certaine légitimité contrairement à une fille sortie de téléréalité sorti de nulle part et qui pour vivre se crée un Snapchat et passe ses journées à conseiller des produits pour à la fin donner un code promo à son nom. Grâce à la dernière mise à jour de Snapchat je suis tombée sur des comptes sans le vouloir mais c’est horrible !!!! Pourquoi ne pas parler de ça ???? De ces nouveaux personnages de télé réalité… Je les ai d’ailleurs tous supprimés pcq c’est de l’influence poubelle !!!!
    Bref tout ça pour dire aussi que certes des Influenceurs négocient à la hausse leur contribution mais il ne faut pas oublier qu’une chaîne Youtube doit à présent se voir comme un magazine: si les marques paient des emplacements publicitaires dans les magazines, elles paient aussi pour apparaître sur une chaîne ou sur un blog. La starification est inévitable, c’est aussi dans cet aspect que les marques choisissent leurs Influenceurs.

    Merci de m’avoir lu loool ! Bonne continuation sur ton blog qui est une véritable référence !!!

    1. Bonjour Fatiha, merci pour ton message que j’ai lu entier ;) :)
      Loin de moi l’idée de mettre tout le monde dans le même panier. Il y a des personnes qui font leur travail (parce que oui, c’est un travail) de façon très professionnelle, avec éthique. Le souci dans notre milieu, c’est que chacun place le curseur de cette fameuse éthique là où il l’entend… et certains ont en plus le don de le placer tellement loin qu’ils en viennent même à être hors-la-loi (car oui, il y a des règles tout de même !).
      Bref, je ne parlais pas de l’évolution du métier en elle-même. Mais plutôt de la façon dont certains peuvent s’approprier les plateformes pour encenser la culture du vide, et réussir à percer en n’étant que des plateformes fake ambulantes.

  3. Merci pour cet article très réaliste

    Je crois que la clé du succès est de rester, vraie, sincère et naturelle, avec bien sûr du travail derrière pour celle qui en font leur métier .
    Moi je prend ma page facebook et instagram comme un moyen de me détendre, un défouloir, de m’amuser, et partager, mes coups de coeur ou pas en terme , de beauté, lecture, nourriture, sport, culture. Et je n’attend rien en retour. Sauf que je me dis que ça peut m’être utile dans ma recherche d’emploi, mais je garde la notion de plaisir et d’objectivité

  4. Merci pour cet article. Je me sens moins seule à considérer l’authenticité comme clé de la réussite dans un milieu en constante mutation.

    « Mais dans tous les cas, ces faux followers ne boosteront jamais votre charisme ou votre talent. » Tellement !!!

    Il y a 10 ans personne n’imaginait l’ampleur que le blogging prendrait. Je suis plutôt fière de voir que 10 ans après avoir commencé, je prends toujours autant de plaisir à me raconter sur internet auprès d’une communauté qui mûrit avec moi. C’est beau ^^

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.