Barbie Drug : la drogue pour bronzer qui fait le buzz

Barbie Drug, la drogue pour bronzer qui fait le buzz

La Barbie Drug s’expose sur Instagram. Mais quelle est donc cette drôle de substance à l’appellation loufoque ? Est-elle dangereuse ? Explications.

Plus connue sous le nom de sa molécule composante « Melanotan« , la Barbie Drug fait des adeptes auprès de celles et ceux qui veulent afficher un corps bronzé toute l’année. La promesse ? Arborer un hâle en 30 jours à peine, sans nécessairement s’exposer au soleil.

barbie drug melanotan bronzage drogue

Les corps bronzés, tout un symbole

Il y a plusieurs siècles, arborer un teint clair était signe de rang social élevé, par opposition aux paysans et aux paysannes qui travaillaient à l’extérieur. Bien plus tard, la tendance s’inverse en France avec l’apparition des congés payés en 1936 : on part en vacances, on expose son corps (surtout à partir des 70’s). Et apparaître bronzé(e) est synonyme de « richesse » : on a les moyens de partir au soleil, et on l’expose.

Je n’oserais m’emmêler les pinceaux dans une analyse sociologique maladroite. Mais à titre personnel, qu’est-ce que ça m’agace quand on me dit que j’ai l’air fatigué ou malade en plein hiver… Alors que j’ai juste la peau claire de base. Encore beaucoup de gens font le triste raccourci « bronzage = bonne santé »…

Qu’est-ce que la Barbie Drug ?

Pour paraître plus hâlé, il y a plein de solutions qui s’offrent à nous : les vacances au soleil of course, les cabines UV (dangereuses…), les aliments activateurs de bronzage, et puis… certains procédés douteux dont la Barbie Drug.

C’est le nom sexy pour désigner le Melanotan II, une hormone synthétique qui se charge de stimuler les mélanocytes et donc, d’activer la pigmentation de la peau. Si la première version du Melanotan est utilisée pour soigner des maladies liées à la sensibilité à la lumière, le Melanotan II est détourné par bon nombre de femmes pour booster leur libido, réduire leur appétit et stimuler le bronzage. Totalement interdite en Europe, en Australie et aux Etats-Unis, la Barbie Drug s’injecte ou se consomme sous forme de spray nasal, à raison d’environ 70€ pour un mois.

Les dangers de la Barbie Drug

Les doses de Barbie Drug que les dealers recommandent d’utiliser sont telles, qu’elles sont dangereuses pour la santé. Des mélanomes auraient été contractés suite à l’utilisation de Barbie Drug, tandis que d’autres consommateurs se seraient retrouvés hospitalisés pour de graves problèmes de peau. Certaines préparations de Barbie Drug seraient même « enrichies » en insuline qui, une fois ingérée, pourrait provoquer un coma. Charmant…

CLIQUEZ POUR + DE NEWS BEAUTE

 

 

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

6 commentaires
  1. Moi qui ait aussi la peau de rousse, parfois cela m’agace de me dire que je suis blanche ou fatiguée lorsque je ne suis pas maquillée. Mais de là à utiliser des pilules qui feraient bronzer et mettre en danger ma santé, je n’en suis pas sûr.

    Je préfère utiliser les manières naturelles de maquillage

    1. Idem pour moi. Et puis ça m’énerve vraiment quand les gens considèrent qu’être pâle côté carnation = être malade.

  2. Mon quotidien ! Brune aux yeux clairs et peau blanche avec taches de rousseurs. Depuis que je suis enfant, j’entend sans cesse quand je rentre de vacances l’été : ben, tu n’es pas partie ? Tu es toute pâle !!! En attendant, ma peau vieillie moins vite vu qu’elle ne bronze pas et que je la protège d’autant plus !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.