Chirurgie esthétique : comment Instagram et Snapchat y incitent

Comment Snapchat et Instagram incitent à la chirurgie esthétique

Et si les réseaux sociaux Instagram et Snapchat poussaient au dysmorphisme ? Et par extension… à la chirurgie esthétique ?

On les aime, ces filtres intégrés aux stories Instagram et à Snapchat. Mais n’auraient-ils pas, dans le fond, un impact sur notre rapport à notre corps ? Et si ces fonctionnalités ludiques, une fois banalisées, n’entraînaient pas des troubles de l’image chez ses adeptes, au point de les pousser à passer par la case chirurgie esthétique ? C’est en tout cas ce que des médecins spécialisés ont commencé à observer aux Etats-Unis.

chirurgie esthétique snapchat filtre instagram kylie jenner dysmorphie

Quand les réseaux poussent à la chirurgie esthétique

C’est indéniable, les réseaux sociaux – surtout Instagram – offrent une fenêtre sur le monde hors-norme. Depuis notre canapé, il suffit de quelques clics pour observer la vie et les habitudes (beauté, food, mode…) de milliers de personnes à travers le monde. Et si je m’étais déjà interrogée sur une universalisation de la beauté à travers l’expérience de ce type de la beauté, force est de constater que le concept est allé encore plus loin que je l’imaginais.

Aujourd’hui, des patients s’appuieraient sur des filtres Snapchat et/ou Instagram comme « modèles » auprès de leur chirurgien esthétique. C’est en tout cas ce qu’a rapporté le Docteur Matthew Schulman qui exerce à New York City. Objectif pour ces patients en quête de perfection ? Tantôt une peau plus lisse, tantôt des yeux plus grands… Comme si ces filtres avaient défini des nouveaux critères de beauté.

A lire 
Dimpleplasty : la chirurgie des fossettes
Injections & divorce : quel lien ?
Excès de chirurgie : comment le reconnaître ?

Pourquoi ces filtres peuvent-ils créer des troubles psychologiques ?

Tout simplement car à force d’être utilisés, ils créent une véritable distanciation entre notre image réelle et notre image sublimée. A l’heure où les réseaux sociaux sont une réelle source de pression pour certain(e)s, cela a le mérite d’interroger : certains n’utilisent que des filtres pour se montrer socialement sur ces plateformes… Aujourd’hui, la retouche est donc devenue quelque chose de totalement banalisé… contrairement à avant, où elle n’était que l’apanage des stars dont on s’inspirait de très, très loin.

Toutefois, la chirurgie esthétique n’est pas forcément la technique numéro un plébiscitée. Lesdits filtres les plus populaires lissent le grain de peau à l’extrême. Et c’est plutôt vers de la médecine esthétique et des traitements dermatos que certains s’orientent dans le but de ressembler le plus possible à leurs filtres chouchous… Lumière pulsée, lissage au laser et peelings chimiques seraient les traitements les plus courants à l’heure actuelle.

(Source)

CLIQUEZ POUR LIRE + DE NEWS BEAUTE

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

2 commentaires
  1. Fut un temps et à force d’utiliser les filtres Snapchat, je ne pouvais plus me prendre en photo sans eux. Je me trouvais moche et pas assez rayonnante. Quelle bêtise quand j’y repense. J’apprends à aimer mes poches sous les yeux et mon visage qui vieilli. Il est vrai toutefois que de voir toutes ces photos au quotidien sur Instagram, n’aide pas à s’aimer tel qu’on est.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.