Le rapport à son image quand on est blogueuse beauté - Babillages - Le blog beauté des beauty addicts

Le rapport à son image quand on est blogueuse beauté

Cela fait 11 ans que je blogue. J’ai commencé à 19 ans. J’ai aujourd’hui 30 ans. Et le chemin a été long.

« Pour une blogueuse beauté, elle n’est franchement pas très jolie. »
« Comment peut-elle publier des close-up de rouge à lèvres alors qu’elle n’a pas la bouche d’Angelina Jolie ? »
« Ses parents auraient dû lui faire re-faire la mâchoire, c’est dégueulasse ».
« Il faudra lui photoshopper les taches de rousseur après le shooting, ça fait pas propre ».
– Liste non exhaustive de commentaires à mon sujet lus sur Internet, ou entendus dans un cadre professionnel –

Depuis 11 ans, je suis soumise quasiment quotidiennement aux remarques concernant mon physique, de la part de milliers d’inconnus. J’avais envie de vous raconter mon parcours, sans souhaiter attirer l’admiration ou la pitié, et en ne cherchant pas à faire de cette expérience une référence ou un recueil de conseils pour me sentir bien. C’est mon simple témoignage, que j’avais envie de partager après des années de maturation.

Babillages Brosse soufflante Calor : get ready with me & jeu-concours ! 3

Je n’étais pas armée face à tout ça

Soyons honnêtes, personne n’est préparé à s’en prendre gratuitement plein la tronche pour ce qu’il est. Et lorsque j’ai ouvert Babillages en 2007, je ne m’attendais pas à devoir composer avec une typologie de commentaires si récurrente concernant mon physique. Naïvement, je pensais que des gens ne seraient pas d’accord avec tel parti-pris édito ou cosméto, et qu’on passerait vite à autre chose. Mais mon aventure web m’a appris à découvrir les odieux travers de l’être humain : une fois caché derrière un écran, il peut en oublier toutes formes de bienséance et de bienveillance, pour heurter autrui à l’envi.

Pendant très longtemps, j’ai trouvé étonnant que l’on considère qu’une femme qui parle de beauté devait être absolument belle. Mais jolie selon quels critères, quelle(s) culture(s), quelle vision ? Personne n’a su m’éclairer sur ce point, j’an ai donc déduit que certain(e)s avaient probablement été trop biberonnés aux images lisses des magazines. Et puis, en regardant autour de moi, j’ai compris qu’au-delà de la sphère beauté dans laquelle j’évoluais, c’était davantage un souci d’ordre général. Le physique est matière à discrimination partout, il suffit de lire « La Société du paraître » de Jean-François Amadieu pour bien comprendre tout ça. Sans m’en rendre compte, mon blog sans prétention m’a propulsée de plein fouet dans une réalité sociologique que j’ignorais, à ceci près que sur Internet, tout est tout de même un poil plus violent.

Ecouter ou ignorer ?

Si confronter des idées sur une thématique liée à la cosmétique m’a toujours bien plu, lire des gens déblatérer sur ce que je suis m’a longtemps terrifiée. Que faire ? Que dire ? Personne ne m’avait jamais appris à être confrontée à ce genre de messages aussi abjects et vides de sens. Des proches m’ont toujours conseillé d’ignorer – ces proches sont bienveillants et aimants, mais ne se rendent souvent pas compte du caractère répété de la chose. Comment ignorer quand des dizaines de personnes t’écrivent chaque semaine pour te dire que décidément, tu devrais te faire péter la mâchoire pour ressembler à quelque chose ?

Une charmante descente aux enfers s’en est alors suivie. Je l’ai tue à l’époque, pour ne pas donner davantage de prise aux personnes mal intentionnées qui me heurtaient. Mais à l’intérieur, j’étais de plus en plus vide. J’oscillais entre des plans délirants et onéreux pour changer totalement, et des périodes de repli sur moi-même. Je ne savais plus qui j’étais, et très honnêtement, ces internautes que je ne connais pas m’avaient convaincue que le problème, c’était moi. A force de les écouter, je me suis ignorée moi-même. Et j’ai vécu pendant des années à côté de mes pompes.

La force de la « vraie vie »

Si la vie est un cheminement constant, il est inutile de préciser qu’à 19 ans on est encore un poil jeune pour combattre certains démons. Mon instinct de survie à moi, ça a été de faire la dissociation entre Internet, et ma vie loin des réseaux. Comme si le web n’était pas la réalité – alors que ça l’est, on est bien d’accord – et que je devais à tout prix avoir les pieds bien ancrés dans le réel pour supporter le surnaturel.

Mon entourage est alors devenu un rempart face à toute cette méchanceté gratuite. Volontairement, je ne me suis entourée que de personnes qui ne vivent pas d’Internet, à quelques très rares et très saines exceptions près. Et baignée dans un amour bienveillant et sincère, je me suis reconstruite, je me suis apprivoisée. Jusqu’à m’aimer. Ca a été long, parfois compliqué. Mais j’en suis venue à considérer mon physique comme un simple support de travail dès lors que je m’affiche sur Internet auprès d’inconnus. Ma bouche n’est pas assez pulpeuse pour montrer des rouges à lèvres ? Ah ah, on s’en fout : le but n’est-il pas de montrer des choses vraies et de publier des revues sincères ? Après tout, le maquillage n’est pas réservé qu’à certaines femmes…

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, eh bien… Tout va bien. Très bien, même. J’ai 30 ans, je suis beaucoup plus solide. Et je suis devenue totalement hermétique aux messages rabaissants quant à mon apparence. Je vis en pleine conscience, avec ce que je trouve joli et peut-être moins esthétique chez moi, par rapport à mes propres critères de beauté. J’en suis même venue à considérer que des choses qui ne sont pas dans la « norme » des diktats publicitaires d’aujourd’hui sont ma force : c’est ce qui me définit, c’est ce qui donne du caractère à mon visage, et c’est ce qui crée ma personnalité propre.

La beauté, c’est quelque chose de subjectif. Et je suis convaincue que chacun peut cultiver sa propre beauté. Ca passe sans doute par un travail sur soi-même, en faisant abstraction de tout ce qu’on peut voir à droite à gauche et qui peut nous monter à la tête. Et c’est d’autant plus difficile quand on est une jeune adulte qui évolue dans un monde où la beauté tend à s’uniformiser et s’aseptiser – combien de femmes deviennent copies conformes les unes des autres grâce à quelques injections et coups de bistouri ?!

Pour en revenir à la problématique de la blogueuse beauté : tout le monde peut l’être. Et ceux qui ont quelque chose à redire là-dessus ont probablement une vision bien étriquée de ce qu’est une femme et de la notion de liberté. Qu’ils invoquent la notion de liberté d’expression, j’en appelle de mon côté à un manque d’éducation. Et quoi qu’il advienne, dès lors que j’éteins mon ordinateur : ces gens-là n’existent pas pour moi.

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

42 commentaires
  1. J’ai reçu aussi des commentaires de ce genre. Pas en rapport avec la beauté. Mais des messages tout aussi durs et tout aussi blessant.
    Pourtant, parfois, c’est tellement blessant, que malgré l’ordi fermé, je ressassais ces mots. Je n’arrivais pas à ne plus y penser.
    Du coup, j’ai préféré choisi l’auto-censure. ET je n’aborde plus certains sujets. Du moins, je ne donne plus mon avis franc et net, car je n’ai pas la force d’accepter ces remarques. Je n’y arrive clairement pas.
    Malheureusement, les gens sont ainsi et derrière un écran, se croient tout permis…
    En tous cas, bravo à toi d’avoir été plus fortes qu’eux. Et tu as bien raison, il n’est pas nécessaire d’être un mannequin lisse de magazine pour être blogueuse mode. ET heureusement !

    1. Hello, je suis attristée de lire ce qui t’est arrivé. Je te souhaite de trouver la force nécessaire pour parvenir à l’apaisement. Plein de courage :)

  2. Article criant de vérité et touchant je trouve. Effectivement il faut avoir les reins solides pour faire votre métier et être, sans cesse, sous le « projecteurs » et les jugements des autres.
    Je ne comprendrai jamais ce genre de critique que je ne trouve pas constructive. Si tu n’aimes pas le physique de la personne, ne le dit pas, c’est méchant et gratuit.

  3. Le plus dingue quand je lis ce que tu as dû affronter c’est que je ne comprends pas pourquoi. T’es tellement jolie !

  4. Coucou Capucine !
    C’est un très bel article que tu nous as écrit ici… C’est affolant comme l’etre humain peut être malveillant, sans raison réelle. Je suis clairement choquée des commentaires que tu as pu recevoir ! Soit dit en passant, j’ai beau chercher, je ne vois pas quel est le problème avec ton physique ^^.
    Je te suis depuis un petit moment maintenant, et j’aime toujours autant ce que tu nous fais partager. Tu es accessible, proche de nous, sincère, etc. Et c’est ce qui compte lorsque l’on blogue, non ?
    Bisous ma belle :)

  5. Bravo pour cet article, et bravo pour avoir réussi à te détacher de tout ça, il faut beaucoup de force mentale ! Moi même ayant beaucoup de mal à essuyer les commentaires de la famille, des amis ou des inconnus (ces commentaires qui ne se veulent pas forcément méchants mais qui heurtent quand même) je te tire mon chapeau !

    C’est triste de voir la méchanceté gratuite de certaines personnes, plus nombreuses qu’on ne le pense ! Moi qui pensais que c’était une simple question d’éducation, en grandissant j’ai compris qu’il s’agissait plus d’un instinct assez primaire, qui n’a pas toujours à voir avec la manière dont on a été élevé. Au delà des images de magazine, j’ai le sentiment que dès l’enfance, il peut s’agir d’un manière d’auto-défense, mais aussi de se rassurer.
    Malheureusement, l’être humain ne semble pas prêt à changer, et même si je me suis promis de ne jamais porter de jugement, il m’arrive aussi parfois de tomber dans ces travers, je l’avoue, alors que j’en ai longtemps été la victime. Comme quoi, c’est toujours injuste pour nous, jamais pour les autres…

    Encore une fois, bravo pour cet article !

    1. Et bravo à toi pour ton message, empreint de tellement de vérités ! Merci et belle continuation à toi !

  6. Quel plaisir au contraire de voir des femmes réelles tester des cosmétiques et pas seulement des filles refaites ou photoshopées pour correspondre aux diktat de notre société.
    Certains devraient se regarder dans un miroir avant d’écrire de tels sotises!
    Tu es très belle comme tu es, ne change pas parce que tu fais parti des quelques rares blogueuses et youtubeuses que je suis encore.

  7. Je pense qu’au contraire une blogueuse beauté doit être « comme nous ». Une femme dans laquelle on se reconnaît, quelque soit le niveau. Si tu essaies un rouge à lèvres, je regarde comment il te va. Pas la forme de tes lèvres. Et si j’ai envie d’un avis mascara je suis limite encore plus convaincue si la blogueuse a comme moi les cils courts et raides car elle connaît les mêmes difficultés. Bref je ne m’attache pas à son physique mais à ses avis. Ce que je recherche en 1er c’est sa sincérité.
    Je n’ose pas imaginer l’impact que peuvent avoir tous ces commentaires au quotidien. Forcément ils doivent toucher.
    Il faut être solide pour tenir. Alors je suis heureuse que tu aies été bien entourée

    1. Amen : c’est exactement comme ça que je vois les « influenceurs ». Des gens sensés être comme nous ;)

  8. Je ne comprends pas le monde dans lequel nous vivons mais si je sais bien une chose c’est que, TU ES MAGNIFIQUE ! Resplendissante, naturelle et douce, c’est un pur bonheur de lire tes articles, malheureusement on n’arrete pas la critiqe mais heureusement on a le droit de faire des compliments, continue d’etre toi meme, d’evoluer et de nous faire partager ton expèrience avec toi, tout en restant humble, c’est ca la vraie beauté, et toi tu maitrises deja tout ???

  9. Ton article est très émouvant. Quand je vois certains commentaires sous des chaines Youtube ou les déchainements sur twitter, je me dis que je ne pourrais jamais encaisser autant de haine, d’amertume et de jalousie et de bêtise (pour rester polie).
    Vigarello a écrit un livre intéressant sur l’histoire de la beauté (et bien d’autres livres tout aussi intéressants, j’aime beaucoup cet auteur), et cela montre combien les critères sont subjectifs.
    Tu es jolie comme tout , et de plus une tête bien faite et bien remplie ! Keep up the good work, girl et fuck les nuisibles ;)))

  10. Tu es magnifique !!
    Je serai curieuse de voir la tête de ces lâches qui se permettent de critiquer gratuitement
    Tu as une beauté naturelle ce qui doit rendre envieux beaucoup de gens qui te laissent ce genre de commentaire malveillant
    Très bonne continuation à toi :)
    Estelle

  11. Je ne cautionne absolument pas les remarques méchantes sur le physique de quelqu’un.
    J’ai été un de tes trolls pendant plusieurs années ici en te laissant des commentaires négatifs ici. Et je continue alors Babillages a modifié ce commentaire afin qu’il soit beaucoup plus joli.
    Nous faisons toutes et tous parfois des choses pas très jolies, cachés derrière notre écran.

  12. ? je suis bien d´accord avec toi et tu fais preuve d’une grande intelligence avec ce recul. ???? je t’envoie toutes mes ondes positives

  13. Hello,
    Je te suis depuis longtemps et je trouve que la trentaine te va très bien tu n’a jamais étais aussi belle ! ou alors tu t’ai améliorée en photo ahah joke ;)
    Bonne journée

  14. je n’ai jamais compris pourquoi les gens perdent leur temps sur des sites qui ne leur correspondent pas, ils n’ont rien d’autre à faire? Leur vie doit être très triste et ils doivent être sacrément aigris et jaloux…
    Même si tu ne cherches pas à être admirée pour ton parcours et ta ténacité, moi je dis bravo! Tu es tout à fait légitime dans ton activité, et ton succès le prouve! Sans langue de bois, sympathique et naturelle, chacune peut se retrouver en toi et prendre exemple sur toi, et ça fait du bien.
    Bises et belle journée
    flo

  15. Bravo pour ce joli article, qui soulève plein de questions chères à mon coeur.

    Lorsque les blogs ont émergés, j’étais (et je crois… tout le monde) hyper heureuse de retrouver de « vraies » personnes et véritables avis contrairement aux magazines, et c’est la raison pour laquelle je me suis moi-même lancée alors que timide et peu sûre de moi: les blogs touchaient à quelque chose de plus vrai, brut.
    Puis on a peu à peu perdu de cette fraicheur, nous avons commencé à travailler de plus en plus nos photos, peut-être inconsciemment justement pour correspondre à l’image glacée des magazines. C’est ce que je n’ai jamais compris chez les lectrices au final, toutes cherchent de a soit disant authenticité mais la profusion des critiques amènent les blogueuses à ne plus l’être.

    Tu as été hyper costaud et je suis bien heureuse pour toi que tu aies mis les « plans délirants et onéreux » de côté malgré la souffrance psychologique , et qu’aujourd’hui tu puisses témoigner de ton épanouissement personnel, c’est une très jolie leçon.

    Pour faire une confidence, je suis tellement mal à l’aise vis à vis de certaines blogueuses qui ont cédé justement à ces critiques et aux sirènes des « plans délirants » (j’aime le terme) car pour moi, on a une responsabilité vis à vis des jeunes (et moins jeunes) lectrices.

    J’en avais fait un article il y a quelques années tellement ça me travaillait et que j’avais (et ai toujours) peur qu’on se dirige comme aux usa, vers des jeunes filles d’à peine 18 ans qui se mettent au botox et à se faire refaire la moitié du visage pour « correspondre » à madame toutlemonde comme leurs blogueuses préférées. Quel gâchis.

    Je suis tellement mille fois d’accord avec ce que tu dis sur l’uniformisation de la beauté, et qu’il est tellement important que les femmes se rendent compte que leurs « défauts » ou plutôt particularités c’est justement ce qui les rend singulières.

    Je ne sais pas si c’est uniquement une impression mais j’ai le sentiment que même dans le milieu du spectacle (ciné, chanson…) on revient à des physiques moins uniformisés, les jeunes actrices ont davantage de charisme, de charme, qu’une beauté parfaite.

  16. Coucou Capucine,
    C’est un très joli et touchant article que tu nous as écrit.
    Mon papa m’a toujours dit « la beauté est dans les yeux de celui qui la regarde ». Et dans les yeux de ces gens il n’y a que de la jalousie…
    Gros bisous,
    Lyna

  17. C’est vrai, mais derrière un écran à la limite tu supprimes mais dans la vrai vie, recevoir des réflexions désobligeantes sur ton physique c’est mortel. J’ai subi le harcèlement scolaire à l’école et le ‘t’es vraiment moche’ m’a tué. C’est vrai que le paraître et le beau est glorifié mais malheureusement qui peut se venter d’avoir le mérite d’être beau ou parfait? Pas grand monde à part quelques individu sur des milliers. Le problème c’est que soit tu rentres dans la case et alors tu ne seras pas grand chose, mais soit un peu différente de la norme et tu seras moins que rien. Surtout la phrase « fait de tes défauts des qualités, acceptes toi et les autres t’accepteront » c’est un peu du bla bla. En vrai la difference isole.

    1. Je garde le souvenir impérissable d’un tournage pour une marque de skincare il y a quelques années… J’étais en train de me faire maquiller dans une pièce, porte ouverte. Et dans le couloir, des chefs de produit marketing étaient en train d’expliquer à l’équipe de prod’ que j’avais trop de taches de rousseur, que c’était je cite « dégueulasse » et qu’il fallait « à tout prix tout corriger en post prod' ». J’ai adoré sortir de la pièce makeup en souriant, l’air de rien :p

  18. Bonjour,
    J’ai lu votre anecdote sur huffington post., puis sur votre site.
    Vous exprimez votre passion avec beaucoup de courage, de pertinence et avec conviction.
    Platon a acrit que le beau est la splendeur du vrai. Vous êtes authentiques et par voie de conséquence,, une belle personne.
    Une belle âme;dans une belle personne.
    Un compliment supplémentaire : votre expressiion, notamment écrite, est remarquable
    .je doute que vos détracteurs puissent en dire autant.
    Cordialement
    Thierry

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.