Excès de chirurgie : comment le reconnaître ?

L’excès de chirurgie esthétique ? Il se traduirait sans doute avec le hashtag #fail sur les réseaux sociaux.

Ca ne vous est jamais arrivé de parcourir un magazine people sans être capable d’affirmer ce qui avait changé chez telle ou telle célébrité ? Vous en êtes pourtant certaine, il y a un je-ne-sais-quoi qui fait la différence. Pas de doute, s’il s’agit d’un coup de bistouri, il est franchement réussi : c’est harmonieux. Mais lorsque certain(e)s passent du côté obscur de la force, l’excès de chirurgie se détecte illico presto. Vous avez du mal à le remarquer, vous ? Voici quelques indices…

exces de chirurgie
#DISCLAIMER / Avant de parler des excès de chirurgie…

Je pense que le terme « excès de chirurgie » est quelque chose de très compris par le commun des mortels : c’est en ce sens que j’ai titré mon article ainsi. Cependant, je tiens à apporter une nuance : la chirurgie esthétique se différencie de la médecine esthétique :

  • chirurgie esthétique : intervention chirurgicale, cela corrige des défauts plus importants que généralement la médecine esthétique ne peut pas traiter.
  • médecine esthétique : l’ensemble des prescriptions et des actes visant à prévenir, améliorer ou corriger les aspects inesthétiques ou jugés comme tel par l’intéressé, en particulier les conséquences du vieillissement physiologique et ce, grâce à une approche pluridisciplinaire. (source : Syndicat National des Médecins Esthétiques)

Doit-on diaboliser ces interventions ? Honnêtement, non. J’ai des amies dans mon entourage qui y ont eu recours, pour plein de raisons : quand c’est bien fait par un expert, je dis oui et je comprends le principe. Peut-être qu’un jour, je tenterai un truc, je n’en sais rien (ne jamais dire jamais, ah ah !).
Quand ces actes sont pratiqués dans de mauvaises conditions (mauvais praticien, abus, pratiques faites lorsque le patient est faible psychologiquement, etc…), ça me met mal à l’aise, effectivement.

Mais, je pars du principe que chacun est libre de faire ce qu’il veut… et que les goûts et les couleurs ne se discutent sans doute pas. Certaines adorent les lèvres à la Kylie Jenner tandis que d’autres trouveront cela anti-naturel au possible. Pour ma part, je suis une adepte du naturel – je n’ai jamais rien fait retoucher (pour le moment ah ah !) – mais cela ne m’empêche pas de m’y intéresser. Si davantage de posts autour de cette thématique vous intéressent, n’hésitez pas à vous manifester.

excès de chirurgie

Excès de chirurgie #1 : les sourcils qui s’interrogent

L’air ahuri 24h/24, c’est tout sauf naturel, on est bien d’accord. Eh bien figurez-vous que lorsque les sourcils remontent un peu trop en prenant la forme d’un accent circonflexe, c’est un signe. Vous venez de repérer un excès de chirurgie ou de médecine esthétique. La cause ? Des injections mal réparties.

Excès de chirurgie #2 : la duckface

Celle-ci a été observée sur à peu près tous les red carpets du monde entier, de la France en passant par les Etats-Unis. Kylie Jenner l’a carrément vulgarisée à travers les réseaux sociaux : la bouche gonflée à l’acide hyaluronique est devenue l’un des standards de la médecine esthétique, toutes générations confondues. Seulement, quand on ne s’arrête plus, le rebord de la lèvre supérieure crée un petit bourrelet, façon boudin peu naturel. Cela se remarque particulièrement de profil. Les maquilleurs la repèrent très facilement car la matière des rouges à lèvres et des gloss a tendance à s’étirer différemment sur une lèvre sur-gonflée par l’acide hyaluronique.

Excès de chirurgie #3 : le front bloqué

Le meilleur exemple est probablement Nicole Kidman herself. Trop de toxine botulique pour avoir l’air plus fraîche… et au bout d’un moment, pof, on est bloquée. Pas besoin de vous faire un dessin, vous voyez de quoi je parle.

exces de chirurgie

Excès de chirurgie #4 : le teint anormalement photoshoppé

Celui-ci est beaucoup plus dur à identifier… tout simplement car certaines femmes ont la chance d’avoir un grain de peau nickel de nature. Seulement, d’autres trichent et essaient de gommer les cicatrices, les rides ou toute autre chose jugée comme une « imperfection » sur le visage. Résultat ? Certaines abusent du laser, au point de ne plus avoir de pores visibles. Le teint semble anormalement photoshoppé voire un peu terne comme une poupée de cire.

Excès de chirurgie #5 : les pommettes très très arrondies

Là encore, tout est une question de naturel et de juste dosage. Il y a des personnes qui auront ces pommettes-ci au naturel. Et il y en aura d’autres qui les simuleront : souvent, ça se remarque car les volumes du visage sont mal équilibrés au fil des injections d’acide hyaluronique. L’astuce pour le repérer ? En se plaçant de 3/4 ou de profil : oui je sais, les magazines people ne fournissent pas des photos à 360°, mais bon…

Babillages

Capucine Piot est la fondatrice & l’éditrice de Babillages depuis 2007. Elle déteste faire des biographies, et encore plus parler d’elle à la 3° personne, mais il paraît qu’il fallait remplir cette case ! Si vous me suivez depuis 10 ans, vous savez qui je suis ! Si vous venez d’arriver… vous le saurez bien assez tôt.

2 commentaires.
  1. Attention aux malheureuses dérives … Je trouve dommage que certaines célébrités en abusent et ne ressemblent plus à rien après c’est du gâchis … Après je ne suis pas forcément contre quand c’est bien fait, sensé et que ça résout un complexe par exemple …

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.